Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Pierre BACHELET - Elle Est D'ailleurs (1980)
Par AIGLE BLANC le 1er Novembre 2016          Consultée 1235 fois

Malgré sa longue et belle carrière populaire, Pierre BACHELET doit attendre l'âge de 30 ans avant de connaître son premier succès en 1974 avec la musique du film érotique chic (et toc) Emmanuelle. Après avoir travaillé dans l'ombre à créer des jingles de programmes TV et des musiques publicitaires, voici qu'il accède à une incroyable exposition médiatique, et internationale, étant donné le ras de marée que suscite le film de Just Jaeckin.
Pierre BACHELET croit alors à juste titre qu'est venu le temps de se lancer dans la chanson, ce qu'il ne tarde pas à faire l'année suivante en sortant son premier album solo sobrement intitulé Pierre Bachelet.
Mais l'échec commercial de cet opus, véritable douche froide sans appel, l'oblige à freiner son élan. Durant les quatre années qui suivent, de 1976 à 1980, il se voit contraint à poursuivre son travail pour le cinéma, seule voie à succès pour lui, en composant de nouvelles bandes originales dont celles du film érotique Histoire d'O (1976) et du Dernier amant romantique (1978), tous les deux réalisés par Just Jaeckin, son cinéaste ami d'Emmanuelle (on ne change pas une équipe qui gagne).

C'est en 1980 qu'il offre une suite à son premier album solo, lui aussi ne comportant pas de titre mais auquel on adjoint sur la pochette le titre de substitution "Elle est d'ailleurs" en référence à son premier grand succès dans la chanson. Pierre BACHELET a alors 36 ans et il espère enfin démarrer une carrière solo dans la chanson populaire (la variété française).
Sans être foudroyant, le succès est au rendez-vous, l'opus se classant 17ième des ventes d'albums en France cette année-là. Ce succès, même modeste, le disque ne le doit pas malheureusement à la qualité de ses neuf chansons, globalement médiocres voire insignifiantes, mais à son unique single "Elle est d'ailleurs" qui s'est vendu à 1,5 million d'exemplaires.

"Elle est d'ailleurs" est le succès qui préfigure ceux à venir, d'une part parce qu'ici débute sa fructueuse collaboration avec Jean-Pierre Lang, le fidèle parolier qui le suivra jusqu'en 1998, d'autre part parce que Pierre BACHELET trouve enfin dans son interprétation vocale des accents de vérité qui servent au mieux l'expression des sentiments évoqués. Si sa voix n'a rien de transcendant, en revanche il sait la nourrir d'une authenticité à laquelle son public encore naissant sera très sensible dans les années à venir, n'hésitant pas à la comparer à celle de Jacques BREL. Sans mettre les deux artistes sur le même palier (Pierre BACHELET avait trop d'admiration envers son aîné pour s'autoriser un tel rapprochement), force est d'admettre que les deux hommes partagent un chant fortement émotionnel dans lequel ils investissent leur corps et leur âme.
"Elle est d'ailleurs" reprend avec bonheur un topos poétique qui renvoie au fameux poème de Charles Baudelaire, "A une passante". Dans ce poème, comme dans la chanson de P. BACHELET, la femme est cette passante qui déclenche chez l'homme un coup de foudre d'autant plus dévastateur qu'il naît dans l'intervalle fugitif de cette rencontre, durant le temps d'une fraction de seconde, avant que la passante ne s'éloigne dans le dos de l'homme. Le texte de Jean-Pierre Lang, quoiqu'avec des mots simples, est d'une force remarquable, surtout lors du refrain que P. BACHELET entonne avec une fiévreuse conviction propre à traduire le vertige de cet instant de grâce à peine entrevu déjà envolé. Il s'agit d'une chanson populaire au sens noble du terme, devenue un classique instantané du genre.

Comme single, "Elle est d'ailleurs" s'impose avec force, mais intégrée à un LP*, elle ne suffit pas à sauver du désastre les autres chansons qui le composent. Cet album est si insignifiant qu'il ferait presque regretter le premier effort solo du chanteur, pourtant pas fameux lui non plus, dans lequel Pierre BACHELET avait adopté un ton ironique, voire sarcastique, qui ne convenait pas du tout à sa nature profonde. Il s'y rêvait Léo FERRE, lui qui n'est que Pierre PERRET, c'est à dire un tendre au grand coeur.

Toutes les chansons cette fois traitent de l'amour, et souvent de l'amour déchu ("La photo en couleurs", "Comme c'est loin tout ça", "Je pense à toi"), quelquefois de l'amour entre parenthèses ("Je t'écris de Mars"). Une telle constance dans la thématique finit par lasser car les sentiments exprimés, parfois avec talent ("L'orage", "Rosemary") tournent autour de la nostalgie, ce qui réduit d'autant plus la palette tonale, trop souvent ancrée dans des ballades insipides que ne sauvent pas des arrangements peu inspirés, à coups de nappes superficielles de synthétiseur. On retient à peine quelques riffs de guitare électrique venant renforcer le thème d'"Elle est d'ailleurs", le rythme pop-rock de "L'amour en verlan", le piano de "Je pense à toi" au rythme original en 5/8, la jolie guitare hawaïenne de "La photo en couleurs".
On retient aussi quelques jolies mélodies dont Pierre BACHELET a le secret, celles de "L'orage" et de "Rosemary", talent qu'il développera de façon infiniment plus convaincante dans ses deux albums suivants.

Et pour assombrir encore la chronique, si besoin en était, l'album contient une chanson é-pou-van-table, "Carnaval", une faute de goût d'autant plus innommable qu'elle précède le single "Elle est d'ailleurs" en en reprenant le motif du coup de foudre devant une passante, transposé dans le contexte particulier d'un carnaval avec ses rythmes samba d'un mauvais goût achevé et son choeur carnavalesque entonnant des paroles faiblardes. Si c'est la seule chanson qui ose une incartade en dehors des sempiternelles ballades sentimentales, en revanche c'est raté.

Si l'album n'avait pas connu le succès escompté, Pierre BACHELET eût sans doute abandonné l'espoir de devenir un chanteur de variété. Peut-être alors fût-il retourné dans le monde du design sonore et eût-il disparu dans l'anonymat de la publicité et des jingles télévisés. C'eût été fort dommage car son talent, même modeste, explosera en 1982, dès l'album suivant.

* LP : "Long Play", ce terme désigne un disque "Longue Durée", c'est à dire un album 33 tours par opposition aux 45 tours qui réunissaient deux singles seulement.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE :


Johnny HALLYDAY
Pavillon De Paris : Porte De Pantin (1979)
"Ma gueule", Star wars et pianiste aveugle.




Bernard LAVILLIERS
Voleur De Feu (1986)
La renaissance world


Marquez et partagez





 
   AIGLE BLANC

 
  N/A



- Pierre Bachelet (chant, musique, paroles - titres 2, 5 et 7)
- Jean-pierre Lang (paroles - titres 3, 6, 8 et 9)
- Mitzi Bravine (paroles - titres 1 et 4)
- Raymond Gimenes (arrangements)
- Ken Freeman (synthétiseur)


1. Je T'écris De Mars
2. La Photo En Couleurs
3. Comme C'est Loin Tout ça
4. Rosemary
5. Carnaval
6. Elle Est D'ailleurs
7. L'amour En Verlan
8. L'orage
9. Je Pense à Toi



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod