Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Ramin Djawadi
- Membre : Bande Originale De Film
- Style + Membre : Hans Zimmer/benjamin Wallfisch

Hans ZIMMER - True Romance (complete Score) (1993)
Par BAKER le 1er Mai 2018          Consultée 147 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

Ah ! True Romance. Mais quel chef-d'oeuvre ! Quelle intrépidité ! Quelle classe ! Un film résolument audacieux, intelligent, captivant, très novateur et en prime dépourvu de tout égo. Un film si puissant, si fantastique, que je m'interdis de le regarder de nouveau. Mes yeux, mon cerveau n'y survivraient pas. Tant de beauté doit être consommée avec parcimonie. Extrême parcimonie. Limite, si je ne le regardais plus jamais de ma vie, ce serait lui rendre le plus bel hommage. Mais pour prolonger le plaisir pur de ce chef-d'oeuvre, voici son pendant discographique signé Hans Zimmer, et contenant son meilleur thème. Pas répétitif en plus.

Si d'aventure vous n'aviez pas encore compris que le paragraphe précédent était un pur exercice de second degré, je vous suggère d'arrêter votre lecture derechef. Car si j'ai effectivement stoppé le visionnage pénible de True Romance au bout d'une heure dix, c'est bel et bien l'intégralité de son "complete score" que votre serviteur s'est emplâtré, d'un bout à l'autre. Pour un résultat pas vraiment plus brillant. De ce que j'en connais (il faut dire que le monsieur possède à son actif désormais plus d'une centaine d'albums !), True Romance est le plus mauvais disque de la première période (87/94) de Hans Zimmer. Et pour comprendre ce ratage, il faut d'abord nous mettre d'accord sur deux principes : 1 - il s'agit de la version "complete score" avec toute la musique au format habituel des BO, et non une "suite" musicale, domaine dans lequel le père Zimmer excelle et qui, on le verra, aurait limité les dégâts. Et 2 - malheureusement, pour bien rendre compte du désastre, je suis obligé de faire une chronique linéaire.

Nous commençons donc par le thème officiel "You're so cool", joué principalement aux marimbas, et cultissime parmi les fans (dont je ne fais pas partie, vous l'aurez compris) de Quentin Tarantino. Je n'aime pas ce thème, c'est dit. C'est personnel, il m'agace. Mais même en étant objectif, on peut vite voir qu'il s'agit d'une habile resucée de Rain Man et de Green Card (version CARLOS). D'accord, passons. "I Think I Love You" débarque, et c'est un gag. On dirait un remix du premier titre, mais attention, un remix de nain, fait par ordinateur en cliquant sur les pistes à effacer ou inclure au pifomètre. C'est de la pure musique au mètre, et attendez, c'est que le début. "To The Club" présente une variante un peu sinistre, au ralenti, mais guère meilleure. "Not My Clothes" : quatrième piste du disque, quatrième version du même thème. Même Christophe MAE fait mieux. "I'm Your Son" présente toujours et encore la même mélodie, mais cette fois avec quelques arrangements plus intéressants, plus purement "Zimmeriens". L'électronique et les cordes arrivent enfin à se faufiler.

"Father Goodbyes" est... eyh mais là j'abdique ! Le disque a commencé depuis dix minutes et déjà votre cher Baker a envie de l'arrêter. En cela, le disque se montre très respectueux du film. Donc quiconque trouve une différence avec la plage 1 gagnera un filet garni. "Stars At Dawn" est le PREMIER titre (sur 7) à différer : c'est de la musique de roadrace, graisseuse, poisseuse même, avec des guitares slide cossues. C'est fonctionnel mais ça marche très bien grâce à l'équipe de choc de Hans. Furieux et unleashed, ce titre est quand même proche de Days of Thunder. "Alabama Hit" est également différent, et bon, mais... oui, vous aurez rapidement reconnu les sons ET le style mélodique de Black Rain. "Start Over" est là pour rappeler quel disque on écoute, avec le thème au ralenti sur fond d'orgue curieux. Anecdotique, nonobstant de jolies cordes.

Que dire sur "Needed Gun", sinon que c'est beau, le comique de répétition. Deux titres viennent ensuite donner dans le bruitiste contrôlé : "Elevator Tension" est un petit délire défoulant, et "Police Comes In" encore plus jusqu'au boutiste va chasser sur les terres d'Angelo BADALAMENTI. "Shootout" aussi pourrait conclure un joli triumvirat, mais c'est toujours pareil : l'ambiance a déjà été entendue cinq, six, sept fois dans la alors encore jeune carrière de l'Autrichien. Il manque une âme à ce thème qui recycle allègrement Paperhouse, Black Rain, Thelma & Louise et K2. "Shootout" a cependant un gros avantage : c'est l'unique titre à la durée assez conséquente pour permettre un vrai développement. Et donc il est agréable à écouter, bien plus que "End Scene" qui, vous l'aurez déjà deviné, est un copier/coller des premiers titres.

Attendez, attendez ! S'pô fini ! Cette édition collector de la mort qui tue la vie propose plein de "faces B". Oh chic chic quelle joie, allons-y, on va se les enquiller. Dans l'ordre : You're so cool "Alternate Version I". Euh... Ouais bon alors qu'est-ce que je disais sur la MAO en début d'article ? Voilà, Hans a fait trois clics de souris, "enregistrer sous", nouveau nom de fichier et hop ! On a gagné deux minutes. You're so cool "Alternate Version II" ensuite : il faut être fan mordu à la limite de l'obsessionnel compulsif pour se pignoler sur les différences, microscopiques, avec la version I. Bon, vas-y René, c'est quoi la suite ? "You're So Cool REMIX" ! Ah ! Ah les cons ! Mais c'est qu'ils se moquent de nous en plus ! Ou comment faire un album avec peu ou prou 8 minutes de musique "nouvelle" (et encore), et te vendre ça 39,99$ (oui messieurs dames) en galette de cire rose bonbon qui brille dans la nuit te portera bonheur et fera revenir ta femme à genoux comme une chienne.

On croit défaillir quand on s'aperçoit qu'un 45 tours inédit est livré dans l'édition deluxe (coucou John CARPENTER). Il contient "You're So Cool EXTENDED SINGLE REMIX" (à ce stade, on attend un featuring de LARUSSO). C'est le même thème pour la 9ème fois dans le disque, mais le mix et les arrangements en font l'unique version à conserver. "Stars at Dawn" est aussi présenté en version "extended single" : à sa furie s'y greffe le côté film noir de "To The Stars", et c'est un peu meilleur. Enfin, unique titre vraiment intéressant, "Amid The Chaos of Day" est une sorte de best-of qui rappelle Pacific Heights. C'est du déjà entendu, y compris ici ("Shootout" y est repris longuement), mais c'est ce qui se rapproche le plus d'une "Hans Zimmer suite". Et du coup, ce pauvre 45 tours bonus devient la seule raison d'acheter ce package. Car sinon, si vous voulez vraiment vous faire plaisir et découvrir Herr Hans dans ses plus glorieuses heures, achetez Paperhouse, Black Rain et Driving Miss Daisy, les trois d'un coup : ça coûtera aussi cher que ce pauvre True Romance et vous en aurez largement plus pour votre argent.

Et côté cinéma, reprendre in extenso ma dernière phrase, na.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par BAKER :


EXXOS
Dune Spice Opera (1992)
Un voyage rare, sidéral et sidérant




BULLET HEIGHT
No Atonement (2017)
Pure reason revolution revisited


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Non Disponible


1. You're So Cool (main Title)
2. I Think I Love You
3. To The Club
4. Not My Clothes
5. I'm Your Son
6. Father Goodbyes
7. Stars At Dawn
8. Alabama Hit
9. Start Over
10. Needed Gun
11. Elevator Tension
12. Police Comes In
13. Shootout
14. End Scene
- bonus Tracks
15. Main Title (alternate I)
16. Main Title (alternate Ii)
17. Main Title (remix)
- 45 Tours Bonus
18. You're So Cool (extended Single Version)
19. Stars At Dawn (extended Single Version)
20. Amid The Chaos Of The Day



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod