Recherche avancée       Liste groupes



      
RAP, HIP-HOP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Nas, Kanye West
- Membre : Jay-z & Kanye West
- Style + Membre : The Carters

JAY-Z - American Gangster (2007)
Par GLADIUS le 10 Août 2018          Consultée 91 fois

Dixième album studio, ça se fête, non ? Fort des productions énormes que sont Reasonable Doubt ou encore The Blueprint, le rappeur JAY-Z réussit à nous faire oublier ses albums moins bons pour ne retenir que l’artiste qui a une influence monstrueuse tant dans le rap que dans la culture américaine en général. Plus aucun doute, Shawn Carter est devenu un pilier incontournable de son époque. Ceci étant, sa sortie de retraite avec Kingdom Come n’a pas réussi à séduire nos oreilles. Les attentes sont donc déterminantes sur American Gangster.

Cet album concept est une première pour le rappeur. Ici, il s’inspire du film du même nom pour orienter tous les choix de parole. L’album suit, tout au long d'une journée, les protagonistes qui passent par des découvertes et des prises de conscience. Chaque titre se réfère à une émotion du protagoniste dans le film. L L’introduction nous lance dans le thème en reprenant une scène du film pour nous faire cerner l’ambiance du projet. Ça y est, la bête est lancée avec « Pray » qui contient quelques bouts de voix de BEYONCE. La production gérée par P. DIDDY est monstrueuse, l’ambiance sombre et agressive. JAY-Z nous parle du capitalisme américain qui nourrit la pauvreté et la haine dans les cités, et tout cela nous offre un morceau fort réussi. L’ambiance vire à la Motown sur « American Dreamin’ » où le rappeur choisit de sampler la voix du regretté Marvin GAYE. Ici, JAY-Z rêve d’une vie meilleure, d’ambitions qu’il veut atteindre, et le titre encore une fois s'avère une réussite. L’ambiance redevient rock’n’roll sur « Hello Brooklyn 2.0 », en collaboration avec LIL WAYNE. Avec son sample des BEASTIE BOYS et son instrumentale dopée aux basses endiablées, ce morceau raconte la découverte du monde et les possibilités qu’il offre. « No Hook », aidé par une mélodie convaincante, nous parle de famille, thème cher à JAY-Z.

Les styles qu’abordent le rappeur et son équipe de producteurs sont nombreux sur cet album. Si l’on passe du rock’n’roll à la soul, on s’arrête sur des thèmes jazz comme dans « Roc Boys (And the winner is) » qui propose un rythme endiablé et une production aux petits oignons. Un des incontournables de l’album, sans aucun doute. « Sweet » nous parle des lendemains de fêtes, de la prise de conscience et de la gueule de bois, en choisissant une instrumentation plutôt flatteuse à nos oreilles. L’apparition de Pharell WILLIAMS sur « I Know », comme toujours une réussite, aborde l’addiction aux ambiances festives qui nous empêchent de revenir à la réalité. Thème que reprend « Party Life » avec son instrumentale posée et enivrante. La présence du chanteur pop profite aussi à un « Blue Magic » fort réussi.
Reconnaissez-vous les quelques notes de « Big Poppa » de NOTORIOUS BIG sur « Ignorant Shit », où JAY-Z prouve, si besoin est encore, son amour pour le défunt rappeur? Ici, le protagoniste est hors de contrôle, personne ne peut stopper ses envies, tandis que sur « Say Hello » il est question d’acceptation d’une vie de bad guy. La réconciliation de NAS et JAY-Z entraîne le morceau « Success » sur les cimes d'une belle réussite grâce à son instrumentale protéinée au possible. « Fallin’ », qui porte bien son titre, rappelle qu'après le succès il y a la chute. Mention pour BILAL qui nous propose un refrain de qualité. L’album se clôture sur « American Gangster » plein de punch, grande réussite en termes de mélodie et d’interprétation.

American Gangster est une indéniable réussite après l’échec de Kingdom Come. Album concept qui plus est, fait inhabituel chez JAY-Z, mais qui fonctionne fort bien. Le choix de production est judicieux et cela rend honneur à un rappeur qui doit encore accomplir des choses dans un milieu ayant tant besoin de lui, aussi bien comme pilier que comme source d'influence.

A lire aussi en RAP, HIP-HOP par GLADIUS :


Jorja SMITH
Lost & Found (2018)
Quelle voix !




2PAC
All Eyez On Me (1996)
Laissez vous emporter, c'est magique


Marquez et partagez





 
   GLADIUS

 
  N/A



Non disponible


1. Intro
2. Pray
3. American Dreamin'
4. Hello Brooklyn 2.0 (ft Lil Wayne)
5. No Hook
6. Roc Boys (and The Winner Is)...
7. Sweet
8. I Know (ft Pharrell Williams)
9. Party Life
10. Ignorant Shit (ft Beanie Sigel)
11. Say Hello
12. Success (ft Nas)
13. Fallin' (ft Bilal)
14. Blue Magic (ft Pharrell Williams)
15. American Gangster



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod