Recherche avancée       Liste groupes



      
SOFT ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Dire Straits

David KNOPFLER - Lips Against The Steel (1988)
Par BAKER le 17 Décembre 2018          Consultée 242 fois

On a parfois tendance à dire des albums non rythmés qu'ils sont "mous". Ce qui peut bien sûr arriver ; et l'impression négative est exponentielle lorsque l'album précédent de l'artiste avait une tendance certaine à la mégalomanie, comme c'était clairement le cas avec David KNOPFLER pour son Cut the Wire. Mais Lips Against the Steel, album pas forcément facile d'accès, dévoile petit à petit sa vraie nature. Il ne s'agit pas d'un album mou. Il s'agit d'un album serein, apaisé.

Finie la colère noire et revancharde qui animait le petit gars hurlant son désespoir à grands coups de synthétiseurs. Sa nouvelle arme fatale, c'est désormais le choeur soul. Il en use et abuse sur ce disque, pour notre plus grand plaisir, car son omniprésence associée à sa voix grave de mâle écossais forment un équilibre délicieux. Rien que le premier titre montre que les cartes ont été rebattues : si David tente de refaire un single pop comme sur les albums précédents, "Heat Come Down" se veut un peu plus simple, épuré - tout en conservant le rythme et les caractéristiques synthétiques habituelles. Les chansons suivantes vont enfoncer le clou. L'ambiance est à l'accalmie, à la recherche intime. La batterie est dans le fond du temps, les mélodies peu complexes, les arrangements ne tentent plus le grand chelem.

L'adorable "What Then Must We Do", le léger et enivrant "To Feel That Way Again" (un "gospel blanc" si l'on peut dire), la comptine pour adultes "Someone to Believe in", le final "Broken Wings", que des chansons positives, posées, qui laissent à l'auditeur le temps, que dis-je ? le luxe de souffler un peu. On n'est pas gênés par un certain manque d'emphase ; au contraire, c'est bien au chaud dans des pantoufles de soft rock très soft que l'on apprécie le travail de KNOPFLER, sa voix de plus en plus limitée mais qu'il sait utiliser, et puis donc ces choeurs qui sortent de partout, tels de petits diablotins de leurs boîtes. C'est délicieux, malgré la baisse de forme sur "Sculptress" et "Angie & Johnny" : la première ne va pas assez loin dans l'approche ART OF NOISE de l'Afrique, la seconde malgré une intro très VANGELIS se contente d'être correcte, moins enveloppante.

Alors qu'on est à deux doigts de regretter que cette ambiance feutrée ne soit finalement qu'à moitié réussie, KNOPFLER dégaine avec "Whispers of Getsemane" une arme fatale : une chanson en forme de best-of ! Mélangeant l'intimisme de cet album avec des choeurs plus soul que jamais et les synthétiseurs de Behind the Lines, il livre un sacré épic, simple en apparence mais qui prend au corps. Le tout sans que rien ne dépasse : il est loin, le refrain LA-LA-LAAAAAA de l'album précédent, on reste dans le doux, dans le raffiné, et ce n'est pas pour autant que l'impact est amoindri.

C'est à une métamorphose en direct que l'on assiste. On pourra regretter l'approche "hit mélodique" des deux premiers disques qui ici a presque disparu, mais on y gagne un chanteur qui développe sa personnalité sans sacrifier aux sirènes de la F.M. Les albums doux sans être acoustiques sont déjà rares, les réussis le sont encore plus. Et tant pis si le titre est menteur (du saxophone, il n'y en a finalement que peu. En plus c'est le futur saxophoniste de DIRE STRAITS !). L'important ici est l'amour du son perlé, les arrangements ciselés, et une paix intérieure qu'on arrive à capter sans difficulté aucune. Un album zen. Restez-le.

A lire aussi en ROCK par BAKER :


Jean-louis AUBERT
Comme On A Fait (dvd) (2003)
Une leçon de pop rock à la française




The WHO
Live At The Royal Albert Hall (dvd) (2000)
Etonnamment excellent !


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- David Knopfler (chant, choeurs, guitare, claviers)
- Mark Smith (basse, claviers)
- Nathan East (basse)
- Pino Palladino (basse)
- Bub Roberts (guitare)
- Tim Cansfield (guitare)
- Andy Hamilton (saxophone)
- Chris White (saxophone)
- Martin Wild (cymbales)
- Pandit Dinesh (percussions)
- Forrest Thomas (choeurs)
- Katie Kissoon (choeurs)
- P.p. Arnold (choeurs)
- Mick Jackson (choeurs)


1. Heat Come Down
2. What Then Must We Do ?
3. To Feel That Way Again
4. Someone To Believe In
5. Sculptress
6. Angie And Johnny
7. Whispers Of Getsemane
8. Broken Wings



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod