Recherche avancée       Liste groupes



      
AMBIENT  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Steve Roach , Eno Moebius Roedelius
- Membre : Robert Wyatt , Jon Hassell , Quiet Sun, Jon Hassell / Brian Eno , Brian Eno & David Byrne, Eno/cale, Roxy Music, David Bowie
- Style + Membre : Harmonia, Cluster, Harold Budd & Brian Eno, Laraaji, 801, Fripp & Eno

Brian ENO - Music For Films (1978)
Par STREETCLEANER le 13 Mai 2011          Consultée 1584 fois

Après Music For Airports réalisé au début de l'année 1978, voilà que Brian Eno sort la même année son Music For Films, encore un nouvel album de musique ambiante dont le travail de composition est en revanche antérieur (1) à celui de Music For Airports. Mais dans cette proposition ce n'est pas le caractère linéaire, l'ampleur très mesurée des variations, ou la longueur des morceaux qui prédominent. Bien au contraire. Si Discreet Music (1975) ou Music For Airports (1978) faisaient partie de cette catégorie de l'ambient qui n'exige de la part de l'auditeur aucun investissement, aucune implication, Music For Films se présente, pour sa part, plutôt comme une compilation ou un regroupement d'instantanés sonores plus interpellants. Ces petits fragments (2) n'atteignent que peu souvent les trois minutes pour les plus longs, et on a plutôt affaire ici à des petites plages sonores et instrumentales d'une à deux minutes dont on avait déjà eu un avant-goût sur l'album Before And After Science sorti l'année précédente (avec "Energy Fools the Magician" ou le plus long "Through Hollow Lands").

Avec Music For Films, l'implication de l'auditeur peut se trouver être modifiée par rapport aux albums du type Discreet Music.

Tout d'abord, parce que là où Music For Airports ou Discreet Music possédaient une unicité d'humeur ou d'atmosphère, Music For Films, avec ses enchaînements de nombreux fragments, peut surprendre l'inattention de l'auditeur. Et on donne également à peine le temps à l'esprit de s'acclimater à chaque titre. Certains passages sortiront l'auditeur probablement de sa torpeur, coincés qu'ils sont entre d'autres plages particulièrement plus discrètes. Ceci n'est toutefois qu'un problème mineur, une majorité des titres ne détonnant pas dans leur diversité. Car il existe bel et bien une trame qui relie la plupart d'entre eux, celle de l'apaisement, de l'onirisme et de la douceur. Tout au moins dans la première moitié de l'album, la seconde étant nettement plus tendue.

Ensuite, et c'est là le principal me semble-t-il, ces échantillons ne possèdent pas toujours une atmosphère d'égale humeur qui pourrait aider à surmonter les transitions sans heurts. Par exemple, quel est en effet le lien entre le sombre et précurseur "Alternative 3" et le doucereux et magique "Events in Dense Fog", ce dernier ne semblant être rien d'autre qu'une "chute" de Before And After Science ? Ou "A Measured Room" petit flash sonore proche d'un travail de TANGERINE DREAM, "Two Rapid Formations", une apparition scénique aquatique qui annonce ce que fera Eric Serra pour la musique du film Le Grand Bleu dix ans plus tard, et "There is Nobody" et "Patrolling Wire Borders" qui feront monter la tension ?

Enfin, toutes proportions gardées, certaines de ces petites plages ambiantes sont particulièrement mélodiques. Par exemple, il en est ainsi de "From the Same Hill" qui possède une guitare à l'humeur nostalgique sur un léger fond d'éther, du superbe "Slow Water" au piano minimaliste envoûtant, peut-être la plus belle séquence de cet album avec "Sparrowfall 1 et 3". Or, Discreet Music ou Music For Airports ne contenaient aucune proposition de ce genre. Il est vrai aussi que les travaux de Music For Films sont des petits instrumentaux, avec une diversité de moyens (guitares, basses, percussions, piano, trompette, et synthés/séquenceurs bien sûr) toujours servis par le talent de divers intervenants prestigieux dont Eno s'était déjà entouré auparavant (Phil Collins, Robert Fripp, Percy Jones...).

Finalement, la qualification de "compilation de fragments" donnée par Eno est on ne peut plus juste. Eno nous propose de traverser des petits sketches ou extraits de différents films fictifs, des petits instants rêveurs, furtifs, et comportant parfois de la tension. Des petites esquisses plutôt que des épures. Presque toujours dans la sérénité. Un bel album.

Note réelle : 3.5/5.

(1) Il s'agit d'un regroupement de travaux remontant jusqu'à deux, voire trois ans, avant la sortie du disque. Des travaux destinés à être incorporés dans des musiques de films (comme par exemple "Alternative 3" qui le sera dans le film Rock'n'Roll High School), ou inspirés par eux.

(2) juste pour l'aspect historique, et dans un registre pas très éloigné, on notera aussi les petites chansons-fragments sur l'album Low (1977) de la trilogie berlinoise de Bowie à laquelle Eno a participé, et essentiellement sur la face A de l'album, une nouveauté pour l'époque (la face B comprenant des instrumentaux et morceaux ambients, comme sur le suivant album Heroes d'ailleurs).

A lire aussi en NEW-AGE/AMBIENT par STREETCLEANER :


Brian ENO
Before And After Science (1977)
Le meilleur de Eno ? probablement...




Jon HASSELL
Power Spot (1986)
Enchanteur et dépaysant


Marquez et partagez





 
   STREETCLEANER

 
  N/A



- Brian Eno (synthés, électronique)
- Percy Jones (basse)
- Phil Collins (percussions)
- Paul Rudolph (guitare)
- Bill Maccormick (basse)
- Dave Mattacks (percussions)
- Fred Frith (guitare électrique)
- Robert Fripp (guitare électrique)
- John Cale (viola)
- Rod Melvin (piano électrique)
- Rhett Davies (trompette)


1. Aragon
2. From The Same Hill
3. Inland Sea
4. Two Rapid Formations
5. Slow Water
6. Sparrowfall (1)
7. Sparrowfall (2)
8. Sparrowfall (3)
9. Alternative 3
10. Quartz
11. Events In Dense Fog
12. There Is Nobody
13. Patrolling Wire Borders
14. A Measured Room
15. Task Force
16. M386
17. Strange Light
18. Final Sunset



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod