Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Sweet Smoke, Agitation Free
- Membre : Hawkwind, Popol Vuh, Amon DÜÜl
- Style + Membre : Embryo

AMON DÜÜL II - Almost Alive (1977)
Par AIGLE BLANC le 14 Octobre 2019          Consultée 685 fois

Onzième album studio d'AMON DÜÜL II, Almost Alive mobilise la même équipe que l'opus précédent : à savoir Chris Karrer aux guitare, saxophone et violon, Peter Leopold à la batterie, Stefan Zauner aux claviers, synthétiseurs, John Weinzierl à la guitare et Klaus Ebert à la basse. Réduit de nouveau à cinq membres, plus rien ne distingue le groupe d'une quelconque formation pop-rock. Les fans de la première heure peuvent donc continuer à se lamenter sur la perte inexorable de personnalité d'AMON DÜÜL II, autrefois groupe psychédélique à l'originalité puissamment radicale, son déclin artistique coïncidant avec le départ de ses membres d'origine et l'uniformisation irréversible d'une industrie du disque qui, après avoir encensé et exploité sans vergogne les expérimentations ayant conduit au Rock Progressif, se tourne vers le Punk naissant, seul garant croit-on alors du rock le plus sauvage aux élans libertaires. L'élaboration d'Almost Alive souffre considérablement de ce contexte peu favorable aux idées un peu folles que le groupe désire encore explorer, même si au sein d'un esprit plus mainstream. Telefunken, la maison-mère du label Nova, n'abrite dans son escarcelle que des groupes et artistes d'obédience pop-rock. AMON DÜÜL II se voit donc pressé de livrer un produit calibré selon les canons du genre en cours.

Si Almost Alive échoue dans sa tentative de conférer un style pop-rock aux six titres qui le composent, ce n'est pas faute d'avoir essayé de correspondre à la ligne demandée. C'est ainsi que quatre titres s'efforcent d'accorder la part belle au chant. Or, AMON DÜÜL II n'a jamais été un groupe réputé pour son identité vocale, si l'on excepte la chanteuse Renate Knaup-Aschauer. Celle-ci ayant quitté le navire en 1976 pour rejoindre Florian Fricke au sein de POPOL VUH, il ne reste personne capable d'assurer décemment les vocaux. Alors, chaque membre, comme dans un souci d'équité participative, daigne tenter sa chance au micro. Quelle misère ! Klaus Ebert, Chris Karrer et Stefan Zauner délivrent une piètre performance vocale dont le mot-clé semble l'absence totale de charisme. Le premier qui assure les deux compositions initiales de l'album, "One Blue Morning" et "Good Bye My Love", fait peine à entendre ; Chris Karrer quant à lui, habitué à prendre le micro occasionnellement, nous remémore avec "Ain't Today Tomorrow's Yesterday" quelques bons souvenirs de la période dorée, ce qui ne signifie pas pour autant que sa voix soit son meilleur atout. Il bénéficie, a contrario de son acolyte Klaus Ebert, d'une composition qui, à défaut d'être transcendante, possède quelques passages intéressants dont les sombres synthés de sa dernière partie rappellent l'instrumental "Deutsch Nepal" de l'album Wolf City de 1972, tandis que les arrangements de cordes de Jörg Evers concluent le titre de façon inédite dans la carrière d'AMON DÜÜL II ; avec "Feeling Uneasy", Stefan Zauner livre des vocaux passe-partout qui ne passeraient pas l'audition d'un album d'ALAN PARSONS PROJECT.

Malgré ses chants pop, Almost Alive ne réussit pas à assurer sa reconversion vers un esprit plus mainstream. Déjà, les titres avec une moyenne de 6 ou 7 minutes sont bien trop longs pour passer à la radio et les compositions laissent encore la part trop belle aux improvisations. Soyons clair : aucun titre ne retient ici véritablement l'attention. Même si l'on appréhende l'album comme l'expression tardive d'un rock progressif résistant au passage cruel des modes, il n'y a guère ici de satisfaction à trouver : les compositions peinent à tenir la distance de leur durée qui paraît donc quelque peu forcée, surtout en ce qui concerne les deux premières chansons, relativement insipides à cause d'un manque flagrant d'inspiration. La suite, sans atteindre à l'excellence, propose des idées intéressantes quoique mal exploitées : la partie lyrique finale de "Ain't Today Tomorrow's Yesterday" amorce un début d'inspiration qui survient malheureusement trop tard pour rehausser le niveau général de la composition. L'accroche efficace au synthé d' "Hallelujah", proche dans l'esprit des Italiens de GOBLINS, déçoit aussi nos attentes, le groupe ne parvenant pas à développer le titre de manière pertinente, l'impression demeurant celle d'un titre bâclé. "Feeling Uneasy" est la composition qui se rapproche le mieux de ce que peut être un titre pop-rock, mais encore une fois, malgré sa durée, il ne parvient pas à emporter totalement notre adhésion. Que manque-t-il réellement au dernier titre, "Live In Jericho", pour satisfaire le fan de suite progressive ? De l'énergie ? Sûrement pas. Les guitariste et batteur du groupe s'y démènent dans une salve de virtuosité assez convaincante. D'inspiration ? Pas vraiment dans la mesure où le groupe carbure à l'improvisation. De cohésion ? Sans doute, ce titre de 13 minutes s'apparentant à un long exercice assez vain en solo.

De nombreuses écoutes de cet opus finissent par le rendre presque acceptable, surtout à partir de la troisième plage, pente vers laquelle ne se laissera pourtant pas entraîner votre serviteur qui ne laisse de regretter l'esprit initial aventureux et excessif d'AMON DÜÜL II.

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par AIGLE BLANC :


The Alan PARSONS PROJECT
The Essential Alan Parsons Project (2011)
Un condensé judicieux d'alan parsons project.




GOBLIN
Profondo Rosso (1975)
Quand Dario Argento rencontre Goblin...


Marquez et partagez





 
   AIGLE BLANC

 
  N/A



- Peter Leopold (batteries)
- John Weinzierl (guitares)
- Klaus Ebert (chant, guitares, basse)
- Chris Karrer (chant, guitares, saxophone)
- Stefan Zauner (chant, claviers, synthétiseur)
- Keith Forsey (percussion additionnelle)
- Claudia Barry (chœurs)
- Jörg Evers (arrangements des cordes)


1. One Blue Morning
2. Good Bye My Love
3. Ain't Today Tomorrow's Yesterday
4. Hallelujah
5. Feeling Uneasy
6. Live In Jericho



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod