Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Elvis Presley , Eddie Cochran , Gene Vincent , Stray Cats, Buddy Holly , Little Richard, Ricky Nelson , Bill Haley And His Comets, Johnny Cash

Jerry Lee LEWIS - Sun 4 - Balls Of Fire (1958)
Par ERWIN le 29 Juillet 2020          Consultée 107 fois

Au Tennessee, Jerry Lee continue de galérer pour trouver un successeur à "Whole Lotta Shakin Is Goin On", les singles continuent d'affluer mais on reste loin de la première place du billboard. C'est sous la forme d'un réel coup de bol que l'opportunité va finalement se présenter, comme vous allez voir. En attendant, le chanteur travaille sans relâche, drague tout ce qui porte jupette, chante tout ce qui lui passe par la tête et ne doute pas un seul instant du destin qui l'attend. Il va détrôner Elvis, il le sait, il le sent, la gloire est au prochain tournant ! Nous sommes en janvier 1958 et comme la photo le prouve, Jerry Lee croit en sa bonne étoile.

"Ooby Dooby" déchire carrément sa race, toute de dynamique vêtue, avec un piano cinglé, alors on s'interroge. Diantre, mais que s'est-il passé pour que tout le monde se désintéresse d'un titre pareil, sérieux ? Les paroles sans doute. Ça dépote dans tous les sens, et Jerry Lee semble en pleine crise de folie furieuse, ce qui est pour lui le meilleur moyen d'atteindre les sommets. Je préfère nettement cette version à celle de Roy ORBISON. On reste avec Roy, et si la première version de "Down The Line" est une mise en place, on trouve plus de réalité tangible sur la seconde où Jerry Lee trouve sa vibe et impose son style offensif avec la maestria qu'on lui connaît.

L'apport du piano est essentiel sur "Mean Woman Blues". Quel meilleur exemple pour montrer un titre qu'il va faire sien avec la facilité déconcertante qui le caractérise ? On est dans la totale excellence. Il minaude, tient son auditoire en haleine. Il approche de son top et renvoie du même coup la version du king ELVIS à des années lumière. Il est aussi très à l'aise sur le "I Forgot To Remember To Forget" de Stan KESSLER, que je préfère à nouveau à la version du king, sans-doute plus smooth, mais moins puissante, et le redoutable piano change la donne !

Que serait un opus de Jerry Lee LEWIS sans la petite contribution en souvenir du héros Hank WILLIAMS ? "You Win Again" est donc ici dans différents atours. Une première version lente à souhait que le chanteur mène avec brio, la seconde plus mainstream avec l'appui de choeurs réussis. Finalement, un des premiers vrais essais du chanteur en terme de slow. On le sent légèrement moins à l'aise sur la posée "Why Should I Cry Over You" popularisée par Eddy ARNOLD en 50'. Carl PERKINS a déjà repris "I'm Sorry, I'm Not Sorry", cette version très smooth de Jerry Lee, presque laidback, a une bonne tête, d'autant que le chant est vraiment à la hauteur, nous sommes encore très country ici.

"Milkshake Mademoiselle", chanson du regretté BIG BOPPER, trouve en Jerry Lee LEWIS un interprète à sa mesure. Janes trouve un superbe solo et Van Eaton tonne tel une charge de cavalerie. Le blondin, lui, est démesuré. Dieu seul sait pourquoi Phillips n'a pas souhaité sortir cette merveille après "Great Balls Of Fire". Les deux versions ici présentes de "I'm Feeling Sorry" sont bonnes, la première très crue, alors que la suivante est bien plus mainstream. On y retrouve deux visages possibles du blondin de Louisiane, tantôt diablotin, tantôt cabotineur.

Voyez donc la bigoterie qui l'attaque sur "Cool Cool Ways", alors que le titre parle clairement de cul – de manière éhonté -, le chanteur se refuse à dire "Sexy" et se relance en disant "Cool". C'est d'un grotesque et cela montre bien toute l'hypocrisie des valeurs américaines sudistes en 1958. Dans tous les sens ! Le titre aurait probablement secoué le cocotier avec un "Sexy Ways", ce mec qui couche alors avec sa cousine germaine de treize ans – tout en étant marié - ne pouvait pas dire "sexy" ?!? La chanson est superbe en revanche !

Tout est maintenant posé pour la pierre de voûte de l'édifice LEWISien. La solution est en provenance de New York où le producteur compositeur Otis Blackwell, qui vient de fournir "All Shook Up" à Elvis PRESLEY, envoie "Great balls Of Fire" à Phillips, à la base un titre prénommé "Jamboree" auquel il change le nom en le rachetant à Jack Hammer, la légende tient à peu de choses ! La conversation entre Jerry Lee et Sam à propos des paroles de "Great Balls Of Fire" est toute aussi perturbante que plus haut. Le simple ton avec lequel le chanteur déclame son opinion est un vrai prêche évangélisateur. On est ravi que Sam ait trouvé les mots pour que Jerry Lee s'assoie devant son piano et bosse le morceau. Grâce soient aussi rendues à Roland Janes et Jimmy Van Eaton d'avoir prêché pour cela – il y avait un bifton de 50 dollars chacun pour cette session diantre ! Pour ceux qui parlent anglais, cette écoute vaut plusieurs paquets de caramels mous !

Ce ne sont pas les versions définitives de "Great Balls Of Fire" qui débutent, la première suivant l'argumentation est un peu incertaine, la seconde se rapproche de la vérité et la suivante se joue avec seulement un piano et la batterie. Vous avez bien entendu les pucelles, Jerry Lee LEWIS, avec l'aide du seul batteur Jimmy Van Eaton, a crée un des plus grands titres de l'histoire sur cette prise. Le piano tonne comme un orage de printemps et il est au sommet de son art du cabotinage. Le talent ici n'est certainement plus suffisant, il faut parler de génie !

Avec "Great Balls Of Fire" qui défonce toutes les places du billboard, on touche au plus sublime de ce que le rock'n'roll a à offrir. Toute la folie furieuse de Jerry Lee LEWIS est à l'oeuvre, inondant chaque bosse du microsillon de toute sa classe. Après avoir ridiculisé Chuck BERRY en live, il ne reste plus au mauvais garçon qu'à détrôner Elvis lui-même. Oui, nous en sommes là. Le reste de l'année 58 va être déterminant et on sait déjà qu'Elvis se prépare à partir au service militaire en Mars ; l'autoroute du succès s'ouvre en grand pour Jerry Lee, tout va certainement bien se passer ! Que risque-t-il ? Retenez votre souffle !

A lire aussi en ROCK'N ROLL par ERWIN :


The BEACH BOYS
Party (1965)
La grosse fiesta.




LITTLE RICHARD
Here's Little Richard (1956)
Richard 1er le petit


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Jerry Lee Lewis (chant-piano)
- Roland Janes (guitare)
- Jimmy Van Eaton (batterie)


1. Ooby Dooby
2. I Forgot To Remember To Forget
3. You Win Again
4. I'm Feeling Sorry
5. I'm Feeling Sorry
6. Mean Woman Blues
7. Why Should I Cry Over You
8. Studio Conversation – Great Balls Of Fire
9. Great Balls Of Fire
10. Great Balls Of Fire
11. You Win Again
12. Cool Cool Ways
13. Milkshake Mademoiselle
14. Down The Line
15. I'm Sorry, I'm Not Sorry
16. Down The Line



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod