Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1984 Bon Jovi
1985 7800° Fahrenheit
1986 Slippery When Wet
1988 New Jersey
1992 Keep The Faith
1994 Cross Road - The Best Of...
1995 These Days
2000 The Crush Tour
  Crush
2002 Bounce
2003 This Left Feels Right
2005 Have A Nice Day
2007 Lost Highway
2009 The Circle
2010 Greatest Hits
2013 What About Now
2015 Burning Bridges
2016 This House Is Not For...
 

- Style : Bonfire, Scorpions, Bruce Springsteen , Van Halen
 

 Site Officiel (747)

BON JOVI - This House Is Not For Sale (2016)
Par GEGERS le 3 Décembre 2016          Consultée 2060 fois

Il serait long et inutile de s'attarder sur les événements négatifs qui ont émaillé la carrière de BON JOVI ces dernières années : le départ de Richie Sambora, la séparation houleuse avec Mercury (le groupe est de retour chez Island Records), deux albums en demi-teinte, autant d'obstacles qui ont incité Jon à faire table rases et relancer son groupe sur de nouvelles bases. Enregistré aux Power Station Studios de New York, comme le premier album du groupe en son temps, This House Is Not For Sale témoigne d'un groupe désireux de boucler la boucle et laisser derrière lui quelques années bien peu fastes. Le nouveau guitariste Phil X et l'intégration dans le line-up officiel du bassiste Hugh MacDonald (qui accompagne le groupe depuis 1994, il était temps) témoignent de cette envie d'aller de l'avant. En résulte un treizième album qui témoigne d'une inspiration retrouvée, sans pour autant renouer avec la flamboyance d'un temps définitivement révolu.

C'est la fête à la maison, néanmoins. Avec la pochette de l'album et son premier titre, BON JOVI joue à fond la carte du patriotisme, de la fierté des cols bleus qui, mains dans le cambouis, se donnent corps et âme pour faire tenir debout la maison "USA". Le propos n'est pas nouveau mais la compo, qui se rapproche des ambiances du morceau "Have a Nice Day" (2005) est parée de sympathiques atours, à commencer par un refrain efficace et immédiat et, chose suffisamment rare sur cet album pour être notée, un solo mélodique bien senti, qui fait honneur à la nouvelle recrue Phil X. Il y a quelques autres flamboyances sur cet album : "Knockout", moderne et percutant (la production de John Shanks y est pour beaucoup), est imparable et très appréciable, même si la mise en retrait des guitares sur ce titre en particulier laisse un léger goût amer.

Le meilleur morceau de l'album est sans conteste "Roller Coaster" qui, en se rapprochant des ambiances de l'album The Circle, se fait un titre rock bariolé et fort bien construit. De nouveau, des influences "modernes" se font entendre : l'utilisation de choeurs et de "oh oh oh" très à la mode actuellement, un refrain "bombastic" qui en met plein la vue et une alternance entre distorsion et passages acoustiques qui mettent en valeur l'ensemble du groupe, et en particulier le chant toujours puissant de Jon. "Living With the Ghost", dont l'intro piano/guitare témoigne d'une très forte influence de SPRINGSTEEN (son nom n'avait pas encore été mentionné alors que son ombre plane sur tout l'album), se voit également porté par un refrain dantesque dont les paroles nous laissent à penser que Jon évoque la séparation d'avec Sambora sur ce titre énergique.

Les titres les plus calmes sont également les plus poussifs : "Labor of love", qui évoque un croisement entre Chris ISAAK et le Boss, vous fera pousser des soupirs de lassitude, de même que la ballade folk "Scars on this guitar", qui manque paradoxalement d'envolées de la six-cordes mentionnée dans les paroles. Quoique plus énergiques, les velléités country-rock de "God Bless This Mess" et celles modern-rock de "Born again tomorrow" ne nous provoquent guère de frissons, et sont à peine supérieures aux titres des deux et médiocres albums précédents.

Retenons le meilleur, malgré tout. Une bonne poignée de morceaux (j'en compte 6 sur les 12 de la version régulière de l'album) évoquent avec une réussite certaine le BON JOVI des grands jours (c'est particulièrement flagrant sur la ballade finale "Come up to our house", qui n'aurait pas dépareillé sur These Days), et nous rassurent : le groupe n'est pas encore moribond. A côté de ces belles surprises, une petite moitié de titres faciles ou peu inspirés, reléguant souvent les guitares au rôle de figurantes, qui marquent le pas et empêchent d'apprécier cet album pleinement et sans réserve. Il s'agit néanmoins de ce que le groupe nous a offert de meilleur depuis la fin des années 2000, et rien que cela mérite qu'on accorde à ce This House Is Not For Sale une oreille attentive. A noter que les diverses versions bonus permettent aux fans de découvrir jusqu'à 17 nouveaux morceaux, soit une bonne pelleté de bonus de qualité variable.

2,5/5

A lire aussi en ROCK par GEGERS :


GREAT BIG SEA
Safe Upon The Shore (2010)
Retour gagnant




BIG COUNTRY
Another Country (2011)
La mort n'est pas une fatalité


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Jon Bon Jovi (chant)
- David Bryan (claviers, piano, pedal steel guitar)
- Tico Torres (batterie, percussions)
- Hugh Mcdonald (basse)
- Phil X (guitare)


1. This House Is Not For Sale
2. Living With The Ghost
3. Knockout
4. Labor Of Love
5. Born Again Tomorrow
6. Rollercoaster
7. New Year's Day
8. Devils In The Temple
9. Scars On This Guitar
10. God Bless This Mess
11. Reunion
12. Come On Up To Our House



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod