Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIéTé-POP-ROCK-WORLD  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Koha
 

 Site Officiel (442)

Les MUSICIENS DU LYCéE MILLET - 2005-06 (2006)
Par MARCO STIVELL le 31 Mars 2012          Consultée 1905 fois

A l'option du lycée Millet, dans la belle ville de Cherbourg où l'on rencontre de fameux parapluies, les années se suivent sans se ressembler. Chaque nouvelle rentrée amène son lot de nouveautés (en nombre effectif de plus en plus grand), alors que les anciens sont voués à briller toujours un peu plus fort. Pour bien faire, il y a Vincent Lonjon. Il est un peu comme l'Anneau de Sauron version positive : un professeur pour les gouverner tous en les faisant s'amuser, progresser, les amener tous à avoir leur bac et dans les ténèbres des révisions, les lier. Comme pour le moment il n'y a pas eu vraiment de repiquage, on peut dire qu'il accomplit (comme d'autres professeurs) sa mission avec succès, et que les élèves emportent naturellement avec eux un souvenir inoubliable de leurs années lycée. Certains auraient bien aimé en avoir autant...

Comme toujours, nous avons affaire à une certaine diversité, mêlant rock, variété, jazz, opéra, musique de l'est, de dessins animés, chansons pour chorale diverses... Franchement, voir Charles Aznavour côtoyer Led Zeppelin, Verdi et "Capitaine Flam", ça n'a pas de prix. L'option musique chante l'amour pour la musique et c'est vraiment bien fait. Par ailleurs, la qualité sonore s'améliore encore, c'est le premier disque complètement propre à ce niveau, et l'on ne déplore même pas la mise en retrait habituelle de la chorale. Bref, un disque qui se savoure, et qui vaut bien cette belle note.

Beaucoup de highlights dans ce disque, pour ne pas citer tous les morceaux. La diversité est bien entendu une alliée précieuse pour mieux apprécier la fibre de chacun d'entre eux, et du coup même les titres les plus variété ne se ressemblent pas. Jacques Brel, la troupe de Starmania, Il Etait une Fois et Pocahontas, tous des artistes "morts" à leur manière, peuvent dormir éternellement sur leurs deux oreilles. La relève est assurée par les jeunes élèves et leur professeur qui, ne disposant pas de moyens colossaux aussi bien en technique vocale-instrumentale que de réalisation de disque, arrivent à faire très bien sonner ces divers morceaux. Vincent Lonjon progresse dans son enseignement, ce qui fait que tout, y compris les titres chorale sonnent plus maîtrisés, aboutis. Parlons encore des excellentes idées de dispositions des titres, comme le "blues" au milieu avec Starmania et Janis Joplin, ou encore "Katz un Moys" qui conclue le tout en magie instrumentale après que la chorale ait illuminé le Téléphone.

Et comme le tout sonne mieux, le talent des élèves est encore plus apparent ! Carl Turgis tient la batterie sur une bonne partie des morceaux, et l'on remarque un retour surprise de Maximilien Regnier (qui avait brillé sur le deuxième album en 2003) sur le Brel, également au solo de clavier (...brillant !) sur le Janis Joplin. Peu de mises en avant instrumentales ou plus précisément de solos sur ce disque, il repose avant tout sur une rythmique efficace qu'elle soit rock ou acoustique, et sur tout le savoir faire des vocalistes aussi bien que sur les capacités de Vincent Lonjon à "meubler" le reste. Bien sûr, il y a le solo de "Stairway to Heaven" dont son auteur, Maxime Guyader (mi-rockeur, mi-manouche sur l'album précédent), n'a pas à rougir malgré la difficulté. Bien sûr, il y a ces trombones en folie sur le Kumpania Klezmer, renforçant à leur manière le côté flamboyant de ce mode oriental.

La chorale réussit mieux qu'avant ses intermèdes "classiques", Bach mais aussi et surtout le Josquin Despres (encore un musicien de l'ancien temps ayant vécu longtemps pour son époque), ou comment installer une ambiance en ne disant pas grand-chose textuellement, et le Verdi. Je mets une mention particulière pour cette dernière perle extraite de l'opéra Nabucco, qui est devenu l'hymne italien, et qui me permet d'oublier de "renier" mes racines un moment (je vous rassure, je ne suis pas anti-Italie du tout, c'est nettement plus complexe). Tout aussi bons sont les titres des autres répertoires, les égayants "Good News" et "Pour la Fin du Monde" (avec un p'tit groupe en plus) comme le jazzy "Bod and Soul", et aussi quand même "Capitaine Flam" où Vincent Lonjon nous sort (avec parcimonie) les sons futuristes qui donnent toujours le sourire. "Un Autre Monde" est quant à lui toujours bien situé en fin d'album et les élèves y font la fête.

Parlons des chanteurs solistes maintenant. Cette année, la barre est mise très haut ! Il y a d'abord ce Mickaël Picquerey, défenseur ardent de la chanson, et qui, bien que nécessitant encore un peu de travail, a tout pour aller loin, pourquoi pas jusqu'en finale d'un télé-crochet pour rampe de lancement ? Qui sait, peut-être l'avenir me donnera raison. En tout cas, s'il se défend bien sur le "Il Etait une Fois" et "Le Chanteur" (où Vincent Lonjon nous sort la grande artillerie synthétique !), c'est surtout sur le "She" d'Aznavour qu'on lui reconnaît quelque chose en plus. L'autre chanteur, Ulysse Mars, ne dispose bien entendu pas des capacités extraterrestres de Robert Plant, mais se révèle un bon "hardgneux", avec son identité de jeune pousse à lui.

Pour les chanteuses, il n'y a que du positif. "Kozmic Blues" va si bien à Julina Quemar qu'on ne pourra pas cette fois un instant lui reprocher de ne pas assez transporter la chanson. La voix de Lucille Paysant ("La Mouche") ressort mieux que sur le précédent disque, les filles interprètent l'une des meilleures reprises de Paris Combo par Musique Millet, et ces mesdemoiselles Ludivine Dierstein (Brel), Alisson Dorey (Pocahontas) et Claire Besuelle (Radiohead), si elles ne sont pas toujours au strict diapason, arrivent à nous faire suffisamment rêver. Quant à Anaïs Portrait, j'avais déjà parlé de l'aspect adorable de sa voix lors de la chronique précédente, eh bien c'est encore plus fort ici. Observez le décalage entre les paroles et cette voix. Franchement à l'entendre sur la fin, on n'a vraiment pas envie de "l'abattre" ou de la "laisser crever seule sur l'asphalte", plutôt de la réconforter !

On ne peut hélas pas citer tous les morceaux joués aux concerts en dehors de ceux du CD (je ne relève que les dernières versions jouées systématiquement), alors résumons... La composition d'ouverture des concerts "Tsunami" est un savoureux mélange d'ambiances planantes (quel violon !) et de délire punk-hard-rock latino festif (quelle guitare !). A ne pas manquer également : le duo Mickael Picquerey/Julina Quemar sur le "No Bravery" de James Blunt ; l'autre duo Solenne Fautrat/Anaïs Chupin sur "L'Aigle Noir" ; les cuivres, le scat et la fête sur "Le Livre de la Jungle" ; l' "Impromptu" de Chopin par Clément Giguet qui avait déjà rendu un bel hommage à Debussy l'année précédente ; l'autre morceau pour piano(s), "Brasileira" ; la suite "Sentimentale" de Bolling ; ainsi que le Beethoven par Julia Drouet (fabuleux en dépit du son !).

Note réelle : 3,5/5

http://www.musique-millet.com/

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


Johnny HALLYDAY
Gang (1986)
L'album de Goldman pour Johnny




Elsa LUNGHINI
Chaque Jour Est Un Long Chemin (1996)
Le début du meilleur


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Vincent Lonjon (piano, claviers, voix, direction musicale)
- Constance Bodiou (chant, hautbois)
- Emeline Degouey (chant)
- Margerie Delagree (chant, piano)
- Nelly Guignard (chant)
- Clément Giguet (piano)
- Solenne Fautrat (batterie)
- Léopold Regnier (guitares, basse, batterie, voix)
- Florian Frigot-revel (trompette)
- Alex Kaldani (basse)
- Elvire Berthenet (violon)
- Carl Turgis (batterie)
- Mickaël Picquerey (chant)
- Ludivine Dierstein (chant)
- Solenne Fautrat (piano)
- Alisson Dorey (chant)
- François Merlin (basse, percussions, guitare)
- Anaïs Portrait (chant)
- Cecilia Candas (piano)
- Julina Quemar (chant)
- Maxime Guyader (guitare)
- Ulysse Mars (chant, guitare)
- Christophe Alix (basse)
- Maxime Lamotte (guitare)
- Cynthia Delacotte (flûte)
- Simon Guillot (flûte, piccolo)
- Chloé Creusefond (flûte)
- Stéphanie Leforestier (flûte)
- Damien Dejean (batterie)
- Lucile Paysant (chant)
- Delphine Lucas (accordéon)
- Claire Besuelle (chant)
- Nathalie Kirchner (violoncelle)
- Margot Didier (guitare)
- Erwann Lepoitevin (saxophone)
- Florian Marchandier (saxophone)
- Frédéric Coussin (trombone)
- Romain Zerna-delepine (violon)
- Ariane Pecoraro (violon)
- Charlotte Kaluzinski (violon)
- David Pernod (piano)
- Ludmilla Vrac (piano)
- Alexandra Lebarriller (accordéon)
- + Chorale De Tous Les élèves
- Maximilien Regnier (batterie, solo clavier)


1. Paris Combo - Fibre De Verre
2. Waldo Green - Body And Soul
3. Il Etait Une Fois - J'ai Encore Rêvé D'elle
4. Jacques Brel - Quand On N'a Que L'amour
5. Pocahontas (disney) - L'air Du Vent
6. Charles Aznavour - She
7. Daniel Balavoine - Le Chanteur
8. Starmania - Le Monde Est Stone
9. Janis Joplin - Kozmic Blues
10. Led Zeppelin - Stairway To Heaven
11. Ginkobiloba - Une Mouche
12. Radiohead - Creep
13. Josquin Desprez - Mille Regrets
14. Bach - Befiehl Du Deine Wege
15. Bach - Herzliebster Jesu
16. Verdi - Va, Pensiero
17. Traditionnel - Good News
18. Gérard Palaprat - Pour La Fin Du Monde
19. Debout, Dumas, Mercier - Capitaine Flam
20. Téléphone - Un Autre Monde
21. The Klezmatics - Katz Un Moys



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod