Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE INTERNATIONALE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Grateful Dead

Bruce HORNSBY - Levitate (2009)
Par MARCO STIVELL le 6 Avril 2022          Consultée 204 fois

Levitate est l'album-type qui cherche à réunir de gros moyens à la Halcyon Days (2004), donc de grands noms mais en beaucoup moins bien. Bruce HORNSBY se concentre un peu plus sur ses proches, notamment ses fils qui, en grandissant loin des années 80 voire 90, ont dû former leurs oreilles à d'autres courants musicaux. Le rap en tête, pour ne pas le nommer.

Réalisé en compagnie des Noisemakers, ce disque commence avec un "Black Rats of London" d'un niveau élevé, dans son style americana si bien exploité par notre Virginien jusque-là. Un délice que cet accordéon conjugué à la guitare électrique pour un effet 'grands espaces' massif, et un refrain en rythme ternaire saupoudré d'électro proprement inattendu. Avec le fiddle d'Andy Leftwich (du groupe de Ricky SKAGGS, avec qui HORNSBY a publié un album deux ans plus tôt) et les choeurs de Floyd Hill Jr., c'est vraiment le top !

Enfin presque, parce qu'un peu plus loin, il y a "Cyclone" (paroles écrites par Robert Hunter de GRATEFUL DEAD !), dernier tour de force de l'accordéon sur une ballade blues épique brillamment menée par HONSBY. Et puis "Continents Drift", long de sept minutes, folk lent, nostalgique et puissant, parcouru de cordes-synthé et remarquablement développé. Le chanteur commence dans les graves, tandis que le solo de guitare très jazz sur la fin offre aux Noisemakers une alchimie des plus belles, mention spéciale au batteur Sonny Emory. Le même solo est joué par R. S. Hornsby, neveu de Bruce, que l'on avait déjà remarqué sur Halcyon Days et qui décède tragiquement, d'un accident de voiture, une semaine après l'enregistrement de "Continents Drift".

Au-delà de l'émotion, tout le positif ou presque est dit concernant Levitate. Cinquante minutes de durée globale, ce sont parfois trente minutes de trop.

"Prairie Dog Town" ouvre les hostilités rapeuses, dans le chant de HORNSBY, et pour cause ! Outre lui-même, Pharrell WILLIAMS qui n'était encore ni chanceux, ni heureux et son acolyte Chad Hugo, est crédité pour ce titre un certain Calvin Broadus, bien autrement connu sous le nom SNOOP DOGG. Une collaboration assez passe-partout, déjà improbable en soi et qui ne va pas plus loin, et qui déteint sur l'inspiration de titres placés plus loin, à commencer par "Space is the Place" qui n'ajoutera rien non plus au palmarès d'Eric 'God' CLAPTON, présent pour la seconde fois depuis 2004. Les deux ados HORNSBY viennent ici rapper sans que cela augmente la qualité.

Sur "Levitate", morceau qui puise dans la BO écrite par Thomas NEWMAN pour Les Evadés, pierre angulaire du cinéma des années 90, le flow adopté par notre Virginien gâchent tout, mais les sons de cordes eux-mêmes manquent de relief. Dommage pour la nostalgie, l'effet rêveur, un peu mieux exploité sur "Invisible". "Paperboy" est une bizarrerie sombre sans queue ni tête, tandis que "Simple Prayer" relève un peu le niveau avec la cohésion du groupe, mais la mélodie n'en demeure pas moins des plus fainéante. Un point commun entre le jazz et le rap : à force de vouloir paraître cool, la recette peut vite s'émousser !

Pourtant, le côté smooth de "Michael Raphael" est bien balancé, d'autant plus que c'est une chanson à surprise comme l'était "Black Rats of London", sans être aussi mémorable. "Here We Are Again" renoue avec la tradition piano-voix de HORNSBY de plus en plus présente au cours des années 2000, avec les tournées 'by request' etc. Une jolie douceur même si l'intéressé a fait mieux. C'est aussi quelque chose que l'on peut dire de "In the Low Country", avec une ambiance et un son pop à la The RANGE, mais sans égaler les tubes d'il y a vingt ans, c'est très réussi, Bobby Read y est bien plus audible qu'ailleurs avec ses clarinettes, et cela permet au moins l'album de conclure sur une bonne note. Rien qu'avec ces envolées de piano, la magie opère à nouveau ; dommage qu'on ait dû autant attendre !

A lire aussi en VARIETE INTERNATIONALE par MARCO STIVELL :


Katie MELUA
Pictures (2007)
Un peu plus orienté pop-rock




DISNEY
Kuzco, L'empereur Megalo (2000)
Ne lui pourrissez pas son groove !


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Bruce Hornsby (chant, piano, claviers, dulcimer)
- J. V. Collier (basse)
- Sonny Emory (batterie, samples)
- John Thomas (claviers, orgue, guitare)
- Doug Derryberry, Blake Mills (guitares)
- Bobby Read (saxophones, clarinette)
- Eric Clapton, R. S. Hornsby (guitare solo)
- Andy Leftwich (fiddle)
- Floyd Hill Jr, Eric Jackson (choeurs)
- Tim Smith (choeurs)
- Keith Et Russell Hornsby (chant, rap)


1. The Black Rats Of London
2. Prairie Dog Town
3. Cyclone
4. Continents Drift
5. Paperboy
6. Invisible
7. Levitate
8. Here We Are Again
9. Space Is The Place
10. Michael Raphael
11. Simple Prayer
12. In The Low Country



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod