Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-AGE/AMBIENT  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : La DÜsseldorf, Klaus Dinger
- Style + Membre : Harmonia, Neu!, Hallogallo 2010

Michael ROTHER - Esperanza (1996)
Par WALTERSMOKE le 23 Février 2019          Consultée 68 fois

Il y a différentes manières de revenir sur le devant de la scène, comme en témoignent les ténors du krautrock. Dans les années 90, ce dérivé allemand du rock progressif connaît un second souffle, engendré par le regain d'intérêt de la part des nouvelles générations de musiciens. Très vite, on se rappelle de brûlots enflammés comme Yeti (1970), Tago Mago (1971), et j'en passe. Du côté des légendes qui ont créé de tels albums, la réponse à cet engouement ne se fait pas attendre : on assiste ainsi au retour de FAUST, par exemple, mais aussi celui d'AGITATION FREE ou encore d'ASH RA TEMPEL. Mais à côté, il y a aussi ceux qui ont toujours tenu la barque tout en se tenant un peu éloigné du krautrock, comme GURU GURU, bien sûr, mais aussi Michael ROTHER. L'ex-guitariste de NEU! trace sa route en solo depuis un bon moment, et mène certes sa carrière comme il l'entend, mais prend un peu beaucoup de temps pour ce faire.

Preuve en est avec Esperanza, son 8e album. Il sort en 1996, soit 3 ans après la compilation Radio, mais surtout 9 ans après Traumreise ! Un long silence pour les deux fans fidèles qui courent l'un derrière l'autre, n'est-ce pas ? Une longue attente cruellement récompensée, surtout. Car on va être clair tout de suite : si cet album n'était pas un album de Michael ROTHER, tout le monde n'en aurait rien à foutre.

Esperanza est un album de musique électronique contemporaine des années 90. Au mieux, sans aller jusqu'à l'IDM alors en vogue, on se frotte les mains. Qu'un quadra ayant connu son heure de gloire 20 ans plus tôt soit capable de tenir la dragée haute à la nouvelle garde, on y croit. Sérieusement. Sauf qu'écouter Esperanza donne la sale impression d'écouter un CD de l'oncle Gérard qui s'est persuadé d'être le prochain Jean-Michel Jarre parce qu'il a découvert l'existence de la technologie MIDI.

Enfin, j'exagère. Mais disons que c'est la première impression qui se dégage lors des premières écoutes. Car ensuite, Esperanza se révèle comme l'album d'un génie musical qui préfère se faire plaisir en testant ce que la technologie a à lui proposer. Cela débouche sur des morceaux courts et nombreux, lorgnant sur le new-age, mais uniquement du côté musical a priori. Le tout n'est pas désagréable à écouter, comme n'importe quel album de new-age qui se démarque un peu de ce que le genre a l'habitude de nous envoyer à la gueule, mais sans plus. C'est juste qu'il n'y a pas grand-chose de plus à dire, quoi. Et quand on est chroniqueur, ce genre d'album est sans doute le pire à traiter, forçant à broder inutilement tout autour ou bien à avouer son impuissance à en parler en détails.

Après, « pas grand-chose » ne signifie pas rien pour autant. Esperanza possède son identité, on entend clairement un album de Michael ROTHER ici. Et puis... et puis il y a le morceau final, "Spirit of '72". Un clin d'oeil bien appuyé à NEU!, donc. On se demande d'ailleurs pourquoi ROTHER a dû attendre le projet Hallogallo 2010 (ourgh) pour se remettre au krautrock.

Au final, Esperanza n'est pas le genre d'album à écouter en priorité ou à conseiller. C'est plutôt l'album qu'on écoute quand on veut se farcir l'intégrale d'un artiste. Ceci étant, il n'y a rien de honteux ici, à moins de vouloir absolument en vouloir plus sous prétexte que c'est du Michael ROTHER, grand guitariste bla bla bla. On a vu bien pire – cf. le superbement cataclysmique Nada Moonshine # (1995) d'un certain AMON DÜÜL II. Le seul vrai reproche ? Toujours le même : ROTHER est lent à produire des albums.

Note réelle : aucune importance / 5

A lire aussi en NEW-AGE/AMBIENT par WALTERSMOKE :


Klaus SCHULZE
Shadowlands (2013)
Un "retour" magnifique




HANS ZIMMER/BENJAMIN WALLFISCH
Blade Runner 2049 (2017)
À bonne surprise, musique brillante.

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Michael Rother (tout)


1. Silver Sands
2. Perlenklang
3. Weil Schnee Und Eis
4. Esperanza
5. Electra
6. Wolkenwelt
7. Kristall
8. Singapore-lore
9. Heartbeat 67 Bpm
10. Loop-loop
11. Glox
12. Gleitflug
13. Travel
14. Herzlicht
15. One
16. Sphinx
17. Spirit Of '72



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod