Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PSYCHEDELIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Harmonia
- Membre : Neu!, Organisation, Karl Bartos , Klaus Dinger
 

 Site Officiel (324)

KRAFTWERK - Kraftwerk 2 (1972)
Par SASKATCHEWAN le 26 Octobre 2011          Consultée 2394 fois

Ça bouge chez KRAFTWERK. Entre 1970 et 1972, date de la sortie du second album-titre, la composition du groupe va connaître une révolution complète. Au sortir des sessions du premier album, le second batteur Andreas HOHMANN quitte le groupe. KRAFTWERK retrouve alors une formation rock, puisque le guitariste Michael ROTHER et le bassiste Eberhardt KRAHNEMANN viennent s’ajouter aux deux leaders et au batteur Klaus DINGER. Cette nouvelle mouture ne dure pas longtemps : le nouveau bassiste fait ses valises, et même l’emblématique Ralf HÜTTER décide de s’accorder une pause de quelques mois.

Fin 1971, Ralf HÜTTER est de retour dans le groupe, mais Klaus DINGER et Michael ROTHER sont partis fonder NEU!. KRAFTWERK se résume dès lors au duo créateur SCHEINDER-HÜTTER, configuration qu’il ne quittera plus jusqu’en 1973 et l’enregistrement d’Autobahn. Par rapport au premier album, la section rythmique est donc considérablement réduite. Les boîtes à rythmes rudimentaires de Florian SCHNEIDER ont encore beaucoup de mal à rivaliser avec l’énergie des deux batteurs démissionnaires.

Etrangement, ce Kraftwerk 2 est un album qui se focalise avant tout sur le son des guitares. La suite « Strom » / « Spule 4 » / « Wellenlänge » joue avec les distorsions et les grésillements de la guitare et de la basse, pour un résultat assez ardu. Les bonnes idées sont légions, mais l’ensemble souffre d’une rythmique monotone et d’un accompagnement trop sommaire de Ralf HÜTTER aux claviers. Avec ses expérimentations bruitistes (le souffle filtré d’« Atem ») et son morceau ambient qui tombe comme un cheveu sur la soupe (« Harmonika »), Kraftwerk 2 est encore plus éloigné des réussites électroniques à venir que son prédécesseur. Au moins Kraftwerk premier du nom proposait-il quelques rythmes convaincants.

Cet album serait complètement inintéressant sans son long morceau d’ouverture : « Kling-Klang », qui va donner son nom au studio d’enregistrement personnel de KRAFTWERK installé à Düsseldorf. Ses dix-sept minutes sont divisées en trois parties distinctes. La première offre un travail intéressant sur les résonnances appliquées à la boîte à rythmes. La seconde est une longue plage méditative où la flûte et les claviers affichent leur héritage psychédélique. La troisième et dernière partie est le seul passage un peu nerveux du disque, avec des guitares bien affûtées et une rythmique véloce.

Kraftwerk 2 est certainement l’album le moins intéressant du début de carrière de KRAFTWERK. Bien qu’il ne dure que trois petits quarts d’heure, son écoute se révèle assez éprouvante, à cause des grigris à la guitare qui occupent presque la moitié du disque. Plus que deux ans à patienter…

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par SASKATCHEWAN :


GRATEFUL DEAD
Anthem Of The Sun (1968)
Rock récréatif...




GRATEFUL DEAD
Aoxomoxoa (1969)
Le dead en roue libre !


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
   RED ONE
   WALTERSMOKE

 
   (3 chroniques)



- Ralf Hütter (tout)
- Florian Schneider-esleben (tout)


1. Kling-klang
2. Atem
3. Strom
4. Spule 4
5. Wellenlänge
6. Harmonika



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod