Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1987 The Legacy
1988 The New Order
1989 Practice What You Pre...
1990 Souls Of Black
1992 The Ritual
1993 Return To The Apocalypti...
1994 Low
1995 Live At The Fillmore
1997 Demonic
1999 The Gathering
2001 First Strike Still Deadl...
2005 Live In London
  Seen Between The Lines
2008 The Formation Of Damn...
2009 Live At Eindhoven '87
2012 Dark Roots Of Earth
2016 Brotherhood Of The Sn...
2020 Titans Of Creation
 

- Style : Metallica
- Style + Membre : Megadeth

TESTAMENT - The Gathering (1999)
Par NESTOR le 20 Août 2022          Consultée 330 fois

En 1999, TESTAMENT semble être au meilleur de sa forme. Ses deux précédent albums, le brutal Low (1994) et, surtout, le très Death Demonic (1997) ont montré un groupe soucieux d’évoluer et d’emprunter des chemins pour le moins radicaux, avec une réussite artistique indéniable, malgré les petites maladresse de Low.
D’autre part, le groupe se dote d’un line-up à faire pâlir d’envie tout groupe de métal extrême. En effet, aux côtés des indéboulonnables Chuck Billy et Eric Peterson, nous voyons apparaître une dream-team composée de Dave Lombardo (alors ex-SLAYER) à la batterie, Steve DiGiorgio (ex-DEATH) à la basse, et le maître du sweeping, James Murphy (ex-un peu tout et notamment DEATH, AGENT STEEL, OBITUARY et CANCER) à la guitare lead. Il est à noter qu'au cours de cette période, si l’on prend en compte Gene Hoglan, TESTAMENT a accueilli en son sein pas moins de 3 ex-membres du groupe DEATH, ce qui atteste de la forte volonté du groupe de radicaliser son propos et illustre de manière assez claire vers quels horizons il souhaite s'orienter.
Ces éléments doivent permettre au groupe de s’imposer et The Gathering se doit donc de faire exploser TESTAMENT sur la scène extrême. Chose que le groupe peine à réellement faire, se contentant bien trop souvent des accessits.

Ne faisons pas durer le suspense ; le résultat est quasiment atteint. Sur le plan artistique, aucun doute, l’album est une véritable tuerie. Sur le plan de la reconnaissance du public, et malgré des chroniques globalement dithyrambiques, TESTAMENT peine encore à se défaire de son image de groupe de seconde zone. Et pourtant, en 1999, du point de vue strictement musical, peu de groupes peuvent prétendre rivaliser avec la bande de Chuck Billy. Servis pas un son impressionnant de puissance et de clarté et par une interprétation de tout premier ordre, les compositions se révèlent implacables, imparables. Mélange d’efficacité et de violence, ce disque présente ce qui se fait alors de mieux dans le style.
Les morceaux défilent sans jamais faillir, en dévoilant leur capacité à bousculer nos sens sans ménagement. Pour autant, TESTAMENT a l’intelligence d’adjoindre un peu de Cajoline dans sa machine à laver. Et de fait, le passage imposé par la phase essorage est douloureux et inévitable, et on ressort du tambour groggy. Mais avec une palette très variée de contusions et de bleus de toutes formes et de toutes couleurs. Et, le plus important, avec un sourire béat tant le groupe parvient à réconcilier avec une déconcertante facilité, brutalité et plaisir. Ainsi, si les rythmes sont globalement hyper rapides, le combo montre qu’il sait moduler sa musique et son chant. On passe ainsi de morceaux aux ambiances plutôt rock ‘n roll ("Allegiance"), à des titres qui se révèlent moins primaires et où la tension s’installe plus subtilement ("Eyes Of Warth", "Riding The Snake"). En passant par des déflagrations de vélocité et de haine ("DNR"). Et si ces derniers titres sont les plus nombreux, le soin apporté à leur composition, la conviction dont font preuve les musiciens et leur maîtrise en terme d’interprétation font de chacun d’eux un petit bijou.
Une présentation track by track serait totalement sans objet car l’album ne renferme aucun morceau faible ou dispensable.

Vous l’avez compris, avec "The Gathering", TESTAMENT parvient à une maîtrise totale de son art, lui permettant d’exprimer sa soif d’extrême et de violence sans pour autant renoncer à sa classe.
Ce très grand album au moment de sa sortie ne connait aucun concurrent à même de lui faire de l’ombre. Pour autant, son impact reste limité. Parfois, quand ça veut pas, ben ça veut pas.

A lire aussi en HARD ROCK par NESTOR :


TRUST
Paris By Night (1988)
Enorme premier album live.




D-A-D
Everything Glows (2000)
Toujours pas de succès en france, incompréhensible


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



Non disponible


1. D.n.r. (do Not Resuscitate)
2. Down For Life
3. Eyes Of Wrath
4. True Believer
5. 3 Days In Darkness
6. Legions Of The Dead
7. Careful What You Wish For
8. Riding The Snake
9. Allegiance
10. Sewn Shut Eyes
11. Fall Of Sipledome
12. Hammer Of The Gods (instrumental)



             



1999 - 2023 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod