Recherche avancée       Liste groupes



      
CLASSIQUE-JAZZ  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Santana & Buddy Miles, John Mclaughlin , Richard Wahnfried , The Isley Brothers And Santana

SANTANA - Illuminations (1974)
Par MARCO STIVELL le 25 Juin 2010          Consultée 3626 fois

Oooooooooooooooom... C'est sur ce bruitage peu commun, tout droit sorti de la bouche du gourou Sri Chinmoy, que s'ouvre ce nouveau projet de SANTANA. Projet peu commun, car après avoir tenté une première collaboration avec Alice Coltrane (la femme de John, évidemment) le temps d'un morceau pour Welcome, le disque précédent, ici c'est carrément pour un album entier. On connait le contexte dans lequel évolue notre bon Carlos à l'époque, une fusion jazz-rock latino pour le moins très convaincante, placée sous le signe et la bénédiction du fameux gourou, qui est aussi pour le coup celui de John McLaughlin, ainsi que du jeune batteur de SANTANA, Michael Shrieve. Ici, point de ces deux-là, mais une fois encore à la place, Alice Coltrane, et quelques invités de choix tels que le batteur Jack DE Jonnette et Dave Holland, même s'ils sont loin d'être présents tout le long. On dira seulement que ce Illuminations vaut le détour, ne serait-ce que pour leur collaboration unique avec le guitariste mexicain.

Mais du coup, comme ils ne participent pas beaucoup, on se rabattra plus facilement sur l'intervention de cette géniale harpiste et claviériste qu'est Alice Coltrane qui, elle, est présente tout le long. Et c'est en vérité son apport, plus encore que celui de Carlos (mis à part pour "Angel of Sunlight", le titre le plus long, où ils se confondent mieux) qui caractérise la musique d'au moins les deux tiers de ce Illuminations. La harpe est très en avant, et il y a une très forte présence de la section de cordes. On l'avait déjà un peu rencontrée sur le titre "Light of Life" de Welcome, mais ici, rien n'est pop. La fusion de ces deux styles que sont le jazz et le néo-classique donne un résultat savant, avec une atmosphère réellement nébuleuse, à l'image de cette pochette qui évoque les plus "chargées" des albums passés du groupe (tels Abraxas et Santana III), en plus adapté par rapport au contenu du disque. Les autres instruments sont aussi présents, mais pour la basse et les cymbales, seulement dans la partie "Angel of Air", soit le tout début du deuxième morceau. Ils restent cependant très discrets (même la guitare de Carlos) et s'effacent très vite au profit des cordes classiques, à l'exception du saxo de Jules Broussard qui est plutôt pas mal présent. Cela donne un effet magique, planant, dont on se délecte même dans un état où les substances illicites n'ont eu aucun rôle. C'est d'ailleurs de cette manière dont se termine Illuminations, où le piano de Tom Coster (qui a co-signé tous les titres avec Carlos à l'exception de "Bliss : the Eternal Now" qui est d'Alice Coltrane) est plus marqué, contrairement au reste de l'album où on l'entend peu.

On aurait pu se satisfaire de cette formule, pleinement même, mais ils ont malgré tout décidé de et réussi à placer "Angel of Sunshine". Vous voulez un exemple type de ce que peut offrir le free jazz tout ce qu'il y a de plus barré, où pour parler vulgairement, bordélique ? Ne cherchez pas plus loin. Je ne suis pas fan du genre, pas complètement récalcitrant non plus, disons que pour moi ça se laisse écouter sans me transporter. Je dois être trop attaché aux mélodies, et déjà que les couleurs du jazz ne sont pas celles qui me font le meilleur effet, alors celles (si l'on considère que c'en est) du free... Mais bon au moins j'aurais tenté. Il est clair qu'on a là une belle brochette de musiciens archi-talentueux et grands virtuoses, que le crescendo est plutôt bien amené (début au tamboura indien puis arrivée progressive des instruments), m'enfin je reste assez perplexe. C'est pas dans mes habitudes de dire ça, mais j'ai un peu l'impression que, même si je ne peux nier qu'ils ont pris du plaisir à faire ça, ainsi que le fait que l'on entend bien la guitare de Carlos, ça fait un peu "exercice forcé". Mais peut-être est-ce parce que c'est trop décalé par rapport au reste qui frôle parfois le sublime. On y arrivait aussi sur le "Flame-Sky" de l'album précédent mais ici... Mouais. Et puis le saxophone de Jules Broussard... Enfin je ne dirai pas ce que j'en pense ici, je tiens à garder mon calme. Le sax soprano pourtant si joli ailleurs, sous cette forme ici, ce n'est vraiment pas pour moi.

En bref, un excellent album qui aurait pu être totalement convaincant, mais il y a cette "petite" (14 minutes quand même) récréation qui, bien qu'intéressante, se démarque selon moi un peu trop. Pour le reste, c'est sûr, ça vaut vraiment le coup d'écouter cet album, pour plonger dans un univers peu commun et découvrir une forme d'écriture totalement inédite chez SANTANA. C'est sans aucun doute le plus "à part" de la carrière du groupe, le plus extrême dans un cas comme dans l'autre, avec le plus posé comme le plus barré (c'est le seul véritable lien que je fais entre "Angel of Sunshine" et le reste), un monde totalement inédit et sans fioritures "hommage", puisque tous les morceaux ont été composés soit par le duo Carlos - Tom Coster, soit Alice Coltrane.

Note réelle : 3,5

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par MARCO STIVELL :


MYRDHIN
Méditation Celtique (avec C. Tidiane Dia Et P. Launay) (2014)
Trio harpe celtique, kora et flûtes




Anthony PHILLIPS
Private Parts & Pieces Vi - Ivory Moon (1986)
Beau comme une lune d'ivoire


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Devadip Carlos Santana (guitares, carillons à vent, percussions)
- Turiya Alice Coltrane (harpe, piano acoustique, orgue wurlitzer)
- Tom Coster (piano électrique, orgue hammond, percussions)
- David Holland (basse acoustique)
- Jack De Jonnette (batterie, percussions)
- Jules Broussard (saxophone soprano, flûte)
- Prabuddha Phil Browne (tamboura)
- Armando Perraza (percussions)
- Phil Ford (tablas)
- Murray Adler (violon)
- Ron Folsom (violon)
- Bill Henderson (violon)
- Nathen Kaproff (violon)
- Gordon Marron (violon)
- Paul Shure (violon)
- Charles Veal (violon)
- Marilyn Baker (violon alto)
- Myer Bello (violon alto)
- Rollice Dale (violon alto)
- Alan Harshman (violon alto)
- Myra Kestenbaum (violon alto)
- David Schwartz (violon alto)
- Anne Goodman (violoncelle)
- Glenn Grab (violoncelle)
- Jackie Lustgarten (violoncelle)
- Fred Seykora (violoncelle)
- James Bond (contrebasse)


1. Guru Sri Chinmoy Aphorism
2. Angel Of Air / Angel Of Water
3. Bliss : The Eternal Now
4. Angel Of Sunlight
5. Illuminations



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod