Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ FUSION-FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



GWENDAL - Locomo (1983)
Par MARCO STIVELL le 18 Mars 2017          Consultée 166 fois

En 1983, GWENDAL répond à l'appel des trompettes du renouvellement, à défaut de celles de la renommée, sauf en Espagne où il est toujours acclamé. C'est le début d'une période quelque peu erratique pour le groupe breton, réduit à l'état de quintette après le nouveau départ d'un membre historique, Jean-Marie Renard. François Ovide devient seul guitariste, Olivier Pedron à la batterie est remplacé par Patrick Guillaumat et le bassiste Roger Schaub, autre membre fondateur, s'en va également. C'est Robert Le Gall qui le remplace, un copain d'enfance de Youenn Le Berre et encore un fabuleux musicien, violoniste etc, qui deviendra un des grands noms parmi les "requins de studio" et accompagnateurs d'artistes variété.

Le nouvel album de cette formation largement remaniée s'appelle Gwendal de manière basique, ou alors Locomo pour lui donner un peu plus de personnalité, quoiqu'étrange dans la forme, mais qui désigne bien l'un des meilleurs morceaux proposés. Bruno Barré et Youenn Le Berre donnent le sentiment de s'effacer quelque peu au profit des nouvelles recrues, et si l'on se doute que cela a quelques répercussions sur le plan personnel – Barré s'en va à son tour après cet album -, c'était nécessaire pour mettre tant d'excellence en avant.

Même s'il s'écarte d'un climat général serein et joli, "À l'Est de Moussours" est l'occasion d'une longue jam fiévreuse qui emploie un tapis de batterie et de percussions sur son final, une véritable ambiance tribale, tandis que François Ovide au trombone s'allie avec Youenn Le Berre dont c'est la seule contribution au saxophone pour ce disque. Un moment fort. Ovide dévoile plusieurs palettes de son talent comme sur l'intro de "Nous N'irons Plus" où il joue d'un piano soliste aux influences baroques mêlées de profanations musicales, avec ces fameuses dissonances.

Ce morceau, divisé en deux parties, est très intéressant car il s'ouvre et se termine telle une ritournelle ou un jeu d'enfants inquiétant et sur le point de tourner au drame. Sachant que la deuxième partie sonne presque comme du revival folk français psychédélique, on pense à la relecture par MALICORNE de "La Blanche Biche" en 1977. Loin et pourtant si proche, dans la première partie on trouve, autrement magique, un splendide arpège de guitare acoustique au son aquatique, très début-80's, tandis que le grand sonneur Patrick Molard est invité à venir jouer une mélodie tout ce qu'il y a de plus celtique et enchanteresse. Stupéfiant, quelle créativité !

Dans un genre hédoniste, on a aussi le très beau "Sacra Matao", loin des improvisations plus ou moins marquantes mais très énergiques de "Push-Pull" et "La Perruche et le Président", où flûte, violon et guitare électrique se font des passes ou des dribbles, s'entremêlent. C'est toujours étonnant, cette capacité de mélanger des folies jazz-fusion avec la tradition qui appele une sensibilité pour la pureté et l'émerveillement.

De quoi déstabiliser l'auditeur, et le perdre à travers des moments qui semblent moins inspirés. Ce n'est pas le cas de "Locomo", rythmé par l'excellente basse de Le Gall, à l'avenant sur tout le disque, mais en particulier sur ce morceau à l'esprit libre et aventurier, où les instruments les plus celtiques semblent être, pour une fois, les plus rock. En tout cas, ce sont eux qui partent en jig.

Malgré tous ces éléments, un beau son (château d'Hérouville, forcément) ainsi qu'une pochette splendide (Le Repos, tableau du peintre Roland Cap), le disque n'est pas autant réussi que ce qu'il aurait pu, et c'est fort dommage. Toutefois, c'est d'un niveau très bon si l'on compare avec ce que GWENDAL publie deux ans après.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par MARCO STIVELL :


MELLOW CANDLE
Swaddling Songs (1972)
Unique et essentiel




The MOODY BLUES
Days Of Future Passed (1967)
Pas inattaquable mais historique


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Bruno Barré (violons)
- Youenn Le Berre (flûtes, saxophone ténor)
- Patrice Guillaumat (batterie)
- Robert Le Gall (basse)
- François Ovide (guitares, trombone, piano)
- + François Leymarie (basse)
- Patrick Molard (cornemuse)
- Olivier Pedron (batterie)
- Emmanuel Renard (voix)
- Anne-laure Poulain, Thierry Roisin (langage mystérieux)


1. Locomo
2. Push-pull
3. À L'est De Moussours
4. Nous N'irons Plus (1ère Partie)
5. Sacra Matao
6. Basquette
7. La Perruche Et Le Président
8. Nous N'irons Plus (2ème Partie)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod