Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Marie-annick Lépine
 

 Site Officiel (2584)

Les COWBOYS FRINGANTS - Pub Royal (2024)
Par GEGERS le 11 Mai 2024          Consultée 1505 fois

Nom : TREMBLAY
Prénom : Karl
Profession : Fantaisiste chanteur
Date de naissance : 28 octobre 1976
Date de décès : administrative, 15 novembre 2023. Concrète : lorsque sa voix cessera de retentir dans les oreilles du monde.

Les cowboys ne meurent jamais vraiment. Même passés à trépas, ils continuent de veiller, inlassablement, sur les plaines fleuries de l'éternité. On les voit là, au couchant, leurs silhouettes se découpant dans le ciel orange des grands espaces américains, entre les sapins géants. Non, les cowboys ne meurent jamais.

Pourtant, la mort est au cœur de ce douzième et ultime album des COWBOYS FRINGANTS. Celle qui a frappé le chanteur Karl Tremblay il y a cinq mois déjà. Un chanteur, père de famille, hédoniste assumé, un humain de grande valeur. Par ricochet, c'est tout le groupe qui choisit de tirer sa révérence et mettre un terme à sa carrière. Les Québécois n'avaient jamais vraiment remplacé leur batteur Dom Lebeau, au milieu des années 2000. Comment pourraient-ils envisager donner au groupe un nouveau visage ? La voix charismatique du géant de l'Assomption, affectueusement surnommé "Le Gros" par ses camarades, était une composante essentielle de la formation. Et bien que Jean-François Pauzé, guitariste, compositeur, parolier, en constitue la colonne vertébrale, les dés sont jetés, et le voile est jeté aujourd'hui sur une immense carrière, tant au Québec qu'en Europe francophone.

Pub Royal. Voici donc l'album-posthume des COWBOYS FRINGANTS, un album-testament. Il n'a pas été créé en réaction au décès du chanteur, car il est étroitement lié au projet de comédie musicale sur lequel travaillait depuis plusieurs années Jean-François Pauzé et qui, ironiquement a donné sa première représentation quelques jours à peine après le décès de Karl. Pub Royal, le spectacle, donne en effet à redécouvrir neuf chansons tirées du répertoire des COWBOYS, auxquelles s'ajoutent cinq créées pour l'occasion par Jean-François. Mêlant interprétations vocales, théâtre et acrobaties, la comédie musicale narre l'histoire d'un courtier en assurance qui atterrit dans le pub rendu célèbre par la chanson du même nom (initialement publiée sur l'album Octobre), à la suite d'un accident de voitures. Il va y croiser un ensemble de personnages bigarrés, portraits loufoques dont la tête pensante des COWBOYS FRINGANTS s'est fait le spécialiste. Salles combles au Québec et en France, le spectacle a reçu un formidable accueil.

Pub Royal, l'album, se veut la retranscription en studio de ces cinq morceaux composés dans le cadre de ce projet, auxquels s'ajoutent huit chansons ou pièces instrumentales écrites spécifiquement pour l'album. Karl Tremblay a eu la possibilité, quelques semaines avant son décès, d'enregistrer six titres. Forcément, cet ultime réalisation des COWBOYS prend une dimension supplémentaire. Son titre, tout d'abord, s'il est celui donné à la comédie musicale, est aussi et surtout celui d'une splendide chanson écrite et composée par Karl, celle dont il était le plus fier. Difficile de ne pas y voir ici un premier hommage. La pochette de l'album, crépusculaire, présente un corbeau, symbole de la mort, des arbres effeuillés, mais aussi au loin un homme seul qui marche vers la lumière. C'est le cowboy-guerrier Karl dont la silhouette, naturellement, se découpe sur la ligne d'horizon.

"A quoi bon s'en faire et nous apitoyer
On va tous y passer
Tant qu'à être là vaut mieux en profiter" ("Une Autre Journée qui Se Lève", album L'Expédition, 2008)

Ecouter ce douzième et dernier album des COWBOYS FRINGANTS avive, après la tristesse du décès de Karl, la crainte, celle d'avoir de nouveau mal. Pourtant, cet album est un baume. Il ne cautérise pas, mais il apaise. La douleur reste vive, mais il la canalise, il lui associe des mots, des images, et constitue ainsi un moyen d'envisager le deuil. Car si cet album est transpercé de part en part par la mort, il souffle la vie comme on souffle sur des braises. Pub Royal est ce à quoi ressemble la vie lorsqu'on accepte la mort. Un artiste qui enregistre un album en sachant que la faucheuse rôde n'est pas une chose si courante. Johnny Cash l'a fait, sur ses albums American V et American VI, mais les cas sont rares. C'est dans son salon, quelques mois avant son décès, que Karl a pu poser sa voix sur une moitié d'album bariolée. Pub Royal débute sur un court titre instrumental (l'album en contient trois), "Des Espoirs de Cause", qui nous propose en guise de mise en bouche un piano sautillant et des cuivres entraînants. "Bienvenue chez nous" lui succède avec son ambiance cabaret, très théâtrale, taillée en effet pour être interprétée dans le cadre d'une comédie musicale. La mélodie est forte, enjouée, et évoque l'époque La Grand-Messe. Le motif sera repris plus loin sur l'album, prenant le contrepied de cette ambiance festive d'ouverture. Dans une veine similaire "Y'est 3h on ferme !" avec sans mandoline et son banjo sautillant, est un moment savoureux, tout comme "Les Questions sans Réponses", titre espiègle et léger, porté par un accordéon et une atmosphère presque folk/punk.

Sortant du cadre de la comédie musicale, l'album est également l'occasion pour Jean-François Pauzé de faire un sort à ses personnages fétiches, qu'il semble résolu à quitter. Ainsi, il donne à Loulou Lapierre la force de s'affirmer et de ne plus simplement voir sa vie défiler devant ses yeux, spectatrice de ses malheurs. "Loulou vs Loulou", splendide chanson interprétée comme un duo entre Karl et Marie-Annick Lépine, débute comme une ballade acoustique avant de gagner en vigueur et en énergie à mesure de sa progression. Ce titre s'inscrit dans la lignée des morceaux à la fois mélancoliques et lumineux de l'album Octobre, son break rappelant la ligne mélodique de "La La La". Les cuivres et la voix affirmée, étonnamment puissante de Marie-Annick, qui se marie avec brio avec celle de son amoureux, donnent à ce morceau une vraie saveur, doublée par un refrain imparable et fédérateur. Un titre exceptionnel, dont le refrain sera repris, accompagné par un banjo, plus loin sur l'album.
Le sort réservé à Gina Pinard est bien moins enviable. Sur "Vie et Mort de Gina Pinard", Jean-François Pauzé se charge lui-même de chanter le destin tragique de ce personnage fétiche, qui accompagne le groupe depuis son premier album et est cité dans au moins sept de ses chansons.

"Qu'elle soit extra ou ordinaire, chaque vie finit de la même manière".

Et puis, il y a les adieux de Karl. Du haut de ses sept minutes, le morceau "La Fin du Show" voit le chanteur tirer sa révérence sur un morceau particulièrement fort et poignant. Sur la comédie musicale, c'est le personnage "Johnny Flash", un vieux rockeur, qui chante ce morceau au moment de rendre son dernier souffle. Mais c'est bien en pensant à son ami Karl, son "chum" de toujours, que Jean-François Pauzé a écrit et composé ce qui est un des morceaux les plus forts du répertoire des COWBOYS FRINGANTS. Titre à tiroirs, "La Fin du Show" s'inscrit dans la longue tradition de ces ballades rock américaines qui s'envolent et s'étirent, à l'image de "Free Bird" de LYNYRD SKYNYRD ou "Highway Song" de BLACKFOOT. Ce morceau épique est un adieu en connaissance de cause de Karl, qui chante sa mort à venir avec pudeur et lucidité, loin de l'auto-apitoiement. Certains motifs mélodiques rappellent le passé du groupe (le break évoque le morceau "Tendresse"), les chœurs délicats et célestes ne seraient pas reniés par un groupe tel que MES AÏEUX, et le morceau nous prend aux tripes, illustré par un clip voyant les COWBOYS restants ranger leurs instruments et regarder vers le ciel… Un titre d'une puissance phénoménale, duquel se dégage une force de vie qui transcende les adieux du chanteur et nous permet de voir la lumière dans le noir.

"La vie est souvent injuste, surtout pour ceux qui partent avant d'avoir les cheveux blancs".

Marie-Annick Lépine interprète seule une nouvelle composition de son cru, "Les Cheveux Blancs", adressée à ses filles. Avec une délicatesse infinie, l'artiste propose une ballade folk-électrique à la fois intime et universelle. Bien plus expressif est le morceau "Merci ben !", lettre d'adieu interprétée en duo par Marie-Annick et Jean-François. Ce titre country-folk doté d'un banjo sautillant clôture l'histoire des COWBOYS FRINGANTS de la plus belle des manière, qui voit les artistes se remémorer tous ces éléments marquants, anodins, touchants ou humoristiques qui ont émailler leur carrière pendant plus de 25 ans. Le rire et les larmes s'entremêlent à l'écoute de ce titre d'une pureté juvénile savoureuse, porté par l'espiègle Jean-François, dont la voix se fait surprenante, juste et charismatique. C'est sur les quelques notes de "Les Bonnes Continuations" que l'album s'achève. Ce titre, comme une valse triste, symbolise le rideau qui se ferme, la salle qui se vide, les spectateurs transis qui, vainement, attendent un dernier rappel. Comme un générique de fin.

Dire adieu n'est pas chose facile. D'un côté, on aurait aimé pouvoir saluer Karl une dernière fois autrement qu'à l'écoute de chansons pour certaines un peu éloignées de l'univers "classique" des COWBOYS FRINGANTS, puisque conçues spécifiquement pour la comédie musicale. D'un autre, on savoure chaque note, chaque ligne vocale, chaque refrain, comme un ultime cadeau. Pub Royal mêle l'audace d'une création musicale explosive et un besoin d'intimité, de recueillement, qui voit l'album renouer souvent avec l'identité viscérale des COWBOYS FRINGANTS. Un album plein de vie, sur lequel plane la mort, qui nous permet de remercier Karl Tremblay. Une nouvelle fois, le "Gros" nous émeut, nous enchante, nous accompagne, nous bouleverse. Et même si aujourd'hui le chanteur s'est tu, sa voix n'a pas fini de résonner, encore et toujours, pour rendre nos vies plus supportables.

A lire aussi en FOLK par GEGERS :


Ray COOPER
Land Of Heroes (2021)
Je ne suis pas un héros




Marketa IRGLOVA
Mother (2021)
Engendrer la beauté


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Karl Tremblay (chant)
- Jérôme Dupras (basse)
- Jean-françois Pauzé (guitare, mellotron, chant)
- Marie-annick Lépine (violon, alto, flûte traversière, accordéon, piano,)


1. Des Espoirs De Cause
2. Bienvenue Chez Nous
3. Loulou Vs Loulou
4. Y'est 3 Heures On Ferme!
5. La Fin Du Show
6. On Fait Quoi Maintenant?
7. Questions Sans Réponses
8. Vie Et Mort De Gina Pinard
9. Loulou (partie Ii)
10. (re)bienvenue Chez Vous
11. Les Cheveux Blancs
12. Merci Ben!
13. Les Bonnes Continuations



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod