Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Dire Straits

David KNOPFLER - Wishbones (2001)
Par BAKER le 26 Mars 2019          Consultée 709 fois

Autant David KNOPFLER aura accouché de deux albums pivots en moins d'un an, autant il aura pris son temps pour compléter la trilogie folk. 7 ans séparent Small Mercies de Wishbones. Pourtant, le coeur de la musique reste intact : place au folk, au country blues, au laid back rock. Les différences sont plutôt minimes, mais bien réelles : d'abord, la christianisation des paroles. God this, God that, c'était plus ou moins latent mais ici ça prend forme. Pas de prosélytisme, mais une présence plus marquée. Ensuite, David a toujours été partagé entre le piano et la guitare, ici c'est clairement le gros engin à touches qui est privilégié. Côté musiciens, c'est toujours la crème, quelques postes ont changé, mais on retrouve toujours le compère Harry Bogdanovs, et au saxo, moins présent mais toujours crucial, le pote Chris White, qui est à KNOPFLER ce que Theo Travis est à Steven WILSON. A propos de WILSON, pour un album pas spécialement basé sur la technique, on notera la présence aux fûts de Craig Blundell... et plus sournoisement, pour l'aider au piano, voilà-t-y pas qu'il est secondé par pas moins qu'Alan Clark. Oui. Sincèrement, en temps de guerre, on appelle ça communément un coup de pute.

Amas de chansons oblige, Wishbones souffre du même défaut que ses deux grands frères, à savoir une durée trop conséquente. Le côté dépouillé nécessite une grande force intérieure pour marquer les esprits, et quand une chanson est moins grandiose que les autres, le niveau baisse plus vite. Résultat : il y a sur ce disque deux ventres mous, courts mais intenses, et comme ils bossent en tandem, le résultat est démultiplié. Ainsi, côté bouh pas belle la vie, la doublette "Karla Faye" (grosse quenelle à l'attention de George Deubeuliou) / "The Bones" donne trop dans le piano mélancolique, vous savez, de ceux où l'on pose le verre de whisky dessus pour jouer des notes tristes, sauf que cette fois c'est carrément le piano qui a picolé. A l'inverse, une autre doublette, "Genius" / "Nothing At All", verse dans le youpi-tralala bucolique sans aucune réelle accroche.

Autre souci, purement technique mais intrigant : cet album possède deux "bonus tracks", "Shadowlands" et une version "unplugged" (la bonne blague !) du premier titre. Hic : aucune version officiellement en vente ne possède PAS ces deux titres. Autre hic : "Shadowlands" est très clairement une vraie chanson de fin, parfaitement secondée par la "unplugged" qui trouve sa place. Bref, des bonus de mes deux. Krizdudisk, déjà en 2001. Saloperie de Napster, quand on pense aux centaines de millions d'adolescents qui ont téléchargé Wishbones pour s'éclater en teuboi et s'envoyer des pipes de crack...

Sinon, c'est bien du David KNOPFLER seconde partie de carrière, pur jus, avec quelques véritables éclats comme l'intro "A Clear Day", magnifique, ensoleillée, optimiste, entre country et influences gaéliques, de l'excellence en boîte. Plus retenu et sombre, "Arcadie" prend son temps pour poser une ambiance majestueuse, une chanson très mélodique et très imagée. "Means of Survival" développe un côté moite et déséquilibré avec de très bons choeurs, "The Snowscape" allège l'album avec un côté cette fois très DIRE STRAITS - pour être sincère, le petit solo final aurait pu figurer sur Local Hero. Enfin, "May You Never" arrive après quelques chansons similaires et un peu redondantes, mais elle possède LA bonne idée : un duo avec chanteuse, qui marche du feu de dieu avec un côté country pure qui aère le disque.

Disque qui navigue donc entre chansons "feel-good" et un peu d'ironie mordante, avec des surprises comme "Jericho" qui, loin des trompettes, utilise à la fois un orchestre hyper-massif mais tout en retenue, et un lick de flûte irlandaise qui ne fait pas très palestinien mais qu'importe, le plaisir d'écoute est là. Pas fondamentalement différent de ses prédécesseurs, mais dans le détail plus soigné côté arrangements, Wishbones a contre lui une durée laissant trop de place à des chansons correctes sans plus. Mais on trouvera encore de solides arguments pour que KNOPFLER junior reste dans le style qu'il a récemment embrassé. Un artiste qui reste à suivre, et qui jusqu'à présent n'a que très peu failli. La reprise finale de "A Clear Day", différente à souhait et pourtant respectueuse, est là pour prouver son talent.

A lire aussi en FOLK par BAKER :


Tony CAREY
Lucky Us (2019)
Cancer, cancer, brûle en enfer !




David KNOPFLER
Songs For The Siren (2006)
Techno soft folk !


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- David Knopfler (chant, guitare, mandoline, piano, vibraphone)
- Eddi Reader (chant)
- Harry Bogdanovs (claviers, banjo, mandoline, basse, guitare)
- Alan Clark (orgue)
- Graham Henderson (orgue)
- Pascal Danaë (guitare)
- Phil Palmer (guitare)
- Craig Blundell (batterie)
- Geoff Dugmore (batterie)
- Jaz Lochrie (basse)
- Pete Shaw (basse)
- Chris White (saxophone)
- Tomas Lynch (sifflement)
- Melvin Duffy (pedal steel)
- Tom Mcfarland (percussions)
- Franck Rouleau (percussions)
- Lance Ellington (choeurs)
- Margo Buchanan (choeurs)
- Miriam Stockley (choeurs)
- Ricci P Washington (choeurs)


1. A Clear Day (st Swithun's Day)
2. King Of Ashes
3. Arcadie
4. Means Of Survival
5. Jericho
6. Karla Faye
7. The Bones
8. The Snowscape Paperweight Girl
9. If God Could Make The Angels
10. Genius
11. Nothing At All
12. May You Never
13. Shadowlands
14. A Clear Day (st Swithun's Day) (unplugged)



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod