Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

Commentaires (11)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Alan Stivell , Tri Yann, Gilles Servat , Léo Ferre
- Membre : Bernard Benoit , Dan Ar Braz

GLENMOR - Hommage à Morvan Lebesque (1971)
Par JOVIAL le 8 Juillet 2014          Consultée 3755 fois

Morvan Lebesque meurt en 1970 et la Bretagne y perd un de ses plus grands défenseurs et intellectuels. Journaliste à Libération dans les années 50, on lui aura souvent reproché son passé d'autonomiste breton durant la guerre, qui reste quand même assez douteux ne le cachons pas. S'il claque effectivement la porte de l'Heure Bretonne, journal du Parti National Breton, à l'instant où celui-ci bascule dans l'antisémitisme et le nationalisme fascisant, il participe tout de même ouvertement à l'hebdomadaire Je suis Partout de Robert Brasillach, dont l'on connaît bien la couleur politique encore de nos jours… Ses pamphlets anti-anglais, notamment après la bataille de Mers el-Kébir où plus des deux tiers des victimes sont des marins bretons, lui vaudront tout autant de disgrâce. À l'instar des autres militants bretons d'après guerre, il sera systématiquement assimilé aux Breizh Atao (1) jusqu'à la fin de sa vie alors que son œuvre fera clairement l'apologie de la démocratie, toujours au sein d'une Bretagne autonome. Son ouvrage majeur, Comment peut-on être Breton ? (2), est une lecture que je vous recommande chaudement, même à ceux qui ne s'intéresseraient pas à la question bretonne. Ce livre, qui a influencé des générations de Bretons, est l'un des points de départ de la troisième Emsav (3) et plus particulièrement d'une renaissance politique en Bretagne, en parallèle de son épanouissement culturel dans les années 70.

Il était donc évident que GLENMOR se devait de marquer le coup et de rendre hommage à Morvan Lebesque. Un second album paraît ainsi quelques mois après le décès de ce dernier et « Hommage à Morvan Lebesque » est donc cet éloge funèbre que notre barde rend à celui qui fut son « compagnon d'éloquence », court mais vibrant, simple et émouvant. Mais le reste du disque accuse cependant une petite baisse de forme par rapport à Cet Amour-là. La première face en reste proche avec son folk enjoué aux textes épiques, tandis que la seconde se compose en revanche de chansons plus tranquilles mais aussi moins convaincantes, où la part belle est parfois laissée plus au piano qu'à la guitare. « Le Clos des Mal-Aimés » et « La Main Qui se Tend », sans être catastrophiques, déçoivent par leur platitude à laquelle même la voix de GLENMOR ne parvient pas à donner du relief. Les paroles sauvent heureusement les meubles, d'une poésie toujours honnête et fine, bien loin du romantisme naïf dont pourtant le Breton se revendiquait souvent. Ces deux chansons complètent sans doute l'« Hommage à Morvan Lebesque » : « Le Clos des Mal-Aimés » raconterait alors l'isolement de Lebesque face à ses compatriotes bretons dont il prenait pourtant la défense, quand « La Main Qui se Tend » rappelle la belle amitié que le journaliste et le chanteur avaient pu entretenir. Pas d'excuses à trouver par contre pour « Les Temps des Pluies » où le dialogue entre GLENMOR et sa compagne Katell agace plus qu'il ne passionne.

Clairement, la première face est la plus intéressante. Impossible de résister d'ailleurs à cette ode, cette invitation à la joie du voyage prononcée sur « Les Chemins de la Bohème » (4), véritable merveille champêtre et entraînante, où la présence de l'orchestre de François Rauber illumine toute la composition. Dans un registre plus satirique, GLENMOR exprime avec son excellente « Gavotte Romaine » tout son anticléricanisme. « À chacun sa manière d'honorer ses curés, à chacun ses fesses, ses fonds de bénitier, à chacun sa messe, ses monts de piété », et Rome n'a rien à lui dire s'il souhaite aussi « chanter les odeurs de Bacchus et des dieux gaulois ». Ce sont toutefois des tons plus graves qui dominent l'album, qu'accentue la contrebasse glaçante de tristesse de Fañch Bernard. « La Ballade d'Antan » poursuit ainsi dans une sorte de songe médiéval, pour laquelle GLENMOR signe l'une de ses plus belles chansons. Ronde héroïque et noire ou regret des amours du passé, elle voit le barde renouer avec ce genre de textes aux mille couleurs et images qu'il maîtrise si bien, à l'instar des « Croisades » ou de « Ils Meurent Nos Oiseaux » sur Cet Amour-là. Même remarque pour « De Rêves et d'Etoiles » et ses aventures maritimes, tout autant réussie. Enfin avec « La Garce », plus sombre mais absolument magnifique, GLENMOR assiste impuissant au départ d'une fille que lui voudrait garder toute sa vie, sa téméraire jeunesse barrée à la première ride.

Une seule chanson en breton vient s'inscrire au tableau, il s'agit de la fameuse « O Keltia » déjà présente sur le 45 tours éponyme. Pour cet hommage à Morvan Lebesque, qui défendit toute sa vie la langue bretonne, on voyait mal GLENMOR n'utiliser que celle de Molière. « De Par Dieu » lui fait également un clin d'œil en chantant sans la nommer la résistance fière du peuple breton. En définitif, ce second album n'est pas le meilleur de notre Breton, en particulier à cause de cette seconde face d'un niveau nettement plus faible que la première. Il en ressort toutefois des chansons mémorables, « Les Chemins de la Bohème » et la « Gavotte Romaine » pour l'allégresse, « La Ballade d'Antan » pour la nostalgie.

Note réelle : 3,5/5

(1) Nom donné en Bretagne aux nationalistes bretons, en référence au journal éponyme. Breizh Atao signifie littéralement « Bretagne Toujours ».
(2) Comment peut-on être Breton ? (Essai sur la démocratie française), paru au Seuil en 1970.
(3) Emsav : « renouveau »
(4) Déjà présente sur Les Temps de la Colère (45 tours) sorti l'année précédente, tout comme « Tour de Babel ».

A lire aussi en FOLK par JOVIAL :


GLENMOR
O Keltia (1969)
Le retour de Lez-Breizh




GLENMOR
Vivre (1972)
Vivre, lutter, aimer, mourir


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



Non disponible


1. Les Chemins De La Bohème
2. De Par Dieu
3. Gavotte Romaine
4. O Keltia
5. Ballade D'antan
6. De Rêves Et D'etoiles
7. Tour De Babel
8. La Garce
9. Les Temps Des Pluies
10. Hommage à Morvan Lebesque
11. Le Clos Des Mal-aimés
12. La Main Qui Se Tend



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod