Recherche avancée       Liste groupes



      
FUNK  |  STUDIO

Commentaires (29)
Questions / Réponses (7 / 19)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Prince, Madonna, Rick James , Terence Trent D'arby

Michael JACKSON - Thriller (1982)
Par ERWIN le 8 Septembre 2018          Consultée 595 fois

Voila bien la kro la plus inutile de l'histoire du site.... Quelqu'un dans le coin ne connait pas Thriller ? Pas un d'entre vous, je parie, même ceux nés après 2005...Vous connaissez tous le plus grand album de l'histoire de la musique moderne, même si vous ne l'avez jamais écouté. Alors, voilà une chronique pour la gloire et pour le fun. J'ai eu de la chance, j'ai vécu la sortie et le succès de Thriller. A mon sens, cet opus représente le pinacle de la musique populaire, pas seulement parce qu'il est le plus "ce que vous voulez", on le sait déjà, mais surtout car il est le sommet. Passé ses plus grands singles, la qualité de la musique va baisser, tout simplement. On ne reviendra pas avant un autre cycle à un tel niveau.

Tout dans ce disque touche à l'excellence, Michael est au top, comme danseur, comme chanteur, comme performer, et même comme compositeur, même son look est au meilleur. Quincy Jones n'a jamais aussi bien senti le son, la mode et les idées. Les musiciens ici présents sont les meilleurs, les membres de TOTO sont dans la place.

C'est pourtant le titre le plus léger du lot qui sort en premier. "The girl is mine", une bluette composée avec Paulo Macca, BEATLES qui tentent toujours de retrouver les émotions du passé. Alors c'est mignon, la vidéo est rigolote, on passe un bon moment. Mais pas de quoi faire du petit Michael le roi de la pop. On pressent pourtant l'arrivée en masse des titres suivants. Le 2 Janvier 1983, qui va devenir à mon avis la plus grande année de la musique populaire, sort "Billie Jean". Cette chanson incarne le sommet de la musique populaire, elle est parfaite. On ne fera jamais mieux en terme de mainstream. La mélodie, la ligne de basse énorme, la vidéo, les tics vocaux de Michael, tout est là. « Billie Jean » est un chef d'oeuvre intemporel, La pointe la plus funky du trident des hits intersidéraux de l'album.

La pointe rock du trident est constitué par l'épatante "Beat it". On touche à nouveau au sublime. Le riff est simpliste mais efficace. C'est du hard rock mais oui ! Quelle idée géniale, Michael cherchait à percer le mystère du genre... voilà qui est pour le moins réussi ! Le monde entier connait cette chanson immortelle . A cette époque, nous sommes en plein développement de la guitare , la distorsion règne en maîtresse et Jones cherche le guitariste qui pourra faire de ce titre un must have. Eddie VAN HALEN réalise en deux prises l'immortel solo et ne réclame même pas d'être payé pour cela...Le calcul peut sembler étrange, mais avec le recul on se dit que voilà une opération bien juteuse.. Le titre est parfait ainsi complet, une légende qui jamais ne se démentira.

Le disco funk hyper puissant de "Wanna be startin somethin'" permet à la voix de MJ de donner toute sa mesure sur une rythmique des plus pêchues. Moins posé que « Beat it », ici tout est dynamique, pas le temps de se reposer. On ne passera pas sur le détail scabreux du beat africain qui donne au titre tout son allant, "Mamma se mamma sa mamma coosa", tiré du répertoire de Manu DIBANGO "Soul Makossa".... Je m'y perds en conjectures, à ce niveau d'excellence, les artistes continuent "d'emprunter"... Passons, le résultat est magnifique, heureusement !

Alors «  Human nature »... C'est drôle ! Une composition de Steve Porcaro, Quincy Jones qui accepte in extremis sa présence sur l'album, et tous les membres de TOTO qui se retrouvent à arranger le squelette de la chanson. Elle aurait pu se trouver sur un album de TOTO si David Paich n'avait pas eu le nez de la proposer à Jones.. C'est comme ça qu'on se fait quelques millions de dollars sans trop s'en faire. La chanson est tout à fait mignonne et parfaite, avec un refrain susurré qui se laisse bien apprivoiser.

Le sixième single de l'album est « PYT », sur des paroles de James Ingram et une musique de Jones lui même. Pretty Young Thing possède cette aura originale qui en fait un ovni au sein même de l'album. On est à nouveau dans le funk le plus débonnaire. On retrouve notamment aux choeurs les sistas La Toya ainsi que la petite Janet. C'est sans doute le single le plus modeste de l'album, mais il atteindra la 10eme place du billboard.

On en termine avec la troisième pointe du trident, symbolisée par le video clip de "Thriller" réalisé par John Landis . Plus que par la composition elle même, même si le refrain va marquer ma génération au fer rouge, ainsi que les vocaux d'outre tombe de l'acteur Vincent Price, c'est bien la longuette vidéo avec ses zombies et ses pas de danse qui vont faire du titre un super classique. Le single ne sort d'ailleurs avec sa vidéo que fin d'année 83, c'est une année entière de domination de Thriller sur les charts, avant même que le titre n'envahissent le paysage musical, il y aura un avant et un après, c'est bien simple !

Outre "Thriller", Temperton se point avec deux compositions de son cru pour l'enregistrement. « Baby be mine », un petit funk de belle allure, et "The lady in my life", plus chaloupée et slow. Ces deux titres sont les moins glorieux du coin,ce qui n'a rien d'extraordinaire vu le niveau d'excellence moyen de l'album.

Le plus grand album de tous les temps doit aussi à un environnement exceptionnel son statut. En effet, dans le même temps sort le Let's dance de BOWIE, le Synchronicity de POLICE, le Touch d'EURYTHMICS, le Pyromania de DEF LEPPARD, le She's so unusual de Cyndi LAUPER, le Color by numbers de CULTURE CLUB, le Seven and the ragged tiger de DURAN DURAN, le GENESIS. Le Elton JOHN, le premier MADONNA... Bref, je vais m'arrêter là, et j'ai dans le même temps une pensée émue et attristé pour la jeunesse d'aujourd'hui, qui doit se coltiner les pires bouses au sommet des charts. Les jeunes de l'époque avaient une chance phénoménale, c'est certain ! Bref, voilà Michael roi de la pop et roi du monde !

A lire aussi en FUNK par ERWIN :


Michael JACKSON
Off The Wall (1979)
La vie avant Thriller.




Michael JACKSON
Bad (1987)
Pas mauvais du tout.


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
   UDUFRU

 
   (2 chroniques)



- Michael Jackson


1. Wanna Be Startin' Somethin'
2. Baby Be Mine
3. The Girl Is Mine
4. Thriller
5. Beat It
6. Billie Jean
7. Human Nature
8. P.y.t. (pretty Young Thing)
9. The Lady Of My Life



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod