Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Bonfire, Scorpions, Bruce Springsteen , Van Halen
 

 Site Officiel (256)

BON JOVI - What About Now (2013)
Par GEGERS le 27 Avril 2013          Consultée 2459 fois

A chaque nouvelle sortie depuis maintenant une bonne dizaine d'années, BON JOVI nous donne a comprendre que l'arena-rock qui l'a rendu millionnaire dans les années 80 et 90 n'était finalement qu'un accident de parcours, une erreur d'orientation. A tâtonner et à trop chercher à évoluer, le groupe a ainsi tour à tour versé dans un rock de bas étages, dans une pop mielleux ou dans une country moderne dénuée d'intérêt. Il y avait pourtant sur The Circle, le précédent effort du groupe du New Jersey, de superbes choses auxquelles se raccrocher, des mélodies inspirées, des refrains fédérateurs. Sur What About Now, BON JOVI donne avant tout l'image d'un groupe qui a baissé les bras. Le chanteur aurait voulu être Bruce Springsteen, c'est évident, et semble décidé à le prouver tout au long du treizième album de son groupe. Sauf qu'à défaut d'être Springsteen, BON JOVI joue plutôt les Hanson, ou les Jonas Brothers.

Le constat est fort triste, mais rien ou presque sur What About Now n'est digne du potentiel que l'on attribuait jusqu'alors au groupe américain. Tout de même, on retient deux titres, lents et pleins de charme, qui sauvent l'album du marasme : « I'm with you », mid-tempo qui témoigne d'un véritable travail apporté sur les ambiances et le refrain, tout bonnement exceptionnel. Il en va de même pour la ballade intimiste « Amen », dégoulinante de bons sentiments mais constituant un superbe tremplin vocal pour Jon Bon Jovi, toujours capable de faire des miracles grâce à sa voix chaude et puissante.

Reste que globalement, sur What About Now, le groupe tombe dès le premier morceaux dans ses travers habituels. En bon démocrate, BON JOVI narre à de nombreuses reprises cette Amérique qui se bat, se serre les coudes, et va se relever de toutes les difficultés grâce au fort potentiel des individus qui la composent. Autant la sauce pouvait prendre sur « Work for the working man », excellent titre présent sur l'album précédent, autant le groupe irrite ici à trop tirer sur la corde. « Because we can », « What about now », « Army of one »... autant de titres qui ne se voient même pas sauvés par un quelconque intérêt musical. Sambora est présent, mais ses guitares ne permettent pas d'atténuer la vacuité des compositions présentées, à l'image des pourtant énergiques « That's what the water made me » et « Beautiful world », pièces modern-rock qui séduiront les moins exigeants.

BON JOVI essaie donc de nous dire qu'il aimerait être Springsteen. Si la ressemblance se fait évidente de nombreuses reprises, pas sûr que le Boss prenne comme un hommage l'indigeste « What's left of me », sa mandoline et ses intonations country-rock pas vraiment transcendantes. Sur la ballade finale, « The Fighter », sorte de croisement entre « The Boxer » de Simon & Garfunkel et « The Wrestler » de Springsteen, BON JOVI ne parvient pas à dégager la sincérité nécessaire pour réussir le périlleux exercice. Pire, la mélodie, étrangement semblable à celle de « Prendre un enfant par la main » d'Yves Duteil, provoque le rire plus que l'émotion.

Pourtant toujours accompagné de la même équipe de compositeurs sur cet album (à noter la mise en retrait de Sambora, qui semble donc être la caution rock du groupe), BON JOVI ne parvient pas à confirmer les espoirs nés suite à la publication de The Circle. Bien décidé à verser encore un peu plus dans une pop-rock de bas étages, taillée pour les stades, le combo américain semble désormais voué à errer dans un vide musical, entre sa gloire hard rock d'antan et l'inanité de son modern-rock actuel. A l'écoute du chef-d'oeuvre récemment publié par Richie Sambora, force est de constater qu'il y a encore des forces créatrices vives au sein du groupe. Dommage que son leader préfère s'enfoncer dans la facilité plutôt que de les utiliser à leur juste valeur. Un bien triste album.

1,5/5

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


KINGDOM COME
Kingdom Come (1988)
Et non pas kingdom clone




MAD MAX
Here We Are (2008)
All-star anniversaire


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Jon Bon Jovi (chant)
- Richie Sambora (guitare)
- Hugh Mcdonald (basse)
- Tico Torres (batterie)
- David Bryan (claviers)


1. Because We Can
2. I'm With You
3. What About Now
4. Pictures Of You
5. Amen
6. That's What The Water Made Me
7. What's Left Of Me
8. Army Of One
9. Thick As Thieves
10. The Beautiful World
11. Room At The End Of The World
12. The Fighter



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod