Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1987 The Legacy
1988 The New Order
1989 Practice What You Pre...
1990 Souls Of Black
1992 The Ritual
1993 Return To The Apocalypti...
1994 Low
1995 Live At The Fillmore
1997 Demonic
1999 The Gathering
2001 First Strike Still Deadl...
2005 Live In London
  Seen Between The Lines
2008 The Formation Of Damn...
2009 Live At Eindhoven '87
2012 Dark Roots Of Earth
2016 Brotherhood Of The Sn...
2020 Titans Of Creation
 

- Style : Metallica
- Style + Membre : Megadeth

TESTAMENT - Titans Of Creation (2020)
Par NESTOR le 18 Décembre 2021          Consultée 395 fois

Leur précédant album Brotherhood of The Snake avait montré un TESTAMENT toujours aussi à l'aise pour porter bien haut l'étendard du Thrash, mais peinant un peu à se renouveler. Il a fallu attendre quatre années pour voir si cette impression s’inscrivait dans le temps, un délai qui est désormais leur norme depuis The Formation of Damnation en 2008.

A la première écoute, on frôle un peu l’indigestion. En effet, à l’exception de l’outro "Catacombs", un court instrumental dont on se demande ce qu’il fait positionné en fin de disque alors qu’il aurait probablement apporté une fraîcheur plus judicieuse en milieu d’album, les morceaux sont plutôt longs et monolithiques. Mais cette sensation se dissipe au fil des écoutes. Si le groupe ne fait pas dans la dentelle, il est particulièrement habile pour dispenser un Thrash massif et puissant, à l’image de "Children of The Next Level" avec ses plus de six minutes de bourinage intense durant lesquelles la paire de guitaristes, Alex Skolnick et Eric Peterson, nous gratifie de splendides soli disséminés tout au long du morceau. La voix sourde et puissante de Chuck Billy et la batterie implacable de Gene Hoglan (ex-STRAPPING YOUNG LAD et DEATH) achèvent de faire de ce titre un monument de Thrash. "WW3" avec son introduction aux guitares très 'crunchy' poursuit dans la même lignée.

L’occasion de constater que les batterie est positionnée très en avant, alors que le chant de Chuck Billy semble lui un peu plus en retrait. Non que ce dernier ne fasse pas preuve de puissance dans ses vocaux, mais le mixage semble faire le pari de ne pas le positionner sur le devant du groupe. Le fait d’intégrer sa voix au sein des instruments et non de la placer au-dessus d'eux ne fait que renforcer le caractère massif de l’ensemble.

"Dream Deceiver" au refrain très catchy, oserais-je dire presque Hair metal dans l’esprit, montre un groupe moins direct et frontal. C’est intéressant dans le sens où cela donne un peu de respiration à l’album, mais on ne peut pas dire que dans ce domaine le groupe se fasse des plus convaincants et cette 'pause' arrive un peu tôt. Mais TESTAMENT rectifie aussitôt le tir avec l’efficace "Night of The Witch" et le plus lent "City of Angels" dans lesquels le groupe poursuit son œuvre de destruction massive.

"Ishtar’s Gate" met la basse à l’honneur, notamment via une intro et des ponts dans lesquels Steve Di Giorgio (également un ancien membre de DEATH) occupe seul l’espace sonore. Puisqu’on parle de DEATH, "Curse of Osiris" est l’occasion pour TESTAMENT de se frotter à son propre style de prédilection, au travers d’un titre hyper violent qui voit Chuck Billy adopter un chant rauque et éraillé du meilleur effet, proche parfois de celui de Dani Filth (CRADLE OF FILTH). Un des grand moments de Titans of Creation.

Les autres dévoilent un TESTAMENT impérial pour distiller son Thrash hyper puissant et pesant, à l’image de "False Prophet" et de "The Healers". Mais, de même que sa carrière, si le savoir-faire des musiciens et la qualité de leurs compositions sont exempts de tout reproche, il manque toutefois une petite pincée de surprise, de relief pour basculer totalement dans l’extase. L’absence de breaks vraiment marquants et déroutants, ou de titres totalement insolites comme le magnifique "The Ballad" sur Practice What You Preach (1989), est un peu regrettable.

De ce fait, si Titans of Creation est indéniablement une grosse baffe Thrash qui place TESTAMENT parmi les meilleurs praticiens du style, il lui manque ce petit supplément d’âme pour devenir un Classique du genre.

A lire aussi en METAL par NESTOR :


SORTILEGE
Phoenix (2021)
Et à la fin, c'est sortilège qui gagne




SUICIDAL TENDENCIES
The Art Of Rebellion (1992)
Excellent heavy mélodique bien hargneux


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Chuck Billy (chant)
- Alex Skolnick (guitare)
- Eric Peterson (guitare)
- Steve Di Giorgio (basse)
- Gene Hoglan (batterie)


1. Children Of The Next Level
2. Ww3
3. Dream Deceiver
4. Night Of The Witch
5. City Of Angels
6. Ishtar's Gate
7. Symptoms
8. False Prophet
9. The Healers
10. Code Of Hammurabi
11. Curse Of Osiris
12. Catacombs



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod