Recherche avancée       Liste groupes



      
INDUS  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Nick Cave & The Bad Seeds , Arbeit Schickert Schneider
 

 Site Officiel (167)

EINSTüRZENDE NEUBAUTEN - Fünf Auf Der Nach Oben Offenen Richterskala (1987)
Par WALTERSMOKE le 6 Novembre 2013          Consultée 1090 fois

Fünf Auf Der Nach Oben Offeren Richterskala. En voilà un titre à rallonge absolument imbitable. C'est ainsi que s'appelle le quatrième album de EINSTÜRZENDE NEUBAUTEN. Un titre plus court n'aurait pas été de trop, comme par exemple Meisterwerk. Un nom alternatif qui décrirait relativement bien l'album, d'ailleurs.

FADNOOR (c'est mieux d'abréger) montre un NEUBAUTEN bon et efficace, capable d'offrir ce qu'on attend de lui, voire plus. Mieux, l'apport plus mélodique et musical fait un bien fou à la musique du groupe. Attention toutefois, EINSTÜRZENDE NEUBAUTEN n'a pas abandonné sa base indus, loin de là. Quiconque douterait de cela devrait écouter le premier morceau, "Zersörte Zelle". Le minimalisme étouffant s'allie avec un Blixa Bargeld transfiguré, impérial dans une certaine idée de la folie. L'ajout mesuré mais déterminant de percussions, puis l'explosion dramatique vers la 6e minute achève le processus, et l'auditeur avec.
Tout comme sur le précédent album, Halber Mensch, il s'agit du meilleur morceau. Mais cette fois, le reste suit aisément le rythme niveau qualité. Cependant, un intrus de choix s'est glissé sur FADNOOR, à savoir "Morning Dew". Les amateurs de rock auront certainement reconnu le nom d'un fameux titre chanté par Grateful Dead, et ils auront raison. Pour les fans de NEUBAUTEN, cela peut paraître incongru, choquant de voir Bargeld chanter une reprise, et surtout de chanter en anglais. Heureusement, il s'approprie la chanson, et sans en faire du pur NEUBAUTEN, l'intègre très bien à l'univers de son groupe. Soit dit en passant, cette reprise a sans doute quelque peu contribué à la percée de EINSTÜRZENDE NEUBAUTEN aux Etats-Unis.

Les morceaux suivants suivent la même direction artistique de très haute qualité. En fait, c'est toute la face A de FADNOOR qui fait le principal intérêt de l'album. La face B, par contre, est plus déséquilibrée. "Kein Bestandteil Sein" impose une ambiance à la limite du malsain grâce à une basse des plus efficaces, et surtout un chant quelque peu vicieux. Les deux précédents morceaux n'ont hélas pas la même intensité musicale : si l'on peut encore accrocher à "12 Städte" malgré son côté non fini, "Kein Schöneit (ohne Gefahr)" ennuie plus qu'autre chose. C'est du remplissage pur et dur, celui que l'on repousse mollement en bâillant et en se disant que rien n'aurait changé sans lui.

Malgré un déséquilibre certain, FADNOOR est un album qui contient de grandes réalisations de EINSTÜRZENDE NEUBAUTEN. L'écriture et l'interprétation s'affinent d'album en album, et malgré quelques couacs, le groupe continue sur sa lancée et, précis comme un métronome, assure une présence dans les bacs tous les deux ans. Rendez-vous donc en 1989 pour Haus Der Lüge et sa pochette de bon goût – hahaha.

A lire aussi en INDUS par WALTERSMOKE :


DIE KRUPPS
Stahlwerkrequiem (2016)
Le retour de la symphonie de métal




EINSTüRZENDE NEUBAUTEN
Kollaps (1981)
Le bruit, c'est de l'art.


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Blixa Bargeld (chant, guitare)
- Mark Chung (basse, voix)
- Alexander Hacke (guitare, voix)
- N.u Unruh (percussions, voix)
- F.m Enheit (percussions, voix)


1. Zersöte Zelle
2. Morning Dew
3. Ich Bin's
4. Modimidofrsaso
5. 12 Städte
6. Keine Schöneit (ohne Gefahr)
7. Kein Bestandeil Sein



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod