Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Babet
 

 Dionyweb (1325)
 Ciel En Sauce (1046)
 Coccinelle (1019)
 Ciel En Sauce (971)

DIONYSOS - Western Sous La Neige (2002)
Par BARZ le 27 Septembre 2005          Consultée 13135 fois

Quoi de plus normal que de s'envoyer en l'air dans sa caisse à savon en pleine campagne enneigée ? Quoi de plus normal que de penser à John Wayne cavalant sous la neige à la poursuite de vilains indiens ? Bon, d'accord, vers la fin de "Danse avec les loups", il y a de la neige, mais quand même, soyons francs, le Western sous la neige, c'est peu courant. C'est pourtant le nom de la quatrième galette de nos déjantés Dionysos. Je ne les présente plus, ils étaient quatre jeunes fougueux originaires de Valence, ils ont embarqué au passage une charmante violoniste à partir du troisième album, leur tube "Coccinelle" les a aidés à se retrouver sur le devant d'une scène où ils peuvent faire plein de petits bonds et décrocher les néons.

Les présentations sont faites. Ah, non, je n'ai pas encore parlé de Steve Albini, le mec qui produit ce quatrième album. Ce nom vous dit peut-être quelque chose, ou du moins le nom des groupes avec qui il a travaillé : Nirvana, Pixies, PJ Harvey...
Eh oui, quand même ! Ils ne s'embêtent pas nos petits français qui grandissent !
Enfin, parlons plutôt du disque, et de ses effets secondaires.

A la première écoute, Western sous la Neige se démarque de son prédécesseur Haïku par sa brutalité sonore : rien n'est ajouté, rien n'est enlevé. Un disque sans colorant ni conservateur, enregistré en "live" (tous les membres du groupe enregistrent le morceau sur une seule prise) comme le souhaitait le groupe. Le son est donc plus près des oreilles, plus accrocheur, plus nerveux et musclé. Cette sensation d'avoir réellement le groupe dans le poste, la mini-chaîne ou le baladeur est une raison suffisante pour se trémousser un peu partout à l'écoute de ce disque. Inutile de résister, en écoutant des morceaux monstrueusement punks comme "Mc Enroe's poetry", "Surfin Frog", "She is the liquid princess" ou "Rodéo" le corps répond automatiquement aux guitares toniques du Miky Biky et aux exaltations vocales de Mathias. La tête bouge, les épaules aussi, les hanches, bientôt tout le corps, cette musique démoniaque et entêtante est le propre de Western Sous la Neige. D'ailleurs, écrire la chronique, assis sur une chaise en écoutant le disque est un exercice très difficile, je fais de longues phrases car je sais qu'entre chacune je me lève trente secondes pour danser et sauter partout.

Bien sûr, tous les morceaux ne procurent pas le même effet, sur certains plus calmes, on se surprend à reprendre les choeurs de Babet d'une voix fluette ("Coiffeur d'oiseaux", "Petit Colorado"), chanter avec Mathias ses morceaux d'amour ("Intro...", "I love you", "Song for Jedi"), de vie vue d'un oeil émerveillé ("Tokyo Montana", "Don Diego 2000", "Longboard Train"), ou bien de mort ("Déguisé en pas moi", "Coffin song", "Anorak"). Oui, les chansons de Dionysos sont universelles, elles parlent de tout ce qui touche, avec toujours un regard enfantin.

Si l'on se rapproche un peu plus de l'album, on constate que l'évolution du groupe se fait plus ou moins naturellement, qu'après deux albums auto-produits et extra-ordinaires (au sens premier du terme) sous formes de hochets hallucinogènes, un troisième sous forme de gros bonbon acide, celui-ci ressemble plus à un lance-pierre ou un pistolet à fléchettes. L'album de la cour des grands, donc. Il y a des femmes qui se déshabillent, des oiseaux qui meurent, de l'alcool, du sang, du feu, des longboards (skate pour papy d'après Mathias)...
Plus noir que jamais, Mathias et sa troupe nous livrent un véritable Western avec des méchants (pas forcément ceux que l'on croit), des gentils (idem), des histoires d'amour, des personnages étranges, et des périples en train, en cheval, ou en longboard, le tout agrémenté d'une bande-son épique, aux odeurs de goudrons, de plumes, et de poussière : une ambiance très chaude, même pour les morceaux sous la neige.

Si l'on regarde d'encore plus près, ce Western ressemble également à une sorte de bilan. Les références à foison le prouvent. Références au cinéma (le titre de l'album, "Song for Jedi"), à la Beat Generation ("Tokyo Montana" en référence à Richard Brautigan, et "Petit Colorado" à John Fante), à des personnes réelles (John Mc Enroe, Don Diego 2000, Phileas Smog qui serait l'inventeur du longboard), et aux albums précédents (révélations sur l'identité de la princesse liquide, "Déguisé en pas moi" et "I love you" enregistrés sur un petit magnéto, reprise de "Frog=electric torch" du second album). Se rendre compte de tout ce condensé de clins d'oeil est assez effrayant, pas déplaisant pour autant, et amène à se demander naturellement : "et après ?".

Au fond, peu importe la suite, Dionysos nous livre ici son meilleur album sur beaucoup d'aspects. Il en sortira quelques tubes (dont l'incontournable "Song for Jedi"), et sera rapidement disque d'or et c'est bien. Dernier conseil de dégustation : la lecture de "38 mini-westerns (avec des fantômes)" (recueil de nouvelles de Mathias) en écoutant Western Sous la Neige est fortement recommandée, pour son excellent univers, et pour ses liens précieux et étroits avec l'album.

Le dvd bonus compris dans l'édition limitée de l'album étant très intéressant, je me permets d'en parler. Il comprend un documentaire contenant des images de leur périple à Chicago pour l'enregistrement, des images de l'enfance sportive de Mathias, et des extraits d'un concert au Café de la Danse pendant la tournée Haïku. Concerts qui étaient très appétissants comme on peut le remarquer sur les images, le groupe se donnant plus qu'à fond pour terminer en acoustique dans le public, en sueur, avec une belle chanson comme "Ciel en Sauce".

Le dvd comprend également les maquettes de quelques morceaux, c'est-à-dire les premières prises de Mathias après l'écriture et le premier accompagnement, dont certains ne figurent pas sur l'album.
Puis, enfin, un petit texte sur la rencontre entre Steve Albini et le groupe.

A lire aussi en ROCK par BARZ :


EIFFEL
Abricotine (2001)
Adolescent, insolent, sexué




DOMINIQUE A
Sur Nos Forces Motrices (2007)
Mon voyage avec Dominique


Marquez et partagez





 
   BARZ

 
  N/A



- Elisabeth Ferrer (violon, piano, clavier, castagnettes, demi-lune, c)
- Guillaume Garidel (basse, contrebasse, claviers)
- Mathias Malzieu (chant, guitare folk, harmonica)
- Michael Ponton (guitare électrique, clavier, choeurs, scratch)
- Eric Serra-tosio (batterie, maracas, sifflets)


1. Intro : Theme From 'western Sous La Neige'
2. Coiffeur D'oiseaux
3. Tokyo Montana
4. Longboard Blues
5. Déguisé En Pas Moi
6. Mc Enroe's Poetry
7. Intro Don Diego 2000
8. Don Diego 2000
9. Surfin Frog
10. Coffin Song
11. She Is The Liquid Princess
12. Petit Colorado
13. Anorak
14. I Love You
15. Longboard Train
16. Song For Jedi
17. Rodéo

- dvd Bonus
1. Western Sous La Neige
2. Dans Ma Chambre
3. Histoire D'une Rencontre



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod