Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Nazgûl , Dennis Young , Circles
- Membre : Harmonia, Guru Guru
- Style + Membre : Brian Eno , Eno Moebius Roedelius

CLUSTER - Apropos Cluster (1990)
Par ARP2600 le 27 Octobre 2014          Consultée 472 fois

Résumé des épisodes précédents : après des années 70 brillantes qui ont vu Dieter Moebius et Hans-Joachim Roedelius défricher les domaines de l'ambient, de la techno, voire de la musique industrielle, les deux musiciens ont commencé à moins travailler ensemble, leurs travaux étant de moins en moins inspirés. Après un dernier disque lamentable, Curiosum, ils semblaient être définitivement partis chacun de leur côté. Vers 1990, cependant, ils ont décidé de refaire un peu de musique à deux, et ont fini par publier un nouvel album, Apropos Cluster.

Un projet très comparable dans sa structure avec Grosses Wasser, sans aucune ambition particulière, il faut le dire. Cela vaut mieux car il est malheureusement tout ce qu'il y a de plus raté. On va toujours répéter les mêmes rengaines mais bon, pouvait-on encore concilier les petites mélodies de Roedelius avec le bidouillage sonore de Moebius ? Difficilement... Et comme de toute façon, aucun des deux n'a réussi à faire une brillante carrière en dehors de Cluster, c'était vraiment mal embarqué. Roedelius a publié quelque chose comme dix albums solo entre 81 et 91 (et il en avait déjà publié quelques-uns depuis 78), mais le problème, c'est que cette productivité est ridicule, ses œuvres étant toutes identiques : son dépouillé avec beaucoup de piano, ressemblant à du Tangerine Dream souffreteux, mélodies romantiques peu variées. Moebius, lui, a beaucoup travaillé avec Conny Plank jusqu'à la mort de celui-ci en 87... les disques sont plutôt médiocres et difficiles à suivre mais certains y voient des prémices de la techno. Rien d'inoubliable dans tout ça, c'est triste à dire mais c'est comme ça.

Et donc, au moins n'ont-ils pas du tout été inactifs pendant les années 80, mais en fait, cela rend encore plus impardonnable ce qu'on trouve sur Apropos Cluster. Les sons employés sont certes moins grossiers que la pâte informe de Curiosum, mais y gagne-t-on vraiment au change ? La fin des années 80 et le début des 90 est certes une période creuse de la musique électronique, avec des instruments peu convaincants et le piège du midi et du début de la MAO. Presque tous les grands noms ont sorti de la soupe à cette époque, Vangelis étant l'exception avec son The City, et pourtant, même dans celui-là, on peut ressentir une certaine fadeur que doit compenser la musicalité de l'interprète. Pourtant, même dans ces conditions, les sons de Cluster ne sont pas à la page... ils semblent étriqués, secs, quelconques, voire par moments carrément cheap et donc ridicules. Ainsi, sur la longue plage-titre, on trouve à partir de la minute six un motif rythmique totalement déplacé, certainement généré avec un séquenceur informatique. Autre exemple de son minable, ces fausses trompettes qui vous cassent les oreilles sur «Grenzgänger» et sur «Falls».

Que dire ensuite de la composition elle-même ? Il faut dire que c'est difficile avec un groupe à tendance abstraite comme Cluster mais disons que l'assemblage des éléments musicaux est maladroit. On trouve diverses mélodies et motifs qui ne sont pas bien en rythme et, pour en rajouter un peu au sujet des sons, ceux-ci, en plus d'être laids, se marient souvent très mal. On a le plus souvent l'impression d'un obscur collage sans queue ni tête, il n'y a presque pas de musicalité sur ce disque. Enfin bon... pour terminer sur une note positive, citons la seule plage digne d'intérêt. On se demande ce que fait un joli petit morceau comme «Gespiegelt» dans cette galère... les sons ne sont pas fabuleux mais le mélange prend bien, on pensera à Vangelis, avec ce piano électrique au rythme asymétrique et une mélodie rêveuse sur un son de type accordéon/harmonica comme on en trouve parfois chez le grec. Ce n'est pas un chef-d’œuvre de la musique électronique mais au moins ce morceau est-il beau...

Donc, bilan, sept minutes valables sur quarante-deux, le reste est à fuir. Sérieusement, ne vous mortifiez pas à écouter ça. Découvrez «Gespiegelt», supportez les trois minutes de «Emmental» pour appréhender l'horreur de la chose puis passez à une musique plus digne de ce nom. Ils ont été bien inspirés de regeler le groupe après ce deuxième échec cuisant. Fort heureusement, le disque suivant de Cluster, One Hour, est moins mélodique mais plus subtilement orchestré et donc présente un minimum d'intérêt.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par ARP2600 :


CLUSTER
Zuckerzeit (1974)
Attention, album d'électro très important




VANGELIS
Opéra Sauvage (1979)
Vangelis au sommet de son art.

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Dieter Moebius (sons piteux)
- Hans-joachim Roedelius (sons moisis)
- Stanislaw Michalak (basse douteuse sur 2)


1. Grenzgänger
2. Emmental
3. Gespiegelt
4. Falls
5. Apropos Cluster



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod