Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK ALTERNATIF  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Page Officielle (811)
 Fan Site Officiel (402)

PIXIES - Bossanova (1990)
Par ARP2600 le 16 Mai 2014          Consultée 1860 fois

Après Surfer Rosa le sauvage et Doolittle le bizarre, voici venir Bossanova le charmeur. En effet, sur ce troisième album, de nouveau excellent, les Pixies réussissent à brouiller les pistes une nouvelle fois, évitant à leur carrière de tourner en rond. Au menu, un rock certes alternatif et par moments féroce, mais tout de même bien plus facile à écouter que leurs œuvres antérieures.

Pixies est un groupe qui a vécu à cent à l'heure et s'est sans doute grillé prématurément. La fatigue et les tensions que celle-ci a exacerbées ont vraiment commencé à éroder leur cohésion en 1990. Au tout début de l'année, Black Francis et Kim Deal ont eu des projets chacun de leur côté. Le groupe The Breeders, improvisé par Deal et quelques autres rockeuses, a ainsi sorti son album très brut Pod en avril. Ensuite, les Pixies ont déménagé de Boston vers Los Angeles, où ils ont travaillé sur Bossanova. Les enregistrements, toujours avec le producteur Gil Norton, ont connu quelques problèmes techniques... Au final, pourtant, aucun signe de ces tensions et problèmes n'apparaît sur l'album.

S'éloignant du punk et se recentrant sur le goût de Francis pour le surf rock, le groupe livre ici quelques chansons atmosphériques étonnantes a priori et pourtant cohérentes, et qui semblent finalement logiques de leur part. Ils ont simplement montré ici leur face sage. Les paroles trahissent également l'intérêt croissant de Black Francis pour la science-fiction (ainsi «The Happening» parle de la zone 51), qui s'est encore renforcé dans Trompe le monde et au cours de sa carrière solo. Tout le monde n'aime pas les entendre dans un registre plus mou mais la plupart des critiques sont tout de même très positives, et Bossanova a connu un succès commercial comparable à celui de Doolittle, cartonnant presque au Royaume-Uni avec une troisième place des charts. Ce n'est pas que la musique soit vraiment commerciale, elle est toujours peu conventionnelle et délirante, mais vraiment beaucoup plus abordable pour le grand public.

Le début de l'album est un peu trompeur. «Cecilia Ann» est une belle reprise de surf rock, jouée juste un peu plus sale que l'original, et «Rock Music» est une des chansons les plus agressives du groupe. C'est après cette introduction qui semblerait annoncer un disque aussi difficile que les précédents que les choses s'adoucissent. «Velouria» présente certes des guitares fermes mais son ambiance est bien plus rêveuse, surtout dans les couplets (comme d'habitude, ceux-ci sont contenus). Précisons que ce single est un de leurs grands succès.

La série de chansons qui suit est assez remarquable, en particulier la délirante «Is she weird», jusqu'à «Dig for Fire». L'introduction délicate de celle-ci peut vraiment être qualifiée de belle, un adjectif qu'on n'attribuerait quand même pas forcément tel quel à leur musique hallucinée. Le reste est un peu plus inégal, par moments un peu plat. On retiendra encore «Blown Away», à la guitare tranchante et dramatique (celle-ci a en fait été enregistrée en 89, à l'époque de Doolittle) ; ou encore la solide «Hang Wire», tandis que le final «Havalina» est adapté mais anecdotique.

Tout est relatif et Bossanova est loin d'être une berceuse. On y trouve pas mal de rock brillant mais simplement plus civilisé que leur habitude. Pour cette raison, cet album s'impose indiscutablement comme la porte d'entrée idéale dans leur univers si particulier. Cette musique ne devrait effrayer aucun amateur de rock, tout en étant dans l'ensemble redoutablement écrite. À mon avis, ce disque a exactement le même niveau de qualité que Doolittle, il est certes moins important dans l'histoire mais il est simplement épatant, étonnamment agréable à écouter. Il est donc également un indispensable du rock alternatif, à écouter en priorité si on ne connaît pas encore ce groupe mythique, avant d'affronter leur travail le plus fondamental.

A lire aussi en ROCK par ARP2600 :


BAUHAUS
The Sky's Gone Out (1982)
Gothique progressif ?




Peter HAMMILL
Patience (1983)
Un art rock personnel et contenu mais superbe.


Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Kim Deal (basse, chœurs)
- Black Francis (chant, guitare)
- David Lovering (batterie, chœurs)
- Joey Santiago (guitare)


1. Cecilia Ann
2. Rock Music
3. Velouria
4. Allison
5. Is She Weird
6. Ana
7. All Over The World
8. Dig For Fire
9. Down To The Wall
10. The Happening
11. Blown Away
12. Hang Wire
13. Stormy Weather
14. Havalina



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod