Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Luke, Stephan Eicher

CALI - L'âge D'or (2015)
Par GEGERS le 15 Avril 2015          Consultée 2397 fois

La musique de CALI ne tolère pas l'indifférence. Elle provoque un amour attendri, ou un rejet vivace. Pas de tiédeur ou de demi-mesure. La grandiloquence mélancolique de l'artiste témoigne d'une âme torturée, qui crie ses bonheurs et susurre ses peines depuis près de 20 ans. Sa popularité, c'est un fait, s'est peu à peu étiolée à la suite du sympathique L'Espoir (2008), qui le voyait prendre des positions politiques incompatibles avec son besoin d'universalité. Malgré cela, Mon Coeur est une Truite... et surtout Vernet-Les-Bains restent des témoignages très inspirés d'un artiste père de famille, plus posé et assagi, dont les textes ont gagné à la fois en puissance et en simplicité.

Sur son sixième album, CALI s'est laissé porter. En effet, c'est le compositeur David-François Moreau qui signe l'essentiel des musiques de cet opus blanc aux sonorités mélancoliques. Si le piano est omniprésent, les sonorités électroniques prennent à plusieurs reprises le pas sur les guitares (écoutez le single "La vie quoi !"), et tranchent avec les sonorités folk de l'album précédent. Les mélodies restent tour à tour immenses ou intimistes, et se font porteuses de cette mélancolie "heureuse" que le chanteur semble vouloir transmettre à travers ses textes. Le liant entre tous les morceaux et ce clin d’œil, permanent, aux "petits" moments de l'existence, sources de joies et de peines explosives. Le passé, bien sûr, mais aussi le présent, puisque l'artiste fait intervenir sa fille, Coco (qui pose avec son père sur la pochette de l'album), sur l'espiègle "Coco" dont la mélodie entêtante bien longtemps après l'écoute de l'album. Et CALI de rendre hommage à son autre fille, Poppée, sur le titre du même nom, ballade au piano dont la mélodie céleste donne l'impression de voir l'artiste se pencher délicatement sur nous, auditeurs confortablement installés dans un couffin. Tout cela est fait avec une pudeur appréciable, et on imagine fort bien les deux filles du chanteur redécouvrir l'album, dans 15 ou 20 ans, et apprécier ces superbes dédicaces dont leur père s'est fait l'auteur.

Mais CALI se fait plaisir à lui, aussi. En interprétant "Le grand chemin" en compagnie de Jimme O'Neill (des Silencers) par exemple. Après "List of Lies" sur lequel intervenait Mike Scott des Waterboys, voici que le chanteur continue de côtoyer au plus près ses idoles de jeunesse, ces âmes celtes du nord de l'Europe, dont l'univers musical unique a profondément influencé l'artiste. A la splendeur folk du "Grand chemin" succède la bouleversante "Je dois te dire tout ça", inspirée par des amies du chanteur, condamnée par la maladie. Les paroles, combinées à une mélodie lancinante dont la montée en intensité est bluffante, transforment ce titre en un chef-d’œuvre dont on ne ressort pas indemne.

A côté, certains titres semblent jouer la carte de la facilité, et se rapprochent ostensiblement des premières réalisations de CALI. "La vie quoi !", "Le cœur chargé comme un fusil" ou "Camarade" peinent à se fondre dans l'ambiance générale de l'album, et expliquent sans doute pourquoi ce nouvel opus parle bien plus aux amateurs "historiques" de l'artiste que ses précédentes réalisations, ainsi que de meilleurs scores de vente. Reste que la matière profonde de ce "L'âge d'or" se retrouve plutôt sur les titres cités dans les paragraphes précédents, sur la froideur grise d'"Ostende", ou sur la sublime "L'âge d'or", splendide titre piano-voix qui clôture l'album en collant à l'auditeur des frissons. Malgré la frugalité des arrangements, ce titre est tout ce qui fait de CALI un auteur et un interprète exceptionnel. CALI évoque, et on se réfère à sa propre existence, ses propres souvenirs, ses regrets, ses espoirs.

CALI est grand, car CALI est nous. L'artiste ne chante pas pour l'auditeur, il chante avec lui. Lui narre sa vie, le réconforte, lui dit "Toi aussi, tu es tout ça". Pour cela, L'Âge d'Or, s'il se fait musicalement légèrement inférieur à son prédécesseur direct, est une splendeur de textes finement ciselés, posés avec justesse et précision sur des mélodies éblouissantes de talent. Un album à même de plaire à tous les publics de l'artiste, et la confirmation que, oui, même dans 20, 30 ou 50 ans, on se rappellera de CALI comme un pilier de la chanson française.

3,5/5

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par GEGERS :


Georges BRASSENS
La Mauvaise Réputation (1952)
A la redécouverte de brassens

(+ 1 kro-express)



CALI
Vernet-les-bains (2012)
Vieillir, c'est se rappeler son enfance


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



Non disponible


1. Tout Ce Qui Ne Reviendra Plus
2. Le Cœur Chargé Comme Un Fusil
3. La Vie Quoi!
4. La Vie Est Une Menteuse
5. C'était Beau
6. Ostende
7. Camarade
8. Coco
9. Le Grand Chemin
10. Je Dois Te Dire Tout ça
11. Poppée In Utero
12. Poppée
13. L'âge D'or



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod