Recherche avancée       Liste groupes



      
DRONE / DARK AMBIENT  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Arcturus
 

 Page Officielle (sur Jester Records) (322)

ULVER - Terrestrials (2014)
Par RED ONE le 22 Février 2014          Consultée 1633 fois

Existerai-t-il une musique propre à l'Univers ?

Une musique qui retranscrirait avec perfection toute la froideur glaçante et magnifique du vide cosmique. Une vibration qui nous reconstituerait en ondes sonores la beauté absurde des rayonnements d'atomes au milieu du grand rien.
La pochette de cet album, basée sur une véritable photographie de notre étoile solaire bien aimée, annonce donc la couleur : la musique de Terrestrials, collaboration studio entre notre meute norvégienne favorite (ULVER) et le groupe de drone américain SUNN O))), s'aventurera bel et bien du côté des astres.

Il convient quand même de revenir un peu sur le contexte de la gestation de cet opus : Terrestrials est un disque qui a mis un certain temps à voir le jour. Pourtant, ce projet de collaboration entre ULVER et SUNN O))), nous en entendions parler depuis au moins 2010. Un peu comme le fameux projet d'album de reprises psychédéliques, qui vit finalement le jour en 2012 sous le nom de Childhood's End.
En réalité, Terrestrials a été principalement composé et enregistré en 2008, lors d'une "jam session" entre les membres d'ULVER et de SUNN O))) au studio Crystal Canyon, à Oslo. Plusieurs années ont ensuite été nécessaires pour affiner l'oeuvre, lui adjoindre des pistes additionnelles de trompette, de violons et de claviers. Supervisée par Kristoffer Rygg et Stephen O'Malley, gourous respectifs des deux formations, le résultat final apparaît comme une sorte de fusion miraculeuse entre leurs deux univers sonores.
3 titres seulement cependant composent l'album, mais 3 grands moments musicaux relativement exceptionnels : car oui, c'est bel et bien à une nouvelle tentative d'illustration sonore des premiers instants de notre Univers que nous avons droit sur cet album commun.

"Let There Be Light", c'est ainsi l'apparition de la Lumière : un titre qui commence en douceur, comme faisant suite à un quelconque flash au beau milieu du néant, et qui progressivement installe sur le plan immatériel toutes ses particules élémentaires, les unes après les autres, dans une lente progression ascendante, montant de note en photon vers toujours plus d'irradiation solaire. Les étoiles sont désormais là, le feu originel s'agence en sphères, et les métaux les plus divers vont bientôt commencer à tournoyer furieusement.

"Western Horn", c'est donc l'ordonnance des Astres : les planètes se créent, des systèmes solaires voient le jour, des amas stellaires se forment, et partout, un lent ballet onirique et grave se met en place, propice à l'apparition de merveilles sans noms. Le Soleil rayonne, seul dans l'immensité du vide, avec pour seuls compagnons des milliards de corps mouvants et tourbillonnants dans le noir.
Un grand moment drone que ce deuxième titre, probablement celui où les bourdons de SUNN O))) se font les plus présents.

"Eternal Return", c'est enfin l'apparition de la Vie : autour du Soleil, d'infinies quantités de molécules se regroupent et donnent naissance à ce souffle éternel venu de l'Espace. Les premières cellules, les premiers poissons, les premiers reptiles, les premiers mammifères, puis enfin, l'Humanité. Nous, les Terriens. Nous, enfants du Soleil.
Ce troisième et ultime titre de l'album est incontestablement celui où ULVER est le plus présent : les arrangements de cordes et les mélodies mélancoliques sont typiques du son des albums récents des Norvégiens, et l'apparition fugace mais délicate de Kristoffer Rygg sur quelques lignes de chant lors de la deuxième partie du morceau conclut à merveille l'album.

Disque attendu de longue date par les fans des deux formations (qui sont bien souvent les mêmes individus, il faut le dire), Terrestrials tient toutes ses promesses : un album beau, envoûtant, sublime, onirique et cosmique. Peu de choses réellement négatives à en dire, si ce n'est qu'il n'est pas facile d'accès à la première écoute, et qu'il faut y revenir plusieurs fois avant d'en apprécier toutes les arcanes.
Mais bien vite, le constat s'impose : ensemble, SUNN O))) et ULVER ont trouvé le chemin des étoiles, à grands renforts de bourdons de guitare et d'orchestrations délicates.
À mi-chemin entre la folie solaire éthérée de Shadows Of The Sun (2007) et les expérimentations orchestrales de Messe I.X.-VI.X. (2013) en ce qui concerne ULVER, Terrestrials peut également être considéré comme un opus de choix dans la discographie des moines dronistes américains ayant volé leur nom (et leur logo) à une marque d'amplificateurs.

Pas forcément un chef d'oeuvre donc, puisqu'il s'agit quand même d'un album assez court et dont on fait rapidement le tour. Mais Terrestrials peut être considéré comme un très bel opus dans les discographies respectives de ces deux grandes formations avant-gardistes que sont SUNN O))) et ULVER.

Moment favori : "Eternal Return".

A lire aussi en MUSIQUE CONTEMPORAINE par RED ONE :


John WILLIAMS
Star Wars : Episode I - La Menace Fantôme (1999)
"Noussa peut être... bons amis ? Brrrrrrrrrrr !!!"




John WILLIAMS
Star Wars : Episode Vi - Le Retour Du Jedi (1983)
"It's a trap !"


Marquez et partagez





 
   RED ONE

 
  N/A



- Kristoffer Rygg (chant, divers)
- Tore Ylwizaker (divers)
- Jørn H. Svaeren (divers)
- Daniel O'sullivan (divers)
- +
- Stephen O'malley (guitares)
- Greg Anderson (guitares)
- +
- Musiciens Divers...


1. Let There Be Light
2. Western Horn
3. Eternal Return



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod