Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD INDUS\'  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Led Zeppelin, Whitesnake
- Membre : Scorpions, Kottak

KINGDOM COME - Outlier (2013)
Par GEGERS le 1er Août 2013          Consultée 962 fois

Si dans la vie il y a des cactus, Lenny Wolf s'en est assis sur un gros lorsque, pris d'une idée folle, il a décidé de faire de KINGDOM COME, son groupe, son bébé, un groupe au sein duquel il serait le seul compositeur, le seul décisionnaire et, bien souvent depuis le début des années 2000, le seul musicien ou presque. Si cette formule du one-man-band a donné naissance à quelques albums réussis, elle a aussi enfanté quelques étrons malodorants qui laissait présager d'une deuxième partie de carrière bien peu reluisante pour l'artiste allemand. Le hard rock du bonhomme, marqué par la présence d'éléments électroniques donnant à l'ensemble des sonorités de plus en plus industrielle, s'est peu à peu désagrégé jusqu'à (miracle!) un Magnified paru en 2009 qui semblait remettre KINGDOM COME sur le droit chemin.

Quatre ans plus tard, Outlier vient confirmer le retour en bonne forme de Lenny Wolf. De nouveau pourtant, le bonhomme a tout fait tout seul. Le travail créatif, d'enregistrement (à l'exception des solos d'Eric Forster) et de production sont à mettre au compte de l'artiste, qui parvient néanmoins à se remettre en question de manière convaincante. Les éléments électroniques sont toujours très présents, omniprésents même, presque envahissants. Il y a pourtant dans Outlier un retour évident vers des sonorités plus mélodiques, plus accessibles qui donnent à l'album différents points d'accroche et d'entrée, là où les opus précédents se faisaient le plus souvent opaques et difficilement accessibles.

« God does not sing our song », grandiloquent et théâtral, porté par une mélodie oppressante et ambitieuse, vient poser les bases d'un univers somme tout sombre et torturé, à l'image de l'esprit de son créateur. Chose inédite depuis bien longtemps, on parvient à s'accrocher à des refrains, globalement bien ficelés, qui tirent l'ensemble vers le haut : « Let the silence talk », « The trap is alive », autant de pièces savamment construites qui, à défaut de nous rappeler le KINGDOM COME d'antan, montrent un visage décidément convaincant de la formation actuelle. Si les thèmes et le contenu des paroles reste difficilement saisissables (comme toujours, les textes se font très philosophiques), il y a une froideur sombre qui se dégage de l'album et qui participe à lui donner une personnalité véritable et appréciable.

C'est sur la durée que l'album fait ses preuves. Dans tous les cas, il ne faut pas espérer pouvoir le comprendre avant plusieurs semaines d'écoutes régulières. Au fil des écoutes, de nouveaux éléments se dévoilent, se font imposants, et construisent un tout complexe mais fichtrement bien foutu. Sans pour autant éviter l'écueil des titres totalement vides, tant sur le fond que sur la forme (« Such a shame »), Lenny Wolf parvient à proposer un album riche et savoureux. Un retour en bonne forme qui fait plaisir !

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


SCORPIONS
Humanity - Hour 1 (2007)
L'audace paie




MSG
Michael Schenker Fest (2017)
C'est la fest !


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Lenny Wolf (chant, guitare, basse, batterie, claviers)
- Eric Foerster (guitare)
- Frank Binke (basse)
- Nader Rahy (batterie)


1. God Does Not Sing Our Song
2. Running High Distortion
3. Let The Silence Talk
4. Rough Ride Ralleye
5. Holy Curtain
6. The Trap Is Alive
7. Skip The Cover And Feel
8. Don’t Want You To Wait
9. Such A Same
10. When Colors Break The Grey



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod