Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK/PUNK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : The Mercy Seat

VIOLENT FEMMES - We Can Do Anything (2016)
Par JOVIAL le 8 Mai 2016          Consultée 1010 fois

We Can Do Anything ! On peut faire n'importe quoi ! Comme revenir seize ans après son dernier méfait (Freak Magnet – 2000). Comme oublier les désaccords pécuniers, les engueulades, les coups bas, les fuites en Tasmanie. Comme pardonner à Gano sa trop grande dévotion, à Ritchie sa roublardise, à DeLorenzo sa mauvaise tête ... Ah non ! DeLorenzo, c'est non. On garde Brian Viglione, lui au moins ne fait pas de problèmes. Anything ! N'importe quoi ! Comme vous infliger une pochette à chaque sortie plus affreuse et encore, sans le faire exprès. A-ny-thing, qu'on vous dit ! Comme au bout du compte enregistrer un nouvel album absolument sans prétention, à la cool, au gré de son envie.

Car l'on s'imagine d'emblée les premières remarques de l'auditeur : We Can Do Anything est une opération purement mercantile, histoire de tirer ce qu'il reste de lait des pies d'une vache déjà bien maigre, comme le font la majorité des groupes sur le retour. Il n'en est rien ! Les VIOLENT FEMMES n'ont d'ailleurs jamais couru après l'argent. Ainsi, si les Badgers en reviennent bien au folk-punk des origines, toujours porté par l'humour caustique et la voix nasillarde de Gordon Gano, ils en proposent toutefois une version nettement moins âpre. Assagie même, c'est peut-être le mot. Le poids des années ? L'entrée dans l'âge de la sagesse ? Nous n'en sommes pas encore là. Juste un groupe qui continue inlassablement d'explorer les multiples possibilités d'un style toujours unique, né en l'occurence de la rencontre du folk et du punk-rock, mais aussi parfois des diverses musiques américaines. On notera à ce sujet la présence des Horns of Dilemna (1) qui enrichissent de nouveau la composition d'instruments plus traditionnels (cajón, accordéon ...) et permettent encore une fois aux Américains de nous surprendre. « I Could Be Anything » rappelle ainsi The POGUES, cousins finalement pas si éloignés, tandis que « Traveling Solves Everything » nous renvoie involontairement à nos chers GARÇONS BOUCHERS.

Ce neuvième album est globalement bon. Aucun hymne, mais des morceaux souvent très bien sentis (« Memory », « I Could Be Anything », « Holy Ghost ») que rejoignent une ballade sensible (« What You Really Mean ») et son reflet ironique (« Untrue Love »). En troisième piste, « Issues » et ses cuivres restent sans aucun doute la plus originale et réussie d'entres toutes. Quelques accrochages émaillent cependant le disque : les horripilantes « Foothills » et « Big Car » manquent le coche et « Traveling Solves Everything » manque carrément d'aplomb.

Sans vouloir parler de retour aux sources, We Can Do Anything renoue avec la belle époque. Brian Ritchie se démerde toujours aussi bien à la basse, Brian Viglione adopte le style DeLorenzo et Gordon Gano en fait des tonnes, comme d'habitude. Masturbation (« Foothills »), grandeur ridicule de l'Occident (« I Could Be Anything »), inévitable sermon (« Holy Ghosts ») ou enfin crime passionnel (« Big Car »), toujours riche est la palette des thèmes abordés et fine la plume du Pasteur.

La presse spécialisée ne semble pourtant guère goûter ce nouvel effort du trio de Milwaukee. On parle ça et là de pâle copie d'un temps glorieux, d'un « back-to-basics » faiblard. C'est sans doute une erreur de considérer cet album ainsi. Les VIOLENT FEMMES n'ont plus la fougue de leurs jeunes années, c'est indéniable, mais la qualité de leur musique reste inchangée. Le groupe n'a jamais cherché à plaire au grand public ni précisement à satisfaire l'appétit exigeant de ses admirateurs. Les dernières productions en date l'avaient bien démontré et We Can Do Anything le démontre encore : les VIOLENT FEMMES n'ont de compte à rendre à personne. La seule fois où le trio a tenté de le faire, c'était en 1989 avec 3. Un sacré plantage. Au contraire, We Can Do Anything est l'œuvre de musiciens raisonnables et lucides, capables de se renouveler tout en évitant de tomber dans l'auto-caricature.

(1) Section de musiciens régulièrement invités par les Violent Femmes pour certains concerts mais aussi des enregistrements en studio (Hallowed Groud, The Blind Leading The Naked ...). La section compte ou a compté quelques célébrités dans ses rangs : John Zorn, Steve Mackay ou encore Dick Parry.

A lire aussi en FOLK par JOVIAL :


MEIN SOHN WILLIAM
Every Day, In Every Way (2014)
Un peu de folie dans les chaumières




GLENMOR
Cet Amour-là (1969)
L'insoumis


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Gordon Gano (chant/guitare/banjo)
- Brian Ritchie (basse/choeurs)
- Brian Viglione (batterie/choeurs)
- The Horns Of Dilemma :
- John Sparrow (cajón)
- Jeff Hamilton (guitares ...)
- Blaise Garza (basse/sax/contrebasse])
- Kevin Hearn (accordéon/piano/...)
- Paul Cebar (guitare)


1. Memory
2. I Could Be Anything
3. Issues
4. Holy Ghost
5. What You Really Mean
6. Foothills
7. Traveling Solves Everything
8. Big Car
9. Untrue Love
10. I'm Not Done



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod