Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK-FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Marie-annick Lépine
 

 Site Officiel (1016)

Les COWBOYS FRINGANTS - Octobre (2015)
Par GEGERS le 21 Décembre 2015          Consultée 1322 fois

"La trentaine, la bedaine, les morveux, l'hypothèque"... De cette énumération de soucis et de bonheurs, narrée avec tendresse par Karl Tremblay sur "Les Etoiles Filantes", les COWBOYS FRINGANTS en sont aujourd'hui la somme. Quadragénaires accomplis, pères (et mères) de famille investis, nos quatre Québécois "de souche" ont légèrement levé le pied pour laisser la vie s'écouler tranquillement en parallèle à leurs activités prenantes de globe-trotters musicaux et de défenseurs de l'environnement. En s'accordant le temps d'écrire et d'enregistrer cet album, le groupe prend le contrepied direct de l'album Que Du Vent (2011), enregistré rapidement entre deux tournées, et qui n'a pas laissé le groupe entièrement satisfait de sa prestation sur le successeur de ce chef-d'oeuvre que reste l'Expédition.

Octobre, neuvième album des Québécois paru en... octobre (joli timing) rassemble tout ce qui fait la beauté et l'unicité de la musique des COWBOYS. Sans aller, comme les "anciens", jusqu'à évoquer un retour aux sonorités de l'album Break Syndical, force est de reconnaître qu'il y a là une verve vive, mordante à l'encontre des politiques et de ceux qui regardent d'en haut le petit peuple se démener, que l'on n'avait plus entendu depuis cet album-culte du début des années 2000. Le groupe, depuis, a pourtant bien mûri. Mais, en trouvant un juste milieu entre la fureur de La Grand-Messe et la mélancolie de l'Expédition, il se fait porteur d'ambiances variées, dont la splendeur frôle l'excellence.

Il manque peut-être à l'album une véritable intro. Voilà, c'est cela. Quelques notes de violon légères en guise de préambule, comme un nuage de lait sur un thé bouillant. Car si le premier titre, "Octobre", se fait une ballade folk tendre, la chaleur de la voix de Karl Tremblay nous cueille avec surprise. Le chanteur s'impose comme une force tranquille, un roc qui assoit la beauté limpide des compositions pour la plupart signées (textes et musique) de la main de JF-Pauzé. Aucune fausse note, aucun remplissage. Les 14 titres, tous dotés d'une ambiance unique, sont une démonstration de la force créatrice des Québécois.

La jeunesse du groupe se rappelle, en effet, à notre bon souvenir à l'occasion de quelques titres espiègles ou mordants. "La la la", un des titres les plus énergiques de l'album, dénonce la corruption et la vision à court terme des politiques ("Celui qui te gouverne ment !"), tandis que "Louis Hébert", hommage à une figure tutélaire du Québec des pionniers, met en confrontation la vue idéaliste des premiers colons et la paresse morale de nos sociétés contemporaines (façon "Lettre à Levesque"). Les paroles sont puissantes, les mélodies resplendissantes. Marie-Annick, si elle se fait discrète au micro, se déchaîne à l'aide de son violon dansant (l'instrumental "Oktoberfest"), de son accordéon, de sa mandoline ou de sa flûte dont les envolées sautillantes sont d'une incroyable richesse.

Musicalement, l'album ne fait pas que condenser le savoir-faire des COWBOYS. Désireux d'expérimenter, le groupe touche à tous les styles et fait de toutes ses expérimentations une réussite. Entre un "So So" très country, le rock direct de "La cave" où le folk celtisant de "La Marine Marchande" (un titre qui va, c'est certain, devenir un classique du groupe), le combo se fait varié et séduit par son audace. Sans complexe, les morceaux proposent souvent de beaux moments d'envolées instrumentales qui offrent des respirations bienvenues, car l'album est globalement très "chanté". Karl ne cesse de cracher ses paroles, se faisant tendre lorsque les morceaux le nécessitent (la sublime et mélancolique "Pizza galaxie", la belle ballade "Les feuilles mortes", le titre final "Pub Royal" dont il signe paroles et musique), se faisant harangueur des foules lorsque la musique l'exige (les pré-cités "La la la", "Louis Hébert").

Finalement, seule "La Dévisse" se fait finalement moins marquante. Non pas que ce titre désabusé soit mauvais, mais son ambiance "fin de soirée" l'aurait mieux servi s'il avait été placé en fin d'album. Reste que les COWBOYS, en proposant peut-être un album "de plus", ont accouché d'un opus qui fera date dans leur carrière, tant la variété des ambiances, la pertinence des paroles et la beauté des mélodies offrent des moments de bonheur intense, et fait oublier en un clin d'oeil le pourtant réussi Que Du Vent. Un opus pour les anciens et les nouveaux fans, et un album qui s'annonce comme intemporel. En quelques mots : la litanie du bonheur.

A lire aussi en FOLK par GEGERS :


RUNRIG
And We'll Sing (2013)
40 ans. Un siècle. Une éternité




ANGUS & JULIA STONE
Down The Way (2010)
Le plus beau visage du folk


Marquez et partagez







 
   GEGERS

 
  N/A



- Karl Tremblay (chant, saxophone)
- Jf Pauzé (guitare, harmonica, choeurs)
- Jérôme Dupras (basse, contrebasse)
- Marie-anick Lépine (violon, piano, accordéon, mandoline, flûte, choeur)
- Pierre Fortin (batterie, percussions)
- Daniel Lacoste (guitare électrique, banjo)


1. Octobre
2. Bye Bye Lou
3. La La La
4. Les Vers De Terre
5. Pizza Galaxie
6. Les Feuilles Mortes
7. So So
8. La Cave
9. Marine Marchande
10. Oktoberfest
11. La Dévisse
12. Mon Grand-père
13. Louis Hébert
14. Pub Royal



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod