Recherche avancée       Liste groupes



      
CHANSONS  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Alan Stivell , Tri Yann, Gilles Servat , Léo Ferre
- Membre : Bernard Benoit , Dan Ar Braz

GLENMOR - La Coupe Et La Mémoire (1979)
Par JOVIAL le 21 Juillet 2016          Consultée 2854 fois

L'amitié sincère qui unissait GLENMOR et Xavier Grall peut paraître tout à fait étonnante. En effet, tout semble les opposer. Le premier est un rude et impressionant gaillard, au visage serein, quand le second n'est qu'une triste carcasse à l'allure spectracle et maladive. Élevé en breton, Émile le Skañv aura passé une jeunesse de galérien, du bord des routes d'Europe aux chantiers parisiens, en passant par le sanatorium et les travaux des champs. Éduqué en français, Xavier Grall n'a que vingt-deux ans lorsque commence sa carrière de journaliste à la capitale. Il y vivra jusqu'à ses quarante-trois ans, tandis que son comparse se ré-ancre définitivement en Centre-Bretagne au milieu des années 50. GLENMOR est cornouaillais, Xavier Grall léonard – traditionnellement frères ennemies … L'un s'exprime quotidiennement en breton, l'autre n'est pas capable d'en faire une phrase. Une seule chose va cependant les réunir et les lier jusqu'à la mort de Grall en 1981 : un amour sans pareil pour leur pays, cette Bretagne qu'ils vont chacun défendre, magnifier, rêver et pleurer. De cette amitié naîtra un journal à l'existence éphémère, la Nation Bretonne, mais surtout une correspondance passionnante aujourd'hui réunie en un ouvrage récemment paru (1).

En 1979, quand sort la Coupe et la Mémoire, nos deux camarades fatiguent cependant. Grall, fumeur devant l'éternel et travailleur acharné, s'éteint déjà peu à peu. GLENMOR lui, s'éreinte en tournées interminables, auxquelles s'ajoutent une grêve de la faim l'année précédente. Artistiquement, le natif de Maël-Carhaix entre dans une nouvelle phase, plus pessimiste que la précédente.

« Pessimiste », le mot est d'ailleurs faible. La Mort fait irruption sur la Coupe et la Mémoire, plus que sur n'importe quel autre album du chanteur. La sienne d'abord, alors qu'il met en musique le poème breton de Ronan de Kerméné (2), « Pa Vin Maro » (« Quand je serais mort »), et celle de Grall ensuite avec « Grall – In Memoriam » - d'ailleurs curieusement tournée, comme si Grall avait déjà léché sa cuillère ! La Mort toujours avec l'imposante « Apocalypse », où plane encore le souvenir pas si lointain d'un Yann-Kel Kernalegenn déchiqueté pour une Bretagne envahie de barbelés, de bottes et de ronces. « Serr-Noz » (« Crépuscule ») décrit une soirée immobile, presque irréelle, comme figée dans un temps que l'onimagine révolu. GLENMOR soupire de nostalgie devant le chant des crapeaux (« An Tousegi ») et dans le souvenir des « morts pour la République », injustes oubliés de cette dernière (« Les Lamentions »). Et c'est inévitablement que les propos d'abord plus légers de « La Coupe et la Mémoire » basculent dans une sorte d'ironie fragile, à la limite des larmes.

L'orchestration fait ici toute la différence par rapport au précédent album. Le folk fait une brève réapparition sur la bien-nommée « L'Embellie », par ailleurs seul morceau au thème un tant soit peu joyeux du disque. Pour le reste, l'utilisation des claviers, des instruments à vent et à cordes, est remarquable. Là où Vingt Ans Déjà … n'en faisait qu'un usage timide, en soutien du texte, La Coupe et La Mémoire leur confère un rôle souvent d'importance pour la force de la chanson : la flûte déchirante de « La Coupe et la Mémoire », le violoncelle de « Grall – In Memoriam » ou encore le duo clarinette/bombarde sur la savoureuse « Serr-Noz ». Et c'est finalement la musique qui tire ici le propos à son aise, et non les textes ! « Pa Vin Maro » dégage ainsi une impression de glorieuse tranquillité, alors que GLENMOR parle de son propre enterrement !

Là où les deux dernières productions donnaient plutôt dans un ton gris, La Coupe et la Mémoire se pare de couleurs plus piquantes, presque enfantines parfois, qui en rendent l'écoute captivante et varient le propos. Ode arcadienne (« L'Embellie »), tableau médiéval (« Serr-Noz »), pièce héroïque (« Apocalypse »), messe profane (« Grall – In Memoriam ») … GLENMOR nous dévoile un imaginaire musical simple mais résonnant, qui aura peut-être mieux vieilli que sur d'autres de ses vinyles. La Coupe et la Mémoire n'a certes pas l'ardeur d'un Cet Amour-là ou d'un Vivre, mais ne mérite pas ce statut d'album mineur et oublié dans la carrière du Breton.

Note réelle : 3.5/5
À écouter : « Serr-Noz », « Apocalypse » et « Pa Vin Maro ».

(1) Kan ha Diskan – Correspondances Grall-Glenmor (Coop Breizh – 2007). Une lecture des plus intéressantes, que l'on ne peut que recommander. Cette correspondance nous montre Glenmor et Grall souvent en peine mais toujours déterminés, bien plus réalistes que l'on a bien voulu le croire, très loin de l'image de l'indépendantiste plouc, farfelu et raciste que l'on colle habituellement aux personnes tenant ce genre de discours.
(2) De son vrai nom Joseph Duchauchix, prêtre et nationaliste breton (1882-1957)

A lire aussi en VARIÉTÉ INTERNATIONALE :


DISNEY
Le Livre De La Jungle (1967)
Mort du patron et bo de maître(s).




Peter GABRIEL
Growing Up Live (2003)
Dix ans après...


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Glenmor (chant)
- Alain Pennec (bombarde)
- Lergenmuller (clarinette/basse/claviers)
- Alain Rouquette (claviers/guitare)
- Laurence Meillarec (piano/flûte/chant)


1. La Coupe Et La Mémoire
2. L'embellie
3. An Tousegi
4. Glenmor
5. Grall : In Memoriam
6. Les Lamentations
7. Serr-noz
8. Pa Vin Maro
9. Apocalypse



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod