Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Prince, Madonna, Rick James , Terence Trent D'arby

Michael JACKSON - Music & Me (1973)
Par ERWIN le 1er Septembre 2018          Consultée 265 fois

Nous sommes en 1973 et Michael JACKSON sort définitivement de l'enfance à l'occasion de la sortie de son troisième album solo. Les problèmes s'amoncellent d'ailleurs autour de cet opus. A commencer par la voix du jeune garçon, qui prend peu à peu son envol. Et oui ! Même Michael a mué un beau jour. Imaginez la tête des producteurs en attendant de voir à quoi ressemblait la voix de l'adulte ! Mais miracle, tout s'est bien passé de ce point de vue. Mis à part les disputes quotidiennes avec Gordy sur le choix des chansons : le patron de la motown l'acoquine sans cesse avec des loosers du temps passé au lieu de lui permettre de poser ses propres compositions et ainsi de prendre son envol, comme vous allez le voir.

Trois singles sortent dans cette galette ! C'est une reprise de Stevie WONDER qui ouvre les hostilités. "With a child's heart". Hélas, il eût mieux valu surfer sur des aspects plus rentre-dedans à mon sens, tout le monde ayant oublié cette version et jusqu'au fait que M.J. l'a reprise. "Happy" n'est pas vilaine, mais souffre d'un complexe au dramatique déjà engagé auparavant avec "Ben". Il s'agit d'une chanson agréable, mais qui ne permettra jamais a Michael de réellement percer. Elle est dans l'air du temps et bien trop gentillette. Je lui trouve personnellement beaucoup de points communs avec "Your eyes" sortie dix ans plus tard par le groupe COOK DA BOOKS pour les besoins du film la boum II. Vous vous en souvenez ? Bon, c'est mignon et voilà tout. La petite guitare - arborée fièrement par le p'tit Michael sur la photo – résonne sur l'éponyme "Music and me", mais malgré la douceur de la voix du jeune artiste, le sujet de la chanson et sa mélodie sont mille fois entendues. C'est d'un mou !

Il aurait fallu surfer sur la vague du funk, alors en plein essor. "Doggin around" nous fait enfin repartir un peu sur des données plus dynamiques, mais sur un mode doowop. A nouveau, les choix de la production se font sentir. C'est passéiste. Damned, où est le fonk ? "Johnny Raven" est plus actuelle avec ses petites percussions. Seul titre à surnager légèrement "Morning show" est d'une mollesse à faire peur aux ténors de la variété Internationale. "Euphoria" n'est guère plus convaincante, même si elle donne un air de "La croisière s'amuse" à l'ensemble. "Up again" est un filler. Enfin, il chante encore "Too young" avec sa voix d'enfant, une chanson qui parle d'elle-même, des amours à venir et de sa propre évolution, comme si on attendait le messie pour "dans quelques années".

Bref, tout ceci me semble indigne, et nous n'avons même pas la chance de nous fourrer un classique sous la dent. Certes, la galette s'écoule à deux millions d'exemplaires, mais la démarche de Gordy est vouée à la poubelle, c'est l'évidence. Le voilà en train de nous gâcher le talent du môme ! Dieu merci, le judicieux jeune homme va se plaindre de la situation à papa Joe qui va prendre les choses en main et négocier la sortie de la Motown et un lucratif contrat avec Epic. Une nouvelle histoire est sur le point de commencer.

A lire aussi en POP par ERWIN :


ABBA
Voulez-vous (1979)
Voulez-vous danser le disco ?




Billy JOEL
The Stranger (1977)
Au sommet de l'empire state building


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. With A Child's Heart
2. Up Again
3. All The Things You Are
4. Happy
5. Too Young
6. Doggin Around
7. Johnny Raven
8. Euphoria
9. Morning Show
10. Music And Me



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod