Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Led Zeppelin, Whitesnake
- Membre : Scorpions, Kottak

KINGDOM COME - Twilight Cruiser (1995)
Par GEGERS le 3 Janvier 2014          Consultée 1304 fois

Retirez le grunge de votre esprit. Cela ne doit pas être bien difficile, le style s'étant sabordé lui-même à l'orée des années 2000. C'est fait. Maintenant, prenez Twilight Cruiser, cinquième album de KINGDOM COME. Ne trouvez-vous pas que, s'il n'avait pas été phagocyté par le succès fulgurant bien que légitimement temporaire du grunge, cet album aurait pu permettre à Lenny Wolf et sa bande de frapper de nouveau un grand coup, de s'imposer comme des grands du hard rock plutôt que comme les seconds couteaux qu'ils resteront à jamais ? Car après le médiocre Bad Image, ce nouvel album pose de nouvelles bases intéressantes et encourageantes, qui laissent à penser que, décidément, l'avenir aurait pu être clément pour l'artiste allemand.

Lenny semble, en effet, avoir repris les choses en main. Conscient que la solitude du musicien constituait une fuite en avant, le bonhomme s'est de nouveau entouré d'un groupe digne de ce nom, même si l'existence de ce dernier sera très temporaire, et décide d'enregistrer son album à moitié à Hambourg et à moitié à Los Angeles, remettant ainsi un pied dans le pays de l'Oncle Sam, qui lui avait apporté tant de joies et de désillusions. Tout naturellement, Lenny ne partage pas la composition, qui reste sa chasse gardée, mais s'adjoint les services d'un parolier, Galen Walker, avec qui il co-écrit l'ensemble des morceaux de l'album.

Et quel album ! Twilight Cruiser, du haut de ses cinquante minutes, est un opus sur lequel la mélodie est omniprésente, transportée et galvanisée par un flot de sentiments variés et à fleur de peau, le genre de sentiments que seul Lenny Wolf est capable de transcrire sur une portée musicale. L'album n'évoque pas forcément le mal-être ou la dépression, mais une sorte d'état intermédiaire entre la satisfaction de ce que l'on a, la tristesse du manque d'ambition, et la mélancolie du temps qui passe. Twilight Cruiser n'est certainement pas un album apaisé, mais c'est un album qui témoigne d'une grande maturité de la part d'un artiste qui n'a que rarement sonné aussi juste.

Le morceau-titre reste la véritable pépite de cet album. Il y a, sur le morceau « Twilight Cruiser », une beauté pure qui transparaît sur chaque note et fait frissonner tout au long des sept minutes que dure ce titre. Mid-tempo à la fois rock et aérien, quasi expérimental, pourvu de lignes mélodiques absolument irrésistibles (ces lignes de guitare flamboyantes et célestes), doté d'un chant hâbité tout bonnement incroyable (Lenny Wolf a-t-il sonné plus sincère et plus juste?), Twilight Cruiser est un titre étincelant qui, sans écraser le reste de l'album, s'impose de lui-même comme un véritable chef-d'oeuvre.

A l'exception des réussis « Hope is on fire », « I don't care » et « Can't put out and not take back », aucun titre de l'album n'est foncièrement hard rock et mordant de bout en bout. Sur chacun, une ligne d'arpège, une section acoustique ou une nappe de piano viennent apporter une substance supplémentaire, donnant naissance à un album multi-dimensionnel bien plus profond que toutes les réalisations passées du groupe. « Janine », ballade semi-acoustique exceptionnelle, dégage une intensité égale à celle de « Thank you all », titre accessible doté d'une ambiance optimiste, ou « Rather be on my own », ballade bercée d'illusions dotée d'un piano expressif. Si aucun morceau n'arrive à égaler l'intensité dégagée par le morceau-titre, tous parviennent néanmoins à construire un album ne souffrant d'aucune faiblesse et parvenant à éblouir l'auditeur du début à la fin.

Sursaut inespéré, Twilight Cruiser, bien que sorti dans une période peu favorable au genre, se révèle finalement le véritable chef-d'oeuvre de KINGDOM COME. Bien plus abouti et varié que les réalisations précédentes du groupe, dernier sursaut hard rock avant que Lenny Wolf ne se prenne de passion pour l'électro, cet opus est celui qu'il vous faut si vous souhaitez découvrir la musique de ce groupe inclassable.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


UFO
Force It (1975)
Lève-toi et marche !




MSG
On A Mission - Live In Madrid (2016)
Into the arena.


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Lenny Wolf (chant)
- Markus Deml (guitare)
- Oliver Kiessner (guitare)
- Mirko Schaffer (basse)
- Kai Fricke (batterie)
- Bernd Fintzen (claviers)


1. Always On The Run
2. Law Of Emotions
3. Twilight Cruiser
4. Janine
5. Hope Is On Fire
6. Thank You All
7. Rather Be On My Own
8. Can't Put Out And Not Take Back
9. Cold Ground
10. I Don't Care
11. Gonna Change
12. Should Have Known



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod