Recherche avancée       Liste groupes



      
INDUS  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Nick Cave & The Bad Seeds , Arbeit Schickert Schneider
 

 Site Officiel (162)

EINSTüRZENDE NEUBAUTEN - Kollaps (1981)
Par WALTERSMOKE le 14 Mars 2013          Consultée 1147 fois

Le deuxième album studio d'EINSTÜRZENDE NEUBAUTEN, Kollaps, fait partie de ces albums qu'il faut absolument écouter pour avoir une idée de la bonne musique. En effet, pour ses premiers pas « officiels » (pour rappel, Stahlmusik n'est pas vraiment considéré comme tel), le groupe de Blixa BARGELD et N.U UNRUH se paie le luxe d'offrir immédiatement le meilleur, sans prendre le soin de laisser monter la sauce. Et franchement, il est impossible de leur en vouloir. Sérieusement. Parce que pondre un tel album, moi je dis bravo et j’applaudis très fort.

Bien que dans l'esprit, la musique indus puisse se permettre de taper dans le lo-fi, il apparaît clairement que la production et le mixage mettent en valeur les bruits générés par des outils élevés au rang d'instruments qui contribuent à créer l'harmonie dans le chaos, la musique dans le bruit, et qui résonnent fort, pour ne pas caresser l'auditeur dans le sens du poil. Mais là où les titres de Stahlmusik fascinaient autant qu'ils rebutaient, ceux de Kollaps attirent tout autant, mais la répulsion est remplacée par une hypnose qui renforce cette attraction, et même si le chant de BARGELD rebute toujours autant, il ne suffit pas à faire fuir l'auditeur, bien au contraire.
Une autre chose importante est à noter, c'est l'apparition de la philosophie d'EINSTÜRZENDE NEUBAUTEN : en effet, l'indus sans idéologie ou arrière-pensée n'existe pas, et pour ce qui est du groupe allemand, c'est la déconstruction qui prime, impliquant alors l'anarchie, ce qui est très bien retranscrit ici. En effet, tout est décousu, même si un certain sens de la mélodie s'applique ici, il n'y a rien de vraiment harmonieux, la musique se veut reflet d'un monde qui s'écroule, mais de manière perverse.

Il faut aussi être bien naïf pour croire que Kollaps va chouchouter nos oreilles avant de monter en puissance. Non, la claque arrive à pleine vitesse dès "Tanz Debil", qui « prend soin » de montrer qu'EINSTÜRZENDE NEUBAUTEN, c'est pas le royaume des bisounours. D'autres morceaux se montrent instructifs et prouvent qu'un marteau-piqueur ou bien une scie, ça peut faire de très bons sons, comme sur "Steh Auf Berlin" et "U-Haft Muzak" le bien nommé.
Dans cette cacophonie plus intelligente qu'il n'y paraît, le morceau-titre fait office d'intrus, car du haut de ses huit minutes, il surprend par sa construction et sa cohérence, ainsi que par sa lenteur – non pas que les autres titres soient particulièrement rapides, mais il est imprimé d'un rythme assez lent, mais qui lui sied très bien. "Sehnsucht" se fait également remarquer, ce titre se veut le plus triste, avec juste un piano, deux-trois bruitages de synthé et un chant neutre, mais pas dénué d'émotions : une sorte de récréation tirant vers la pop – mais pas trop, quand même. Ah, et comme si tous ces morceaux géniaux ne suffisaient pas, le groupe va jusqu'à proposer une reprise indus de "Je t'aime moi non plus", intitulée "Jet'M", avec une dissonance violente mais géniale, sans compter les cris de BARGELD semblant être étouffés. Et Kollaps, c'est aussi le type d'album qui fait aimer la version CD, puisque sur celle-ci se trouve la version live de "Negativ Nein", une tuerie ultime, un morceau qui s'écoute de nombreuses fois sans qu'à un quelconque moment l'ennui ne s'installe, c'est magnifique. Bon, y'a pas les acclamations du public, mais à la rigueur, ce n’est pas important.

Kollaps, donc, est un album majeur du groupe, mais aussi une belle contribution à l'univers de la musique de manière générale, et même si certains albums qui vont suivre peuvent se permettre de le tutoyer, bien peu pourront l'égaler. C'est un indispensable pour qui veut aimer l'indus, et qui, aussi bizarre soit-il, est relativement accessible. Alors aucune hésitation, il faut écouter Kollaps !

A lire aussi en INDUS par WALTERSMOKE :


EINSTüRZENDE NEUBAUTEN
Ende Neu (1996)
Lent et puissant




FAUST
You Know Faust (1996)
Deutsche qualität und beaucoup de bruit


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Blixa Bargeld (chant, guitares, percussions)
- N.u. Unruh (percussions, voix)
- F.m. Einheit (percussions, voix)


1. Tanz Debil
2. Steh Auf Berlin
3. Negativ Nein
4. U-haft Muzak
5. Draußen Ist Feindlich
6. Schmerzen Hören
7. Jet'm
8. Kollaps
9. Sehnsucht
10. Vorm Krieg
11. Hirnsäge
12. Abstieg & Zerfall
13. Helga
14. Negativ Nein (live)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod