Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Chris ISAAK - First Comes The Night (2015)
Par ERWIN le 2 Janvier 2016          Consultée 1396 fois

Déjà six ans que l'homme de Stockton Californie ne nous avait pas livré de compositions originales. Pourtant le temps passe aussi pour lui malgré un look toujours aussi impeccable. Notre homme à la voix de velours a vraiment la classe ! Beau sourire, banane au vent, il en remontre au Fonzy des jours heureux dans cette tenue, la cool attitude dans toute sa splendeur, tel un Elvis qui aurait bien vieilli ! Alors ce douzième album s'annonce comme une vraie petite gourmandise à mes oreilles ! Je ne sais pas vous, mais j'attends ici l'excellence. L'équipe habituelle du band entoure Chris.

"First comes the night" , slow mid tempo dont l'artiste s'est fait le spécialiste avec ses jolis arpèges de guitare doucereux et cette atmosphère plus smooth tu meurs. Chris minaude, comme à chaque fois, mais comme chaque fois, ça marche, comme un clin d'oeil de jolie femme, l'ancien boxeur au nez cassé emporte nos doutes et nos angoisses loin de cette terre. Plus loin, "Reverie" est un autre mid tempo qui recèle les principaux gimmicks de notre artiste, tout en ajoutant un coté symphonique -via les cordes- qui ne dépareille aucunement pour créer les ambiances fantomatiques dont le boxeur s'est fait le spécialiste.

On redescend vers les fifties avec "Shot down in flames", le son est bien sur mieux travaillé, mais à nouveau la magie opère et Chris nous trimbale dans l'histoire de la musique populaire américaine avec le talent qui le caractérise. Rien de génial, mais profondément positif tout ça. Dans cette veine, "Running down the road" est un rock rapide assez cool, mais ce n'est décidément pas le registre que je préfère chez Chris. "Insects" sonne plus moderne, mais à nouveau, il manque du smooth au profit d'une agressivité légère - c'est Chris - mais présente tout de même.

Avec "Baby what you want me to do", petite prise de risque puisqu'il s'agit là d'un paso-doble joué à la vitesse supérieure que nous pond Mr ISAAK. La gratte est superbe et le résultat est fort intéressant. Cela dit Toujours dans ce genre, on jurerait le King au début des sixties sur "Don't break my heart"... Tellement que c'en est troublant, un doowop poppy assez savoureux aux consonances hispanisantes. "The ways things really are" pioche dans le registre country, on pourrait presque ne pas reconnaître le style de notre Chris, pas mal."Perfect lover" a quelques relents folky, mais qu'on associera grâce à ses jolis choeurs aux EVERLY BROTHERS ou au KINGSTON TRIO. "Dry your eyes" joue plus sur le registre de l'americana sympa alors que le slow "Kiss me like a stranger" est peu mémorable.

Bon, inutile d'en pondre des tonnes, cet album de Chirs est probablement le plus faiblard qu'il m'ait été donné de chroniquer. Il n'y a ici pas un seul titre digne de l'appellation de "classique". Attention, tout est agréable à écouter, et cela permettra sans nul doute de passer des soirées sympas entres amis. Mais nous sommes très loin du niveau d'antan, quand Chris proposait des "Blue hotel", "Black flowers" ou "Wicked game" et était le roi du son smooth. Impossible toutefois de descendre la note sous un 3 évident. J'imagine que pour les fans, cette livraison remplira son office, mais je reste sur ma faim.

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


The BEACH BOYS
Party (1965)
La grosse fiesta.




Elvis PRESLEY
50,000,000 Elvis Fans Can't Be Wrong: Elvis' Gold Records 2 (1959)
50 millions de fans ont raison


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
   GEGERS

 
   (2 chroniques)



Non disponible


1. First Comes The Night
2. Please Don't Call
3. Perfect Lover
4. Down In Flames
5. Reverie
6. Baby What You Want Me To Do
7. Kiss Me Like A Stranger
8. Dry Your Eyes
9. Don't Break My Heart
10. Running Down The Road
11. Insects
12. The Way Things Really Are



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod