Recherche avancée       Liste groupes



      
THRASH  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1987 The Legacy
1988 The New Order
1989 Practice What You Pre...
1990 Souls Of Black
1992 The Ritual
1993 Return To The Apocalypti...
1994 Low
1995 Live At The Fillmore
1997 Demonic
1999 The Gathering
2001 First Strike Still Deadl...
2005 Live In London
  Seen Between The Lines
2008 The Formation Of Damn...
2009 Live At Eindhoven '87
2012 Dark Roots Of Earth
2016 Brotherhood Of The Sn...
2020 Titans Of Creation
 

- Style : Metallica
- Style + Membre : Megadeth

TESTAMENT - The Legacy (1987)
Par NESTOR le 8 Janvier 2022          Consultée 373 fois

Avec The Legacy, TESTAMENT a pondu un album qui peut aisément faire office d'une des Tables de la loi du Thrash. En effet, bien que le groupe ne fasse pas partie de la Sainte Trinité du genre, le fameux Big Four, du fait d'une éclosion un peu tardive, son premier album pourrait faire office de mètre étalon à ranger à côté des premiers SLAYER. Que ce soit la voix si particulière de Chuck Billy, tout en agressivité et en rugosité, les parties techniques de guitares d’Alex Skolnick, ou bien le festival de double pédale de Louie Clemente, tout fait figure de référence du genre.

Le titre de l’album est un clin d’œil au nom original du groupe, ce dernier ayant dû en changer peu de temps auparavant pour des raisons juridiques, le nom 'Legacy' étant déjà déposé par un groupe R&B de reprises. Dès le premier titre, "Over The Wall", la messe est dite : le tempo est très rapide, porté par une rythmique syncopée mixée très en avant. La batterie et les guitares rythmiques constituent réellement le cœur et l’ossature du morceau. Le chant, quant à lui, contribue grandement à la mise en place d’une ambiance de violence. Et pourtant, en se référant aux schémas actuels, nous avons là affaire à un chant relativement clair et non dépourvu de mélodie.

Les changements de rythmes et les arrangements musicaux sont très nombreux. Ils débouchent souvent sur de superbes soli d’Alex Skolnick, un des anciens élèves de Joe SATRIANI. Il serait d'ailleurs plus juste de parler de partie de guitare lead car, ce qui s'apparente à des soli, est toujours soutenu de manière très présente et réussie par la batterie. Cette recette, moins basique que le genre pourrait le laisser penser, est reproduite à l’envie sur cet album. Ainsi, que ce soit avec "The Haunting, "Burnt Offerings" ou bien "Do Or Die", le mode opératoire est le même : une successions de changements de rythmes et d’ambiances, des riffs tranchants et une qualité d’interprétation de très haut niveau. Avec "Raging Waters" et "C.O.T.L.O.D" le groupe pousse même le curseur de la violence directe à un niveau supérieur en adoptant une structure de morceaux un peu plus linéaire dans laquelle les cavalcades de riffs sont légions.

Peu, ou pas, de temps morts sur cette galette. Même le plus mélodique "Alone In The Dark" flirte avec la sauvagerie et demeure un morceau puissant et intense. TESTAMENT réussit à faire coexister, de très belle manière, la brutalité et la rugosité du Thrash avec un sens de la mélodie et une maîtrise instrumentale assez remarquables. Il est évident qu’à l’aune de la production actuelle, cet opus des Californiens bénéficie d’un son qui manque un peu de peps et de puissance et la grosse voix de Chuck Billy n'apparaît plus aussi démoniaque qu'elle pouvait le sembler à cette époque (et qu'elle sonne de nos jours). Pour ce qui est de la batterie, l’évolution est encore plus impitoyable, le moindre batteur de black semblant désormais posséder deux ou trois paires de jambes supplémentaires que le pourtant impressionnant Louie Clemente. Mais il faut reconnaître que celui-ci possède une frappe assez Rock non dénuée de groove. Même Alex Skolnick, qui faisait pourtant figure de petit surdoué de la six cordes, délivre là une prestation qui, si elle est toujours très honorable et plaisante, ne peut plus être considérée comme exceptionnelle de nos jours.

De fait, cet album vaut désormais plus par l’ambiance qu’il dégage et par sa valeur de témoignage de l’époque dorée de ce style musical que pour sa capacité à traverser les années en restant toujours d’actualité. En effet, l’application par le groupe de la même recette tout au long de cet album peut avoir pour conséquence de rendre celui-ci un peu indigeste. Si l’on sort du quatuor de chansons phares, l'excellent single "Over The Wall", les déchaînés "C.O.T.L.O.D. (Curse Of The Legions Of Death)" et "First Strick Still Deadly". Et enfin, "Burnt Offerings" et son Riff entêtant, le reste peu sembler un peu brouillon et redondant. Il n’en reste pas moins que cela fait bougrement du bien de se replonger dans ces déflagrations de Thrash bien jouissif.
Une petite saveur de madeleine bien agréable.

A lire aussi en METAL par NESTOR :


Yngwie MALMSTEEN
Eclipse (1990)
Dernier grand album du Suédois: le début de la fin




FAITH NO MORE
The Real Thing (1989)
Et le crapaud devint princesse


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Alex Skolnick (guitare)
- Chuck Billy (chant)
- Eric Peterson (guitare)
- Greg Christian (basse)
- Louie Clemente (batterie)


1. Over The Wall
2. The Haunting
3. Burnt Offerings
4. Raging Waters
5. C.o.t.l.o.d. (curse Of The Legions Of Death)
6. First Strike Is Deadly
7. Do Or Die
8. Alone In The Dark



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod