Recherche avancée       Liste groupes



      
INDUS  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Ministry

SKINNY PUPPY - Too Dark Park (1990)
Par CORNELIUS le 20 Avril 2021          Consultée 492 fois

Too Dark Park, ou comment prendre le contre-pied de tous ceux qui s’attendaient à un Rabies en plus metal, et à la fois de tous les autres (les touristes) qui auraient bien voulu un retour à la normale. Mais SKINNY PUPPY n’a jamais été un groupe normal ni destiné à faire du MINISTRY pour les freaks. Ils étaient dès leur première démo', une entité à part entière, et ils le prouvent ici, une fois de plus, avec une rage renouvelée.

"Convulsion". La plongée est directe, sans concession. On pense en même temps à l’intensité malade de VIVIsectVI et au style cyber-chirurgical abordé sur Rabies. Mais c’est plus sûrement à une nouvelle manifestation de folie contrôlée que nous avons à faire. Le sample « He is intensely, extremely, terribly uncomfortable », provenant du documentaire LSD : The Beyond Within, couronne brillamment le tout. Le cauchemar continue avec "Tormentor" et plus encore grâce au très secoué "Spasmolytic", où la fracassante batterie de cEvin KEY soutient les aboiements de Nivek OGRE, sortes de sentences scandées du fin fonds des abîmes (« Swirling tastes / Fornicate / Rotted meat »…). Titre parfaitement radical et définitif. "Rash Reflection" et surtout le très mélancolique "Nature’s Revenge" auraient pu constituer un instant de répit dans cet univers hostile et chaotique, mais leur caractère torturé interdit formellement le moindre espoir en ce sens. « Shore Lined Poison" nous plonge la tête dans une bassine de produits chimiques tandis qu’à l’arrière brûle le laboratoire.

Arrive "Grave Wisdom" : Beat ultra-efficace, mélodie imparable et paroles qui vous rentrent dans la chair, "Blind faith stupidity races run secretly / Blind faith a tragedy… ». Une douloureuse intensité émane de ce qui est très sûrement l’un des plus beaux morceaux de bravoure du trio de Vancouver. Un classique.

"T.F.W.O." ("Totally Fucking Weirded Out" pour les intimes) prend le relais pour un pur moment de dévastation. Si SKINNY PUPPY n’est pas devenu un groupe d’indus metal, il le devient sur cette piste avec maestria. Dantesque au-delà de tout ce que pourront faire NINE INCH NAILS et MARYLIN MANSON dans un proche avenir, ce titre est une absolue référence du genre, en plus d’être une digne tuerie. "Morpheus Laughing" est peut-être le morceau qui nous rappelle le plus au (déjà) bon vieux souvenir de VIVIsectVI.
Le final, "Reclamation" ralentit quelque peu le tempo. Plus atmosphérique, notamment grâce au sample très bien placé de l’orchestration de Hellraiser 2, il s’emballe ensuite et comme de juste pour mieux nous ensevelir sous un torrent de dissonances et de percussions.

Et c’est déjà fini. « Heureusement ! » diront les plus frileux. « Encore ! » hurleront les fans, toujours ingrats.
La vérité, une fois de plus, flotte quelque part entre deux extrêmes. Le disque ne dure en effet que 38 minutes et les titres ne dépassent guère les 3 minutes et demie en moyenne (ce qui est relativement court au regard des productions antérieures). Mais le déferlement est tel qu’on en ressort sonné et en même temps soulagé que tout cela prenne fin.

Plus direct et plus profond que Rabies, Too Dark Park n’est pas exactement un album de transition et encore moins un instant de parenthèse. Du début à la fin, il est une prise de risque parfaitement assumée, une descente, une course aux enfers sous fonds de désastre climatique et de manipulations génétiques. Si l’on excepte quelques belles lignes mélodiques émergentes du chaos ambiant, il n’y a rien ici sur quoi on puisse espérer se reposer, le temps d’un soupir.

Bizarrement, c’est le disque que je conseille aux néophytes. Peut-être parce qu’ils seront très vite, très violemment renseignés si, oui ou non, un début de romance est possible, ne serait-ce que pour une nuit de pleine lune.

A lire aussi en INDUS par CORNELIUS :


THROBBING GRISTLE
Heathen Earth (1980)
"...can the world be as sad as it seems ?"




SKINNY PUPPY
Mind : The Perpetual Intercourse (1986)
Les dernières dents de lait viennent de tomber


Marquez et partagez





 
   CORNELIUS

 
  N/A



- Cevin Key (synthés, samples, guitares, percussions)
- Nivek Ogre (chant)
- Dwayne Rudolph Goettel (synthés, samples, guitares)


1. Convulsion
2. Tormentor
3. Spasmolytic
4. Rash Reflection
5. Nature's Revenge
6. Shore Lined Poison
7. Grave Wisdom
8. T.f.w.o.
9. Morpheus Laughing
10. Reclamation



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod