Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Luke, Stephan Eicher

CALI - La Vie Est Une Truite Arc-en Ciel Qui Nage Dans Mon Coeur (2010)
Par GEGERS le 21 Décembre 2010          Consultée 2169 fois

Qu'on se le dise, CALI abhorre l'indifférence. La passion avec laquelle le Catalan s'investit dans ses chansons, défend sa musique et ses convictions jusque sur les plateaux télé (on se souvient encore du passage remarqué de l'artiste sur le plateau de Laurent Ruquier en 2008) force le respect et ne laisse la place à aucune impassibilité. Que l'on partage ou non ses opinions politiques, l'écoute d'un album du sieur Caliciuri demande un investissement personnel, une volonté de saisir (ou tout du moins tenter) l'essence de l'âme du bonhomme qui, une nouvelle fois, narre les petites horreurs de l'existence comme personne.

C'est sur un riff répétitif et prenant que débute ce nouvel opus, dont le titre serait trop long à reproduire ici. « Je Sais Ta Vie », soutenu par des chœurs féminins judicieusement placés s'impose comme un rock énergique et délectable, à mi-chemin entre STEPHAN EICHER et LUKE. Fidèle à ses thèmes de prédilection, le bonhomme raconte la déception amoureuse comme personne, utilisant justement la première personne du singulier et se faisant guide spirituel de ces naufragés de l'amour. Plus direct, « L'amour Fou » a des allures de rock radiophonique. Efficace et sans fioritures, ce titre parvient à convaincre grâce à un refrain persistant. Totalement habité, CALI apporte avec sa voix et son chant saccadé un ingrédient indispensable à ce rock authentique : une conviction de tous les instants. Comment ne pas avoir de l'empathie pour cette détresse humaine chantée par un artiste décidément au sommet de son art ? Variant son propos, CALI alterne ballade riche en cuivres (la magnifique « Je Te Veux Maintenant ») et rock au ton plus léger (« Cantona »), même si le thème reste la difficulté d'accomplir ses rêves et de s'accepter en tant qu'individu.

Passés ces titres les plus évidents et qui devraient frapper fort en live, CALI nous propose quelques morceaux plus intimistes, mais d'une beauté largement supérieure : l'inquiétante « Madame Butterfly », solennelle et d'une tristesse infinie, traite du veuvage avec délicatesse et poésie, démontrant une nouvelle fois et s'il en était besoin le très grand talent d'auteur du bonhomme. A la manière du « Déserteur » de Boris Vian, « Lettre au Ministre du Saccage des Familles et des Jeunes Existences Dévastées » se veut un manifeste humaniste d'un policier citoyen à ses décideurs. A l'aide d'une simple guitare acoustique et du violon de Steve Wickham (The WATERBOYS), qui fait s'envoler son instrument dans une longue et saisissante mélopée, CALI propose un magnifique morceau à la NOIR DESIR qui devrait faire date dans la carrière du Perpignanais. A l'évidence, le meilleur titre de cet album, qui ne manque pas de satisfactions. Mais là ne s'arrêtent pas les bonnes surprises : « Mille Ans d'Ennui », introduit par un piano guilleret et une rythmique tout droit issue des années 80, traite pourtant d'un thème grave : la violence faite aux femmes. Totalement habité par son propos, l'artiste parvient, avec force de cuivres, à offrir à ce morceau une certaine urgence et à prendre l'auditeur par le bras pour lui faire épouser ce sujet qui ne peut évidemment laisser insensible.

« Je Regarde Mes Dix-sept Ans » clôt le carré gagnant, avec une ballade acoustique et introspective qui voit ressurgir tous les regrets du passé. Se regarder à 17 ans lorsque l'on est proche des quarante, cela mène effectivement la plupart du temps à un constat d'échec. Et là réside la force de CALI : en traitant de thèmes extrêmement précis, mais néanmoins universels, l'artiste nous emmène inexorablement dans son monde tendrement pessimiste et désabusé. Tant et si bien que l'on en redemande. Ce qui tombe plutôt bien, puisque l'édition limitée de l'album propose neuf morceaux supplémentaires regroupés sur un deuxième CD. Globalement plus légers, ces morceaux voient CALI parler d'amour ou se faire le représentant d'un hédonisme débridé. Plus futiles, ces morceaux se révèlent également moins convaincants, et à part « Dans Mon Ventre » ainsi que les ballades « Je Viens Te Chercher » et « C'est Trop Dur de t'aimer », on ne retient finalement pas grand-chose de ces titres.

La Truite de CALI est un album à tiroirs qui mérite plusieurs écoutes avant de se laisser apprivoiser. Revendicatif et désillusionné, l'opus montre un artiste complet et volontaire qui vit sa musique comme l'on vit son existence. Et qui, décidément, ne laissera personne indifférent.

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par GEGERS :


Francis CABREL
D'une Ombre à L'autre (1991)
L'homo moustachus en goguette




CALI
Vernet-les-bains (2012)
Vieillir, c'est se rappeler son enfance


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Cali (chant)
- Hugo Baretge (guitare)
- Julien Lebart (piano)
- Daniel Roux (basse)
- Benjamin Vairon (batterie)
- Blaise Margail (trombone, guitare)
- Nicolas Puisais (trompette, claviers)
- Aude Massat (alto)
- Steve Wickham (violon)
- Sarah Zeebroek (choeurs, guitare, basse)
- Boris Zeebroek (choeurs, claviers, synthétiseurs, guitare)


- cd1
1. Je Sais Ta Vie
2. L'amour Fou
3. Je Te Veux Maintenant
4. Cantona
5. Murano
6. Madame Butterfly
7. Nous Serons Tous Les Deux
8. Ma Douleur
9. Lettre Au Ministre Du Saccage Des Familles Et Des
10. Je Vais Arrêter De Boire
11. Mille Ans D'ennui
12. Je Regarde Mes Dix-sept Ans
13. Je N'attends Que La Revanche

- cd Bonus
1. On Revient
2. Il N'y A Plus Rien Après L'amour
3. Ma Femme
4. La Mort N'est Rien à Côté
5. Maudit Bandit
6. Putain De Vie
7. Dans Mon Ventre
8. Je Viens Te Chercher
9. C'est Trop Dur De T'aimer



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod