Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK/ALTERNATIF  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style + Membre : The Mercy Seat

VIOLENT FEMMES - Happy New Year (2015)
Par JOVIAL le 1er Septembre 2015          Consultée 1095 fois

Les VIOLENT FEMMES, c’est pas vraiment le genre de groupe dont on suit l’actualité régulièrement. Depuis l’an 2000 et un dernier véritable album, le trio américain n’a rien produit d’envergure, si ce n’est quelques inévitables compilations d’inédits et autres greatest hits, auxquels viennent s’ajouter de rares singles sans grand intérêt. Victor DeLorenzo, qui s’était barré en 1993, est finalement revenu en 2002. Pas de chance, c’est à cette même date que les deux autres annoncent qu’ils ne souhaitent plus rien écrire ensemble, pour ne jouer désormais qu’en concert. En 2007, Brian Ritchie a l’idée lumineuse de vendre les droits de « Blister in the Sun » - le plus grand succès du groupe soit dit en passant - à la firme Wendy’s pour quelques menus publicités burgeresques. Évidemment, Gordon Gano lui saute immédiatement à la gorge en hurlant que sa musique, au nom de Jésus, ne servira jamais à la promotion de cette fabrique d’obèses. Le bassiste lui répond par un majeur bien dressé et lui colle un procès au cul par la même occasion. Ces histoires de royalties, de thunes et d’accès aux droits de l’habeas corpus nec mergitur, DeLorenzo n’y bitte quedale et retourne bouder dans son coin. Ritchie l’infâme se taille du jour au lendemain en Tasmanie, avec sa femme et sa basse, et voilà Gano tout seul comme un con. Les VIOLENT FEMMES implosent en 2009. Pfiou, c’est fini ? Non, car voilà les trois compères qui nous reviennent en 2013 et DeLorenzo qui nous annonce même un nouvel album. Joie dans les foyers ! Mais, toujours pas de chance, les deux autres le remplacent par Brian Viglione, batteur renommée des Dresden Dolls. Nous en sommes là en 2015. Vous comprendrez donc que la sortie d’un nouvel EP en avril dernier nous aura facilement échappé...

...Et à dire vrai, au vu des dernières productions du groupe, l’enthousiasme n’est pas au rendez-vous non plus. Happy New Year annonce-t-il cependant une aube nouvelle ? Sacrée question. Les VIOLENT FEMMES ont longtemps oscillé entre deux sentiers artistiques, l’un retournant aux sources, à l’époque bénie des grands albums Violent Femmes et Hallowed Ground, l’autre déviant vers d’autres styles, en particulier le rock. Premier comme second choix, le trio aura publié autant de bonnes choses que de mauvaises. Dans tous les cas, celui-ci est aujourd’hui avec Happy New Year complètement folk. À tel point qu’il ne contient aucun instrument électrique, une grande première. Aussi, le disque se partage entre deux ballades folk (« Love Love Love Love Love » et « Fast Horses ») et deux morceaux plus courts et remuants (« Happy New Year Next Year » et « Good For / At Nothing »). Ceux-ci ont néanmoins en commun le saxophone de Blaise Garza, jeune loup certes totalement inconnu au bataillon, mais vecteur d'une fraîcheur vraiment inédite chez les Badgers.

Si « Fast Horses » reste somme toute assez banal, « Love Love Love Love Love » dévoile au contraire une certaine élégance à la saveur argentine. Les VIOLENT FEMMES retrouvent goût aux instruments « traditionnels » en invitant ainsi cajón, cabasa, ukélélé et mandoline, tous joués par Jeff Hamilton, collaborateur régulier du groupe depuis 2008. Sans être non plus prodigieuse, la suite demeure assez réussie, « Happy New Year Next Year » rappelle les sonorités du réjouissant Why Do Birds Sings ? (1991) quand « Good For / At Nothing » laisse la part belle au saxophone de Garza et au cabotinage de Gano. En définitif, Happy New Year respire l’odeur du groupe qui, avant toute chose, se fait ici plaisir. Ce n’est pas un hasard s’il nous évoque Why Do Birds Sings ?, un album qui avait fait beaucoup de bien à l’époque après le décevant 3. En toute logique, les VIOLENT FEMMES parviennent à faire de même avec cet EP, certainement dispensable au sein d’une discographie bien fournie, mais agréable et porteur d’espoir pour la suite.

A lire aussi en FOLK par JOVIAL :


DOM DUFF
Straed An Amann (2003)
Folk païen




MEIN SOHN WILLIAM
Mein Sohn William (2012)
Le taré est de retour !


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Brian Ritchie (basse)
- Gordon Gano (chant/guitare)
- Brian Viglione (percussions/batterie)
- Guests :
- Jeff Hamilton (cajón/cabasa/ukélélé/mandoline)


1. Happy New Year Next Year
2. Love Love Love Love Love
3. Good For / At Nothing
4. Fast Horses



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod