Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : MotÖrhead
- Membre : Joe Matera
- Style + Membre : Mpire Of Evil
 

 Site Officiel (330)
 Venom Collector (469)
 Site Of The Hydra (315)

VENOM - Welcome To Hell (1981)
Par RED ONE le 29 Octobre 2013          Consultée 2089 fois

À la fin des années 1970, un important mouvement de rénovation du heavy metal voit le jour en Grande Bretagne. Les groupes des origines sont soit sur le déclin (BLACK SABBATH, LED ZEPPELIN), soit morts et provisoirement enterrés (DEEP PURPLE). Les disciples de la triade fondatrice britannique ont alors leurs dents affûtées comme des rasoirs, et le renouveau apporté par des groupes des années 1970 un peu plus jeunes tels que JUDAS PRIEST et MOTÖRHEAD va motiver toute une armada de nouveaux groupes british pour marcher sur les traces de leurs aînés. Ces groupes, vous les connaissez sûrement déjà : IRON MAIDEN, SAXON, DEF LEPPARD, RAVEN, DIAMOND HEAD, ANGEL WITCH, etc... Cette mouvance, qui sera également influencée par le punk rock alors à la mode, sera baptisée New Wave of British Heavy Metal (NWOBHM). Bien vite, cependant, un certain formalisme commence à s’instituer parmi ces groupes, qui finissent rapidement par presque tous se ressembler musicalement. Tous ? Non ! Car quelque part à Newcastle, un groupe a décidé d’aller bien plus loin que ses compatriotes.

VENOM est un groupe lui aussi issu de la New Wave Of British Heavy Metal : formé en 1979 à Newcastle sur les cendres de plusieurs groupes locaux, fortement influencé par JUDAS PRIEST à ses débuts, VENOM se stabilise bien vite autour d'un quatuor initial : Jeffrey Dunn (guitare), Conrad Lant (basse), Anthony Bray (batterie) et un certain Clive Archer au chant. Afin de se doter d'une image "maléfique", les membres adoptent des pseudonymes démoniaques : Jeffrey Dunn devient "Mantas", Conrad Lant devient "Cronos" et Anthony Bray devient "Abaddon". Clive Archer choisit pour sa part de se renommer... "Jesus Christ" ! Une première démo est enregistrée par ce line-up en 1980, et Cronos y tient déjà le chant sur l'un des titres. Après quelques prestations peu convaincantes dans cette formule, Clive Archer renonce à continuer l'aventure et le trio légendaire des origines est enfin lancé.

Le premier LP studio de VENOM, publié sur le mythique label Neat Records, est, il faut bien le dire, un véritable foutoir sans nom : une production catastrophique (de l'écho partout, sans raison), une guitare dont le son ressemble à celui d'une tronçonneuse, une basse évoquant le moteur d'un bombardier allemand, un chant fait de grognements incompréhensibles, et pire que tout, un batteur qui joue rarement en rythme. Et je ne parle même pas des paroles absolument grotesques qui parlent de Satan, de l'Enfer, de faire l'amour avec le Diable, d'anges déchus, et d'autres conneries sans nom....
.... Sauf qu'aussi curieux que cela puisse paraître, cet album est génial. Génial, car VENOM ose réussir un pari complètement fou pour l’époque : enregistrer un album de heavy metal beaucoup plus sale et plus speed que ne l'était le pourtant déjà très dégueulasse Ace of Spades de MOTÖRHEAD sorti un an plus tôt. Influencé par le shock rock de KISS et par l'imagerie pseudo-sataniste de BLACK SABBATH, VENOM réinventera littéralement le heavy metal en 1981 et prouvera qu'on peut faire toujours plus vite et toujours plus crade.

Le bombardement nucléaire commence de façon terrifiante avec la mythique première piste, "Sons of Satan", qui pose les bases du style VENOM : des rythmiques sans concessions, des solos bordéliques mais efficaces, des riffs ravageurs qui font headbanguer sans discontinuer, et des refrains immédiatement fédérateurs. La très heavy "Welcome To Hell", la très doom "In League With Satan", la très speed "Witching Hour", la très punk "Live Like an Angel...", tubes légendaires de cet album, en sont la preuve, mais c'est également le cas sur des titres moins connus tels que "Angel Dust", "Poison", "Schizoid" ou encore "Red Light Fever"... VENOM tente quand même de modérer parfois sa violence : en témoignent l'interlude mystique "Mayhem with Mercy" (future source d'inspiration du nom du groupe norvégien MAYHEM), ou bien encore une chanson au groove doom imparable comme "1000 Days in Sodom".

Il ressort de cet album une impression fascinante : VENOM joue du heavy metal avec le raffinement d'une bande de punks drogués et alcooliques, et pourtant ça marche ! Du début à la fin, c'est un sans-faute en termes d'efficacité. Il se dégage de Welcome to Hell une véritable atmosphère de course contre la mort sous amphétamines, une ambiance de fête de bikers sous acides qui se mettent à délirer en ouvrant un livre de magie noire. La pochette de Welcome to Hell, dessinée par Cronos himself, a également beaucoup contribué à la réputation sulfureuse du groupe lors de la sortie de l'album. Si l'imagerie satanique n'était pas nouvelle dans le milieu du heavy metal depuis le premier album de BLACK SABBATH en 1970 et sa fameuse croix inversée dessinée à l'intérieur de la pochette, Welcome to Hell franchit un pas de géant en osant représenter le visage de Lucifer de façon aussi ostentatoire. Toute l'imagerie VENOM ne sera, à l'avenir, qu'une déclinaison infinie de ce même et unique thème, avec plus ou moins de bon goût selon les périodes.

Welcome To Hell de VENOM est la première pierre angulaire de l’histoire du metal extrême, et peut être même considéré comme son acte de naissance. Là où MOTÖRHEAD était encore trop sage et policé du fait d’un son encore très bluesy, VENOM envoie tout valser et écrit le premier manifeste d’un metal désormais libre de se jouer toujours plus vite, toujours plus brutalement et toujours plus violemment. Une prétention que le mythique successeur de Welcome to Hell, Black Metal, viendra confirmer un an plus tard.

EVIL ! IN LEAGUE WITH SATAN !!!

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


RIVAL SONS
Pressure And Time (2011)
L'une des grosses baffes hard rock de l'année




JUDAS PRIEST
Stained Class (1978)
Le Priest est chaud bouillant !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Cronos (chant, basse)
- Mantas (guitare)
- Abaddon (batterie)


1. Sons Of Satan
2. Welcome To Hell
3. Schizoid
4. Mayhem With Mercy
5. Poison
6. Live Like An Angel, Die Like A Devil
7. Witching Hour
8. 1000 Days In Sodom
9. Angel Dust
10. In League With Satan
11. Red Light Fever



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod