Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD INDUS\'  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1988 Kingdom Come
 

- Style : Led Zeppelin, Whitesnake
- Membre : Scorpions, Kottak

KINGDOM COME - Magnified (2009)
Par GEGERS le 4 Février 2015          Consultée 611 fois

Lenny Wolf est très premier degré au moment d'écrire de nouveaux titres. C'est en tout cas l'impression que renvoient ses albums parus à partir du début des années 2000. Alors que le hard rock est une musique hédoniste, qui évite de se prendre trop au sérieux et fonce volontairement tête baissée dans les clichés pour s'y complaire, le leader (et unique membre permanent) de KINGDOM COME semble incapable de créer à partir de rien. Il lui faut déconstruire, triturer, assembler des sons et des ambiances, de préférence post-modernes et désabusés, et donner l'impression d'être constamment proche de la rupture. Ce n'est pas une posture, c'est ainsi que Lenny Wolf vit sa musique. Reste que, durant les années 2000, son hard rock indus' n'était fait que pour lui et ne parlait qu'a lui, si l'on excepte les quelques flamboyances à même de toucher l'auditeur ("Silhouette paintings", "Ain't crying for the moon").

Avec Magnified, KINGDOM COME redonne un sens à sa musique grâce au retour de mélodies convaincantes. Il n'en faut pas plus pour réveiller l'intérêt profondément assoupi de l'auditeur face aux réalisations précédentes du bonhomme. Car si les sonorités bruitistes et sans queue ni tête de "Living dynamite" ne mettent pas en confiance, Lenny Wolf tire quelques cartouches qui valent la peine d'être écoutées et méritent d'être appréciées. Il en va ainsi de "24 hours", qui se pose en référence directe à l'époque Master Seven. Lancinant, le riff puissant du refrain hante de titre à la mélodie prenante et marquante. Retournant à ses racines blues le temps de quelques morceaux, parmi lesquels le sympathique "So unreal", Lenny semble décidé à mettre de nouveau au premier plan la performance des guitares, qui ne sont pas avares en solos. Celui de "Hey mama", par exemple, permet au titre de s'imposer comme une indéniable réussite malgré une batterie au son digne d'une boîte de conserve.

La sensibilité à fleur de peau, Lenny Wolf transmet son mal-être et l'habille de séduisants oripeaux. La ballade semi-acoustique "Over you", à la fois sombre et délicate, évoque la période Hands of Time, tandis que, plus audacieuse, "Unwritten language" tente de tenir la dragée haute aux deux récentes flamboyances citées dans le premier paragraphe, et y parvient en partie grâce un riff pesant et un solo du discret mais fort compétent Eric Foerster. C'est néanmoins l'énergique "The machine inside" qui récolte tous les suffrages en sa faveur. La mélodie électronique, entêtante au possible, sert de canevas à un titre varié et rugueux, sans doute le titre le plus abouti de la période hard indus' de Lenny Wolf.

Après quasiment dix années d'indigence artistique, Magnified montre des signes d'amélioration, qui confirment que le talent du leader tourmenté de KINGDOM COME reste bien vivace. Certes, nous ne sommes pas ici au niveau de ce que l'artiste a pu proposer dans le courant des années 90, mais il y a ici une inspiration convaincante qui, mêlée à un savoir-faire respectable, donne naissance à un album varié et agréable, malgré la présence de certains titres toujours lénifiants et imbitables. Tu vois Lenny, tout n'est pas si noir.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


MAD MAX
Stormchild (1985)
Sous les pavés la plage...




SCORPIONS
When You Came Into My Life (1997)
Pied de nez à la ménagère


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Lenny Wolf (chant, guitare)
- Eric Foerster (guitare)
- Frank Binke (basse)
- Hendrik Thiesbrummel (batterie, percussions)


1. Living Dynamite
2. No Murderer I Kiss
3. 24 Hours
4. So Unreal
5. When I Was
6. Over You
7. Sweet Killing
8. Unwritten Language
9. Hey Mama
10. The Machine Inside
11. Feeding The Flame



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod