Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK FUSION  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1984 Red Hot Chili Peppers
1985 Freaky Styley
1987 The Uplift Mofo Party...
1989 Mother's Milk
1991 Blood Sugar Sex Magik
1995 One Hot Minute
1999 Californication
2001 Off The Map
2002 By The Way
2006 Stadium Arcadium
2011 I'm With You
2016 The Getaway
 

- Membre : Chickenfoot, Satellite Party, Dave Navarro , Deconstruction, Jane's Addiction, Glenn Hughes , John Frusciante , Atoms For Peace, Rem, Pearl Jam

RED HOT CHILI PEPPERS - Red Hot Chili Peppers (1984)
Par NESTOR le 3 Janvier 2021          Consultée 488 fois

L’étude de la carrière des RED HOT CHILI PEPPERS pourrait facilement amener à penser que les Californiens sont tombés dans le chaudron tout petits et que depuis, ils transforment presque naturellement tout ce qu’ils touchent en or (parfois c’est en poudre un peu plus blanchâtre, la formule ne peut pas réussir à tous les coups !). En effet, de The Uplift Mofo Party Plan (1987) jusqu'à ce jour, ils tutoient quasiment toujours les sommets et ne commettent quasiment aucun faux pas. Tout au plus pouvons-nous trouver un album légèrement moins heureux ou un tantinet moins original, mais il y a fort à parier que celui-ci trouvera une flopée de fans à même de défendre ce qui, à leurs yeux, est leur "meilleur album".

Si avec leur second album, Freaky Styley nous sommes à un cil de limace de l’incident. L’album étant assez moyen et pèche cruellement autant d’une production digne de ce nom que de compositions de qualité régulière. Avec ce premier album éponyme, la partie est gagnée : nous avons trouvé la grosse daube qui entachera à jamais la discographie des PEPPERS. La pièce à conviction qui établira de manière certaine que ces gens ne sont pas des demi-dieux élevés au lait de Muse. Il faut dire que cet album est né dans la confusion. Les RED HOT, alors composés de Flea, d’Anthony Kiedis, de Hillel Slovak et de Jack Irons, commencent à acquérir une bonne réputation scénique lorsqu’ils décident d’enregistrer leur premier album. Le contrat de ces deux derniers avec MCA (alors que RHCP était signé par EMI) contraint Kiedis et Flea à recruter un nouveau guitariste en la personne de Jack Sherman et un nouveau batteur en la personne de Cliff Martinez. Nous avons donc affaire à un album composé par deux groupes différents.

"True Men Don't Kill Coyotes", "Baby Appeal", "Buckle Down", "Green Heaven", "Police Helicopter" et "You Always Sing The Same" proviennent du quartet Kiedis, Flea, Martinez et Sherman, alors que les autres titres, à l’exception de la reprise de Hank WILLIAMS "Why Don't You Love Me (Like You Used To Do)", sont le fruit de la formation historique. Mais enregistrés par un groupe qui se découvre. Si nous ajoutons à cela le son très pauvre qu’Andy Gill (guitariste de GANG OF FOUR, une des influences majeures des CHILI), a concocté pour ce premier essai, on ne peut que constater que toutes les conditions ne sont pas réunies pour faire de cet album une réussite.

La rumeur veut que les relations entre le groupe et leur producteur de l'époque étaient plus que tendues, Andy Gill souhaitant doter les RED HOT CHILI PEPPERS d’un son leur permettant d’envisager de bénéficier de passages en radio. Kiedis raconte dans son autobiographie que le groupe s’était aperçu qu’Andy Gill avait apposé le commentaire "Merde" sur son cahier de notes en face du titre de "Police Helicopter". Un morceau qui a la particularité d'être la première chanson que les RHCP aient jamais composée, et qui représentait à leurs yeux l’esprit même du groupe. Et il est vrai, que si ce commentaire donne une idée assez précise de la chanson, il ne permet pas pour d'établir un climat serein avec ses clients.

Le résultat est de fait mauvais. En effet, si le style des RED HOT première période est déjà perceptible via des riffs de basse bien funky, un chant très empreint de rap et des morceaux principalement axés autour d’une rythmique omniprésente, la confusion règne en maître. On oscille entre des titres totalement brouillons et confus à l’image de "Mommy Where's Daddy" ou "Baby Appeal" et des morceaux qui auraient pu être sauvé avec un peu plus de maturité et de travail ("True Men Don't Kill Coyotes", "Get Up And Jump", "Out In L.A." ou bien "Green Heaven"). Il est à noter que les versions démo de ces trois derniers titres proposées dans la réédition de 2003 rendent bien mieux hommages à ces morceaux (qui sont d’ailleurs parfois encore interprétés en concert) que leur version originale.

Cela dit, cette piètre consolation ne doit pas cacher le fait que ce RED HOT CHILI PEPPERS fait bien tâche au sein d’une discographie qui n’en comporte par ailleurs presque aucune. Je n’aurais même pas la méchanceté de vous dire que ce disque est à écouter afin de connaître toute l’histoire de ce groupe hors normes. Il y a vraiment beaucoup mieux à faire de son temps.

A lire aussi en HARD ROCK par NESTOR :


TRUST
Trust (1979)
Les débuts d’un futur très grand.




RED HOT CHILI PEPPERS
One Hot Minute (1995)
Un succès en demi-teinte


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Anthony Kiedis (chant)
- Cliff Martinez (batterie)
- Flea (basse)
- Jack Sherman (guitare)


1. True Men Don't Kill Coyotes
2. Baby Appeal
3. Buckle Down
4. Get Up And Jump
5. Why Don't You Love Me (like You Used To Do)
6. Green Heaven
7. Mommy Where's Daddy
8. Out In L.a.
9. Police Helicopter
10. You Always Sing The Same
11. Grand Pappy Du Plenty
12. Get Up And Jump (bonus - Démo)
13. Police Helicopter (bonus - Démo)
14. Out In L.a. (bonus - Démo)
15. Green Heaven (bonus - Démo)
16. What It Is (bonus - Démo)



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod