Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Cat Stevens
- Membre : Alan Simon , Elton John
- Style + Membre : Alan Stivell
 

 Site Officiel (en 5 Langues) (798)

Angelo BRANDUARDI - Il Rovo E La Rosa (2013)
Par RED ONE le 5 Janvier 2014          Consultée 2788 fois

Si en ce début de décennie 2010, Angelo Branduardi continue de tourner avec plus ou moins de régularité en Europe (surtout en Allemagne et en Italie), on ne peut cependant pas dire que sa production discographique récente soit très passionnante. La série d'albums baroques Futuro Antico semble avoir été provisoirement mise en sommeil, et si l'on excepte le peu passionnant Così È Se Mi Pare (2011) et la honteuse compilation Camminando Camminando 2 (2012), qui comprenait quand même un single inédit assez sympa ("Rataplan"), rien de bien frais n'a vu le jour du côté d'Angelo depuis quand même pas mal de temps.

C'est donc avec un enthousiasme en demi-teinte que nous accueillons en 2013 ce nouvel album studio, Il Rovo E La Rosa ("La Ronce et la Rose"), sous-titré "Ballata d'Amore et de Morte" et qui n'est, je préfère le préciser, même pas sorti en France à l'heure où j'écris ces lignes. Sa promotion italienne n'est d'ailleurs pas meilleure, puisqu'à l'exception de quelques annonces timides sur Internet, la plupart des aficionados ont appris la sortie de cet album assez tardivement via le site officiel du chanteur.

Ce disque est un concept-album. Encore un dans la discographie d'Angelo, tiens ! Angelo semble en effet assez familier de la chose depuis l'an 2000 et son fameux album consacré à la vie de Saint François d'Assise...
Le concept en est cependant assez alambiqué, mais plutôt intéressant : au travers de cet album, Angelo revient sur plusieurs figures poétiques de l'époque élisabéthaine (fin du XVIe siècle anglais) qui l'ont marqué depuis sa jeunesse, la plupart étant historiquement bien réelles mais je ne saurais vous en dire davantage. La référence aux ronces et aux roses, symbole végétal illustrant la dualité bien/mal, nous laisse donc entrevoir un album très poétique aux nuances subtiles et raffinées.

Si le contexte des chansons est éminemment britannique, l'intégralité de l'album est en revanche écrite en italien, à l'exception de la piste d'ouverture, qui surprendra incontestablement, puisqu'Angelo y chante... en gaélique ! Malheureusement, ce premier essai du Transalpin en langue celtique n'est pas véritablement convaincant. La chanson se révèle ainsi assez répétitive et un peu mollassonne malgré des arrangements folk plutôt réussis.
"Lord Franklin" et "Silkie" nous renvoient pour leur part de fort belle manière aux moments les plus délicats du BRANDUARDI du début des années 1980, signant ainsi le retour en grâce de sonorités folk douces et subtiles, avec une touche médiévale dans les compositions les plus récentes du Cantautore. "Mary Hamilton" et "Rosa Die Galilea" sont en revanche un peu moins convaincantes.
Le titre "Lord Baker" voit quand à lui resurgir d'élégants claviers solennels comme Angelo sait les utiliser avec majesté depuis quelques années...

La fin de l'album peut en revanche apparaître comme manquant sensiblement d'originalité : la "Suite per Arciliuto E Voce" compile en un même morceau folk quelques uns des plus beaux airs anciens qu'Angelo avait déjà repris sur certains de ses albums antérieurs, comme notamment l'air de "Scarborough Fair", déjà présent sur le premier Futuro Antico (1996). Et que dire également de cette énième version de "Barbrie Allen", que BRANDUARDI avait déjà reprise sur son album de 2011 ? Elle est certes plutôt bien réalisée, et sa thématique s'intègre parfaitement au concept de l'album (ce qui justifie sa présence ici). Mais tout de même, ça sent quand même fortement le réchauffé...
Certains passages de l'album, notamment sur "Silkie", témoignent par ailleurs d'une production beaucoup trop gonflée, ce qui est un problème assez récurrent avec les albums récents d'Angelo. Sa voix semble même parfois retouchée, c'est dire ! Néanmoins, la poésie des chansons n'en est pas altérée, et c'est le principal...

Au final, Il Rovo E La Rosa n'est clairement pas un mauvais album. Vu le niveau assez médiocre de son prédécesseur, il est même plutôt enthousiasmant, et il convient de souligner le regain d'inspiration évident de notre ami italien, qui nous gratifie ici d'une élégante collection de poèmes à l'atmosphère toute baroque et véritablement touchante. Espérons que ce ne soit pas passager !
Ceci étant, l'album ne s'apprivoise pas facilement, le charme n'opère pas immédiatement, et l'absence de véritable titre fort ne contribue pas à faire de cet album un disque totalement maîtrisé. Néanmoins, c'est déjà bien de voir Angelo revenir à un aussi haut niveau.

Un beau recueil folk et baroque donc, très poétique, comme seul Angelo sait nous en offrir. Largement plus intéressant que l'album de 2011, ce qui est la moindre des choses que nous pouvions espérer !

A lire aussi en FOLK par RED ONE :


Angelo BRANDUARDI
Angelo Branduardi '81 (1981)
Branduardi entame enfin réellement les années 80 !




Angelo BRANDUARDI
Alla Fiera Dell'est (1976)
Angelo impose magistralement son génie créatif


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



Non disponible


1. Baidin Fheilimi
2. Lord Franklin
3. Mary Hamilton
4. Rosa Di Galilea (il Ciliegio)
5. Lord Baker
6. Il Falegname
7. Silkie
8. Suite Per Arciliuto E Voce
9. Barbrie Allen



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod