Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Marie-annick Lépine
 

 Site Officiel (1354)

Les COWBOYS FRINGANTS - Les Nuits De Repentigny (2021)
Par GEGERS le 18 Mars 2021          Consultée 455 fois

Les « retailles » font depuis très longtemps partie du panorama artistique des COWBOYS FRINGANTS. Les retailles, ce sont ces morceaux inachevés ou rejetés, vilains petits canards qui, pour des raisons parfois obscures, ne connaitront jamais le faste et le luxe de figurer sur un album « régulier » des Québécois. Mais à la différence d’autres artistes qui prennent grand soin à laisser ces morceaux rejetés se faire oublier au fond d’un tiroir, la formation redonne régulièrement leur chance à ces chansons qui, parfois par manque de chance plus que par absence de qualités, ont été mise de côté. Ainsi, en 2006, le groupe propose carrément un spectacle dédié à ces titres affectueusement rebaptisés « Insuccès » pour l’occasion. En 2008, d’autres sont sélectionnés pour constituer l’album Sur un Air de Déjà-Vu. Et voici donc que, cloué au sol par un événement dont vous avez peut-être entendu parler, le groupe nous propose une nouvelle collection de retailles enregistrées au cœur de l’hiver, 23 pièces issues de diverses périodes de l’histoire des COWBOYS et retravaillées pour figurer de manière homogène sur cet album bienvenu. Le mixage parfois un peu juste, ne mettant pas toujours en valeur la voix de Karl Tremblay, mais le ton est léger, et dans ce fourre-tout surprenant et bariolé pointent quelques perles qu’il aurait été dommage de laisser moisir sans leur offrir ce coup de projecteur bienvenu.

Il y a vraiment de tout sur ces Nuits de Repentigny, ce titre étant également celui d’une chanson, rock endiablé pastichant Elvis Presley, composé lors du confinement du printemps 2020. Déjà le décalage fonctionne à merveille, car il y a-t-il plus éloigné des paillettes de casinos de Las Vegas que l’austérité des murs rouge brique de l’hôtel Super 8 de cette ville située au nord de Montréal ? Sous le signe de la légèreté et de l’espièglerie, d’autres titres récents viennent contrebalancer le propos plus sombre et conscientisé du récent et chaudement recommandable album Les Antipodes. On découvre ainsi, sur fond d’un rock « laid-back » cet « Epique Eric », organisateur de parties fines dans son appartement, instigateur de débauches originales. Mais tous les morceaux ne sont pas autant aboutis que les deux précités. On retrouve ici des ersatz de morceaux, parfois longs d’une minute à peine, qui nous permettent de découvrir l’envers du décor du processus créatif des COWBOYS. Il y a par exemple « Anguille sous roche », pépite insoupçonnée, qui propose une mélodie purement country-folk, sans doute la plus inspirée de l’album. Un titre qui aurait mérité d’être développé, de même que « La grippe » ballade folk agrémentée d’une flûte tirée des sessions de composition pour l’album Break Syndical (2002), et dont la mélodie évoque les prémices du morceau « Les Etoiles Filantes » (2005). Plus surprenant encore, le groupe propose trois « jingles » issus d’une période où les COWBOYS pensaient créer et commercialiser des musiques publicitaires pour financer leur temps en studio. Une idée qui fera long feu…

« Paul », la chanson la plus minimaliste des COWBOYS et « Graseille », ballade juvénile, étaient déjà au menu des Insuccès en 2006, et se voient ainsi habillés avec des arrangements inédits qui leur donne un air abouti. Mais ce qu’on retient de ces Nuits de Repentigny, ce sont ces vraies bonnes chansons que l’on prend grand plaisir à découvrir. L’espiègle « Le P’tit Tommy », dont la mélodie entraînante et l’humour noir savoureux datent de la période Que du Vent. « Fin d’hiver », une des meilleures chansons de l’album, se révèle une ballade folk mélancolique très entraînante, qui évoque les premières années du groupe bien qu’elle ait été composée en 2018. « Portrait #4 », rock « à la truelle » comme l’apprécie Karl Tremblay, auteur du morceau, se fait réminiscent du morceau « Monsieur », alors que le groupe nous surprend avec le post-rock bruitiste de « Party d’pouel », sans doute le titre aux arrangements les plus surprenants de l’album. Le groupe prend ici un plaisir évident à triturer et revisiter son passé, n’hésitant pas à oser des choses nouvelles, et il se fait ici très convaincant. Autre morceau qui aurait pu intégrer la discographique « classique » du groupe, « Le cœur battant », dont une partie a été utilisée sur le morceau « Shooters » (album Que Du Vent), met en avant le talent de musicienne et d’interprète de Marie-Annick Lépine, qui propose ici un titre socialement engagé, présentant le courage dans l’adversité des ouvriers licenciés lors d’un vaste plan à l’usine Electrolux de l’Assomption en 2010. Une réussite.
En contrepartie, d’autres titres présentés semblent superflus, et sont à envisager au mieux comme d’agréables curiosités. Il en va ainsi de « Noël Brun », titre récent qui partage la mélodie de « La Dévisse » (album Octobre), « Le clochard et la lune », aux mélodies et aux paroles un peu niaises, « Rock camisole » au feeling rock 80’s, ou encore l’halluciné « La Louisiane ». Naturellement, en grattant les fonds de tiroirs, on ne découvre pas que des trésors et ces réinterprétations aident à comprendre pourquoi certains morceaux ont été mis de côté : ils méritaient leur sort.

Les Nuits de Repentigny est donc volontairement décousu, ostensiblement léger pour faire suite à l’engagé « Les Antipodes ». Un album-bonus né du confinement que l’on prend pour ce qu’il est, en appréciant tout de même la découverte des quelques perles mentionnées qui prouvent que, même dans leurs faces B, les COWBOYS ont le talent qui leur brûle la peau. Certainement pas l’album à se procurer en premier, mais un complément très intéressant pour qui connait et apprécie l’univers du groupe.

A lire aussi en FOLK par GEGERS :


Marie-annick LéPINE
Au Bout Du Rang (2007)
La violoniste des cowboys fringants prend l'air...




Antje DUVEKOT
New Siberia (2012)
Folk blanc comme neige


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Karl Tremblay (chant, guimbarde)
- Jf Pauzé (guitares acoustiques, harmonica, choeurs, percussi)
- Jérôme Dupras (basse, choeurs)
- Marie-annick Lépine (violon, violoncelle, piano, accordéon, mandoline)
- Pierre Fortin (batterie, percussions, métallophone)


1. En Business
2. Épique Éric
3. Les Nuits De Repentigny
4. Le P’tit Tommy
5. Le Long D’la 20
6. Anguille Sous Roche
7. Vidéo De La Pointe
8. La Grippe
9. Fin D’hiver
10. Le Clochard Et La Lune
11. Portrait #4
12. Sous-sol
13. Autodium
14. Rock Camisole
15. Party D’pouel
16. Noël Brun
17. Paul
18. La Louisiane
19. Fille De Club
20. Pizza Barbas
21. Dans Son Ciel
22. Le Cœur Battant
23. Graseille



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod