Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (188)

ABBA - The Album (1977)
Par ERWIN le 30 Décembre 2013          Consultée 1172 fois

Babas nous sommes devant ABBA ! “Arrival” avait porté au firmament du stardom international les couleurs de la Suède. Désormais au sommet, il faut tâcher d’y rester. Trouver la motivation et la détermination nécessaire à la raison qui seule peut faire durer. Gérer les rapports humains de manière harmonieuse. Seule l’alchimie entre les B’s et les A’s sera la clé de cette alchimie. Pourtant cette année 77 va être celle des premières vraies difficultés, et notamment celles d'Agnetha liées à sa popularité trop envahissante, au rythme incessant des tournées qui l’éloigne de ses enfants, et sa peur de l’avion. L’album, cinquième du nom, se veut le parfait complément du film « Abba, the movie » tournée par Lasse HALSTROM.

Des difficultés certes, qui n’empêchent aucunement le talent de songwriter de Benny et Bjorn de s’exprimer avec toujours plus d’acuité. Ainsi le single « Take a chance on me » est-il une sacré référence. Cette manière bêtifiante de répéter le chorus dans une urgence proche de l’hystérie est carrément brillantissime. Perso j’adore ! Voila une chanson sans âge qui traverse les décennies avec bonne humeur et qui porte avec brio les trademarks d’ABBA. Le second classique est « Thank you for the music », tous deux sont chantés par Agnetha. La douceur de cette ode à la gratitude éternelle est une vraie petite merveille, il fallait la candeur de la jolie blonde pour la porter ainsi au firmament, c’est chose faite. Signalons en outre la version –amicalement baptisée – « Doris Day » à la manière des comédies musicales des fifties. Cette chanson ainsi que « I wonder » et la mignonne « I’m a marionette » faisaient partie du projet « The girl with golden hair ».

Nous baissons d’un cran toutefois sur le single suivant : « Eagle » ouvre l’album et garde les mélodies chères au groupe, le souci du détail est toujours présent, ainsi que la qualité des arrangements, puisque nos deux B’s sont d’avides maniaques perfectionnistes, mais la composition est légèrement en deçà des précédentes. Il en est de même pour « The name of the game », au joli refrain, mais dont les couplets me laissent quelque peu de marbre. En revanche, la petite perle de hard rock « Hole in your soul » est tout à fait jouissive, je la conseille vivement aux amateurs de gros son, d’autant qu’elle est parfaitement invisible dans le répertoire d’ABBA, à moins de tomber dessus par inadvertance. Le reste est, comme à l’accoutumé de bon aloi avec un plus pour la jolie « Move on », mais ne peut s’aligner face aux singles multiplatines.

Bref, la routine n’a guère le temps de s’installer quand on est aux commandes d’un si fier vaisseau. Il faudra cependant éviter de faire tel le Vasa, et de couler en pleine gloire, car les écueils commencent à apparaître avec une singulière régularité. Bah… Deux couples qui forment un groupe… Pour des esprits d’aujourd’hui, cela scellera rapidement leur destin… En attendant, c’est l’éclate, et des comptes en banque délirants ! Petit détail, la guerre froide ne permit de lancer que 200 000 exemplaires sur le marché russe alors que la capacité de commande jouxtait les 40 millions… Cela laisse rêveur !

A lire aussi en POP par ERWIN :


Billy JOEL
River Of Dreams (1993)
Le dernier, le meilleur




Leonard BERNSTEIN
West Side Story (1961)
Mythique


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Eagle
2. Take A Chance On Me
3. One Man One Woman
4. The Name Of The Game
5. Move On
6. Hole In Your Soul
7. Thank You For The Music
8. I Wonder
9. I’m A Marionette



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod