Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTROCK  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Sweet Smoke, Agitation Free
- Membre : Hawkwind, Popol Vuh, Amon Düül
- Style + Membre : Embryo

AMON DÜÜL II - Live In London (1973)
Par JOVIAL le 29 Janvier 2018          Consultée 242 fois

La sortie de Live in London est plus que symbolique. Elle coïncide tout d'abord avec la fin d'un âge d'or pour AMON DÜÜL II. Si son succès en Angleterre ne s'est pas encore démenti, le groupe allemand a déjà commencé à perdre de son originalité et les prochaines sorties ne feront que confirmer cette tendance à la normalisation. C'est également le crépuscule du krautrock dont la plupart des représentants connaissent alors leurs derniers instants de gloire outre-Manche. Malgré quelques ultimes soubresauts (Neu! '75, Landed) et de très particulières exceptions (KRAFTWERK, TANGERINE DREAM), la scène psychédélique teutonne s'effacera bientôt au profit du hard rock, du disco et du punk.

Enregistré en décembre 1972, Live in London s'adresse avant tout aux fans de la première heure. Alors que les deux derniers albums cartonnent au Royaume-Uni, la représentation d'alors ne propose que des morceaux issus de Yeti (1970) et de Tanz Der Lemminge (1971). Chose bien étonnante, car ceux-ci n'avaient pas grand-chose en commun avec le style désormais plus conventionnel d'AMON DÜÜL II. Comme le souligne Julian Cope dans son Krautrocksampler, c'est bien Carnival in Babylon et Wolf City que connaissait la jeunesse anglaise. Il faut tout de même se souvenir que Yeti autant que Tanz Der Lemminge venaient tout juste d'être repressés chez United Artists Records. À croire que nos Allemands souhaitaient en faire la promo. Live in London contient néanmoins le seul véritable « hit » du groupe dans la première partie de sa carrière, le sismique « Archangels Thunderbird » que John Peel balançait encore régulièrement sur les ondes de la BBC Radio 1.

Malgré son succès, AMON DÜÜL II tournait quasiment avec un matériel de fortune et cela s'entend. La qualité sonore de Live in London est relativement médiocre, parfois très désagréable à l'écoute. Après quelques brèves recherches, il semblerait que ce problème diffère d'un pressage à un autre. Les versions CD seraient ainsi à éviter. Certaines des plus récentes contiennent parfois quelques ajouts et retouches. Cela n'explique cependant pas les problèmes de balance. Régulièrement, le chant est presque inaudible, masqué par le mur des guitares. De même, le rendu de la batterie est parfois difficile, en témoigne malheureusement « Soap Shop Rock » sur la première partie du disque.

Live in London se divise en deux actes. En face A, de loin la meilleure, AMON DÜÜL II nous dévoile les moments les plus fiévreux de Yeti. « Archangels Thunderbird » fait immédiatement trembler les murs, avant de laisser place à la monstrueuse « Eye Shaking King », sublimée par un duel fracassant entre John Weinzierl à la guitare et Chris Karrer au saxophone. Le groupe s'avère néanmoins un poil moins inspiré avec « Soap Shop Rock », amputée de son final mais couronnée d'une « Improvisation » assez déroutante, évoquant fortement HAWKWIND. En face B, les Allemands multiplient également les improvisations sur « Syntelman's March of the Roaring Seventies », « Restless Skylight-Transistor-Child » et « Races From Here Ears », en réalité simple version tronquée de la précédente sur Tanz Der Lemminge. La formation munichoise maîtrise impeccablement son sujet, sans non plus vraiment surprendre son auditoire, laissant poindre une certaine lassitude.

Véritable monument de l'acid-rock pour certains, disque très moyen pour d'autres (à l'instar de Julian Cope), la qualité réelle de ce Live in London se situe sans doute entre ces deux affirmations. Bon live s'il en est, qui ne souffre cependant pas la comparaison avec l'autre classique du genre, l'immense Space Ritual. Il fut néanmoins pendant longtemps le seul témoignage d'AMON DÜÜL II sur scène et à ce titre mérite bien, du moins pour les amateurs de space rock, une écoute attentive.

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par JOVIAL :


GURU GURU
Ufo (1970)
Les Guru Guru, tribu de l'Espace LSD.




AGITATION FREE
2nd (1974)
Tranquille. Posé. Planant. Magnifique.


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Lothar Meid (basse/chant)
- Daniel Fichelscher (batterie)
- Peter Leopold (batterie)
- Engineer – Vic Maile
- Chris Karrer (guitare/violon/sax)
- John Weinzierl (chant/guitare)
- Falk-u Rogner (claviers)
- Renate Knaup (chant)


1. Archangels Thunderbird
2. Eye Shaking King
3. Soap Shop Rock
4. Improvisation
5. Syntelman's March Of The Roaring Seventies
6. Race From Here To Your Ears



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod