Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Sweet Smoke, Agitation Free
- Membre : Hawkwind, Popol Vuh, Amon Düül
- Style + Membre : Embryo

AMON DÜÜL II - Pyragony X (1976)
Par AIGLE BLANC le 30 Novembre 2017          Consultée 139 fois

Si le déclin d'AMON DÛÛL II avait été amorcé dès l'album Carnival In Babylon (1972), jusqu'à Made In Germany (1975), force est de reconnaître que le groupe, tout en simplifiant sa formule, avait su conserver plus ou moins une forte empreinte psychédélique et, au demeurant, une certaine originalité, même si elle avait eu tendance à s'émousser progressivement.
A partir de Pyragony X (titré Pyragony 10th lors des rééditions de Castle Communications et de Repertoire Records), le doute n'est plus permis : AMON DÛÛL II n'est plus du tout le même groupe. Lothar Meid (basse), Olaf Kübler (flûte et saxophone), Falk-Ulrich Rogner (synthétiseurs, claviers), Robby Hebbi (basse, violon) et Renate Knaup (chant) quittent le navire. La stabilité au sein de cette formation atypique n'a certes jamais été effective, mais le départ des musiciens sus-cités correspond tout de même à une indéniable déconvenue, certains d'entre eux faisant partie des membres originels du groupe.

Bien des groupes auraient capitulé et rangé leurs armes, pas AMON DÛÛLL II qui resserre les rangs et appelle à la rescousse deux nouveaux venus, Klaus Ebert à qui sont attribués les postes de bassiste, de guitariste et de chanteur, et Stefan Zauner qui officie aux claviers, aux guitares et au saxophone. Le premier avait fait ses armes au sein des formations Sameti et 18 Karat Gold, le second venait de produire par ses propres moyens son premier album Narzib. Les trois autres membres sont en quelque sorte les seuls rescapés du groupe : Peter Leopold se charge comme toujours de la batterie, John Weinzierl des guitares et des vocaux et Chris Karrer des guitares, du violon et du chant. Au total, Pyragony X est exécuté par 5 membres ni plus ni moins, ce qui change considérablement la donne, AMON DÛÛL II s'étant fait une caractéristique, depuis ses origines, du nombre surdimensionné de ses membres, jusqu'à plus de dix lors de sa faste période. C'est ainsi qu'en 1976, plus rien ne semble le distinguer des autres formations pop-rock, si ce n'est le flou qui entoure le rôle dévolu à chacun. Il est étonnant par exemple de constater que sur les 5 musiciens, 4 se chargent tour à tour des guitares.

Il est évident que Jürgen S. Korduletsch, le producteur, ambitionne de rajeunir l'audience du groupe qu'il entraîne sur un terrain hautement balisé par les pontes du pop-rock (on pense parfois aux BEATLES) et autres obscures formations officiant dans un prog-rock très sage, limite inoffensif à force de brider ses élans guitaristiques et de limiter ses digressions. Si l'on en croit les concerts qui ont suivi l'album, en effet le pari est en partie réussi, quoique modeste, le public accueillant une audience plus jeune qui ignorait probablement les origines d'AMON DÛÛL II.
Tout a été fait pour correspondre au plus petit dénominateur commun : des compositions passe-partout (il ne faut surtout pas déranger un public abreuvé de rock conventionnel) dont a été gommée la moindre aspérité.

Et c'est là l'impardonnable faiblesse de ce dixième opus ni fait ni à faire. Non que l'album soit une catastrophe. Aucun des 8 titres ne sombre dans le ridicule. On peut même déceler une ou deux pièces assez réussies comme l'ouverture "Flower of the Orient" où les guitares, percussions et claviers délivrent un parfum subtilement oriental. Le groupe se rapproche ici vaguement de POPOL VUH tout en offrant une musique délibérément orientée rock. C'est d'ailleurs la seule composition signée des 5 membres du groupe. Sa modeste réussite fait regretter que le groupe n'ait pas fait davantage confiance en son talent collectif. On peut sauver aussi un instrumental sympathique de John Weinzierl, "Crystal Hexagram", qui offre un beau dialogue entre deux guitares qui circonvolutionnent autour des claviers inspirés de Stefan Zauner. Sans être transcendante, la composition n'en est pas moins agréable. "The Only Thing" bénéficie quant à elle d'une dernière partie instrumentale où les guitares, soudain libérées, lâchent deux soli exaltants qui anticipent certains des meilleurs moments de DIRE STRAITS. On jurerait y entendre le doigté et le feeling de Mark Knaupfler.
Le reste souffre d'un manque flagrant de personnalité : "Capuccino" ressemble à s'y méprendre à une des ballades que savait pondre le Ray Davis des KINKS période The Village Green Preservation Society. "Merlin" est un rock, certes enlevé, mais tellement basique qu'il en est ennuyeux malgré la volonté de John Weinzierl de pousser le caractère rocailleux de sa voix. Les choeurs sonnent en revanche comme s'ils surgissaient d'une autre chanson. Les guitares y poussent des soli nerveux mais mille fois entendus ailleurs. "Lost in Space" évoque étrangement le style clair cher à The Alan Parsons Project. "Sally the Seducer" piétine les plate-bandes de HAWKWIND jusqu'à en être un quasi plagiat.

On se rend bien compte que Pyragony X touche à tous les styles, non sans talent, mais sans aucune imagination non plus. Il voit le groupe se vautrer dans des formules préfabriquées et perdre irrémédiablement son identité intrinsèque. On croirait écouter un album exécuté par des requins de studio. Quel gachis !

A lire aussi en ROCK par AIGLE BLANC :


THIS MORTAL COIL
Filigree & Shadow (1986)
La quintessence du projet d'ivo watts-russel




LITTLE BOB STORY
High Time (1976)
Le meilleur groupe de rock français


Marquez et partagez





 
   AIGLE BLANC

 
  N/A



- Klaus Ebert (chant, basse, guitares)
- Stefan Zauner (chant, claviers, guitares)
- Chris Karrer (chant, guitares, violon, saxophone soprano)
- Peter Leopold (batteries)
- John Weinzierl (chant, guitares)


1. Flower Of The Orient
2. Merlin
3. Crystal Hexagram
4. Lost In Space
5. Sally The Seducer
6. Telly Vision
7. The Only Thing
8. Capuccino



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod