Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Prince, Madonna, Rick James

Michael JACKSON - Michael (2010)
Par MANIAC BLUES le 19 Décembre 2010          Consultée 2907 fois

Michael Jackson continue de déchaîner les passions même après sa mort. Deuxième album posthume du King Of Pop après This Is It, Michael est loin de faire l’unanimité. Depuis des semaines, des rumeurs sans cesse plus nauséabondes ne cessent de circuler sur la toile. Cette fois-ci, Jackson, canonisé par l'opinion générale, n' est plus mis en cause : c'est sa maison de disque qui est la cible des fureurs de fanatiques toujours plus nombreux. Les fans de la première heure s’insurgent: pour eux, cet album fait injure à la mémoire du pape de la pop. En effet, des bruits courent sur le fait que le King ne chanterait pas sur tous les titres. Si ces doutes sont légitimes, ils n’apportent pas grand chose à un débat déjà stérile : oui, les maisons de disques sont sans scrupules et profiteront de la franchise Jackson jusqu’au dernier dollar. C’est un lieu commun. Et il est évident que les producteurs ont largement modifié les bandes originales des chansons : Michael est sans aucun doute un disque saturé d’overdubs. Mais est-ce le plus intéressant? On se moque pas mal de savoir s'ils ont rajouté les voix de 50 cent ou d’Akon pour mieux faire vendre le disque. Le seul intérêt de Michael est de nous faire découvrir les évolutions musicales de Jackson depuis Invincible. Il ne faut donc pas considérer ce disque comme un véritable album de Jackson mais plutôt comme une compilation de titres inédits.

On ne peut pas dire que la forme ait été bâclée. La pochette tape à l’œil annonce bien la couleur de cet album : un patchwork parfois écœurant de chansons pop, hip-hop qui flirtent avec le rock. Très aseptisé, Michael ne brille pas par son originalité et sa finesse. La qualité du disque est en effet très variable. Toute la première partie laisse à désirer. Des ballades comme « Hold My Hand », presque intégralement chanté par Akon, « Keep Your Head On », « (I Like) The Way I Love You » sont franchement médiocres : fade, mièvre, sans grande saveur, la production n’arrange pas des compositions déjà peu enthousiasmantes à la base. Dans la même veine, « Best Of Joy » a le mérite d’être plus sobre, mais on ne peut qu'être déçu par le maniérisme de l’interprétation. « Much Too soon » est davantage réussi même si, encore une fois, cette ballade brille par sa banalité.

Autobiographique, « Beaking News » raconte le matraquage médiatique subi par Michael Jackson. Un accompagnement musical en carton gâche totalement cette composition. On peut en effet reprocher à Michael une grande pauvreté instrumentale : l’interprétation globale est finalement très superficielle. Par exemple, l’écoute de « Hollywood Tonight » est rendue ignoble à cause d’une surenchère d’effets de style et de bruitages de mauvais goût.

Mais tout n'est pas à jeter aux ordures. En effet, la deuxième moitié du disque relève un peu le niveau. Curieusement, alors qu’on pouvait craindre le pire, « Monsters » obtient une mention passable grâce à un refrain grisant à peine massacré par 50 Cent. Encore un cran au dessus, « Behind the Mask » fait partie des bonnes chansons de ce disque. Bien rythmée, bien interprétée, cette composition de qualité a le mérite de sauver un disque en piteux état. Pourtant, la seule vraie belle surprise n’est autre que le duo avec Lenny Kravitz « (I Can’t Make It) Another Day » : aboutie et enthousiasmante, cette chanson électrifiée et survoltée remporte la palme du meilleur titre du disque.

En définitive, plus qu’un hommage sincère à Jackson, on retient de Michael un simple produit marketing sans grande saveur. Certains aspects ne sont pas désagréables, mais on est que très rarement renversé par la qualité du disque. S’il ne s’agit pas d’un produit inintéressant, Michael reste cependant très loin du niveau des meilleurs albums du King of pop. De toute façon, il ne faut pas se voiler la face : cela faisait presque vingt ans qu’il ne nous avait plus rien proposé de convaincant. Alors ce n’est pas en nous sortant des fonds de tiroirs que l’on fera ressusciter son génie.

A lire aussi en POP :


David BYRNE & ST.VINCENT
Love This Giant (2012)
A l'image des musiciens : beau et génial !




Richard ASHCROFT
United Nations Of Sound (2011)
L'ex THE VERVE nous fait les Nations Unies du Son


Marquez et partagez





 
   MANIAC BLUES

 
   MASTCARD

 
   (2 chroniques)



Non disponible


1. Hold My Hand
2. Hollywood Tonight
3. Keep Your Head Up
4. (i Like) The Way You Love Me
5. Monster
6. Best Of Joy
7. Breaking News
8. (i Can't Make It) Another Day
9. Behind The Mask
10. Much Too Soon



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod