Recherche avancée       Liste groupes



      
KRAUTROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Sweet Smoke, Agitation Free
- Membre : Hawkwind, Popol Vuh, Amon Düül
- Style + Membre : Embryo

AMON DÜÜL II - Made In Germany (1975)
Par AIGLE BLANC le 11 Novembre 2017          Consultée 121 fois

9ème opus d'AMON DÜÜL II, Made In Germany se présente comme l'album le plus à part du groupe allemand. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il n'est pas paru durant la période idéale de sa discographie.
Depuis Wolf City (1972), le rock psychédélique et païen du groupe a bien perdu de son originalité et de son caractère subversif, à force de vouloir sans doute séduire un auditoire plus large. Le précédent effort studio, le bancal Hijack (1974), montrait un essoufflement qui n'augurait rien de bon pour la suite.
Made In Germany présente tous les symptômes d'un déclin inexorable : la musique qui y est développée a abandonné définitivement l'ampleur des messes païennes d’antan. Le psychédélisme saupoudre encore l'ensemble de l'album, mais dans un style plus conventionnel.

Pourtant, malgré ces nouvelles peu rassurantes, Made In Germany réussit à surprendre l'auditeur par la constance de son inspiration, d'autant plus inespérée que l'opus se présente comme un double album. En réalité, le marché international n'a connu à l'époque de sa sortie qu'une version simple tronquée tandis que le marché allemand, lui, a bien découvert la version intégrale double album. Les deux versions se valent, la simple se montrant un poil plus percutante, la longue se déployant à la dimension d'un spectacle de cabaret grâce notamment à l'étonnante introduction orchestrale ainsi qu'aux interventions vocales d'un présentateur, sorte de M. Loyal. Cet album conceptuel gagne donc à être écouté dans sa version intégrale.
AMON DÜÜL II surprend donc par l'ambition de son projet musical qui consiste à couvrir l'histoire de son pays (rien de moins), le groupe y affirmant sa germanité avec aplomb et autorité. L'agencement des 20 titres semble totalement aléatoire, ce que confirme la version abrégée (10 titres) au programme réorganisé. Les chansons alternent le music-hall de cabaret, le rock psychédélique et le folk dans une ambiance foutraque au chaos plutôt cohérent. L'auditeur ne sait jamais ce que lui réserve la piste suivante. Et des surprises, Made in Germany n'en manque pas. AMON DÜÜL II n'a jamais été le chantre d'une musique subtile ni délicatement ouvragée, mais ici il gagne la partie du point de vue de l'énergie d'ensemble déployée. Il fallait du courage pour orienter l'album vers des territoires parfois étrangers à ceux qui ont forgé sa réputation. Ici, l'audace paye grâce à une inspiration miraculeusement retrouvée ainsi qu'à à la très bonne tenue des interprètes vocaux, Renate Knaup en tête.

Sur les 20 titres qui composent l'album, on observe déjà un bel équilibre entre les chansons et les instrumentaux, respectivement au nombre de 11 et de 8. Cela permet d'aérer une écoute qui sinon souffrirait peut-être d'un excès vocal. En effet, les chansons alternent avec une grande maîtrise lead vocaux et parties chorales dont les arrangements évoquent plusieurs fois non seulement les BEATLES mais aussi le PINK FLOYD de la période A Saucerfull Of Secrets et Obscured By Clouds, que ce soit "Dreams" ou "Gala Gnome". S'agit-il de pastiche ou bien d'une influence inconsciente ? A coup sûr, ce sont des chansons réussies, surtout "Dreams" à la mélodie séduisante.
L'équilibre se retrouve aussi dans l'alternance de chansons pop humoristiques, comme l'iconoclaste "Ludwig" dans les vocaux de laquelle plane l'ombre de Frank ZAPPA, et de titres plus proches du Music-Hall comme la délicieuse "Wide Angle" qui anticipe, semble-t-il, avec 2 ou 3 ans d'avance, la Kate Bush de Kick Inside, la présence au chant de Renate Knaup n'étant pas étrangère à cela.
La pop ici se mâtine de folk et de rock ("Wilhelm Wilhelm"), et même une fois de country ou d'americana ("Emigrant Song"). Mais l'esprit psychédélique n'a pas disparu non plus, ce que confirme l'excellent "Dreams". Il arrive aussi qu'une composition démarre sur un rythme folk, avec arpèges de guitare ("Mr Kraut's Jinx"), avant de bifurquer sans prévenir dans un registre proche du VELVET UNDERGROUND, Jim Karrer au chant s'inspirant semble-t-il de Lou REED. Et AMON DÜÜL II démontre dans cet opus décidément étonnant sa maîtrise des arrangements symphoniques qui colorent favorablement le beau "Loosey Girls" et ponctuent efficacement le très amon-dûûlien "Wilhelm Wilhelm". Même la ballade "Blue Grotto" réussit à sonner avec une jolie sensualité.

Les instrumentaux dominent dans la première partie de l'opus jusqu'à la piste 5. Ils font se succéder quelques plages assez rock comme "SM II Peng" où la guitare électrique se signale par ses accords agressifs et percussifs tandis que la basse de Robby Heibi imprime sa lourde empreinte à laquelle semble échapper l'orgue vaporeux de Folk-U. Rogner, ou bien l'ébouriffant "Wir Wollen" qui flirte avec le rock progressif symphonique. "La Krautoma" débute même par une version rock de l'air populaire "La Paloma" du compositeur espagnol Sebastian de Yradier, à la manière du Jimmy HENDRIX de Woodstock reprenant la Marseillaise sur sa guitare, avant que le titre ne vire dangereusement dans un délire space-rock réussi à la Hawkwind.
Dans la partie centrale (plages 5 à 12), les instrumentaux explorent un spectre plus ambient où AMON DÜÜL II propose de jolies miniatures en guise de transition : la guitare y délivre des larsens atmosphériques et les claviers plongent plus profondément dans la veine électronique.

Si Made In Germany ne saurait prétendre au chef d'oeuvre, il demeure toutefois riche d'idées assez bien exposées. Le groupe y retrouve une certaine tenue alors que sa période dorée est déjà derrière lui.

A lire aussi en ROCK par AIGLE BLANC :


The WAR ON DRUGS
A Deeper Understanding (2017)
10 sublimes ballades introspectives




POPOL VUH
Coeur De Verre (1977)
Un rock lumineux et extatique : du pur Popol Vuh


Marquez et partagez





 
   AIGLE BLANC

 
  N/A



- Renate Knaup (chant)
- Chris Karrer (guitare, banjo, violon, chant)
- John Weinzierl (guitare)
- Nando Tisher (guitare, chant)
- Robby Heibi (guitare basse, violon, chant)
- Peter Leopold (batterie, percussions)
- Thor Baldursson (claviers)
- Falk-u. Rogner (synthétiseur, orgue)
- Fritz Sonnleitner (violon, section des cordes)
- Lee Harper (trompette)
- Karlheinz Becker (timbale, gong, percussions)


1. Overture
2. Wir Wollen
3. Wilhelm Wilhelm
4. Sm Ii Peng
5. Elevators Meet Whispering
6. Metropolis
7. Ludwig
8. The King's Chocolate Waltz
9. Blue Grotto
10. Mr. Kraut's Jinx
11. Wide Angle
12. Three-eyed Overdrive
13. Emigrant Song
14. Loosey Girls
15. Top Of The Mud
16. Dreams
17. Gala Gnome
18. 5.5 55
19. La Krautoma
20. Excessive Spray



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod