Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (7)
Questions / Réponses (1 / 1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1970 Black Sabbath
  Paranoid
1971 Master Of Reality
1972 Black Sabbath Vol. 4
1973 Sabbath Bloody Sabbat...
1975 Sabotage
1976 Technical Ecstasy
1978 Never Say Die!
  Never Say Die
1980 Heaven And Hell
  Live At Last
1981 Mob Rules
1982 Live Evil
1983 Born Again
1986 Seventh Star
1987 The Eternal Idol
1989 Headless Cross
1990 Tyr
1992 Dehumanizer
  Masters Of Misery - The ...
1994 Cross Purposes
1995 Forbidden
  Cross Purposes Live
  Between Heaven And Hell
1996 The Sabbath Stones
1999 The Last Supper
2002 Past Lives
2007 The Dio Years
  Live At Hammersmith Odeo...
2013 13
  Live... Gathered In Thei...
2016 The End
 

- Style : Sleep, Orchid, Ghost, Judas Priest, Scorpions, Blue Öyster Cult, Who Cares
- Membre : Rainbow, Brian May , California Breed, Whitesnake, The Dead Daisies , Bill Ward , Glenn Hughes , Ted Nugent, Emerson, Lake & Palmer, Tommy Heart , Deep Purple, Jethro Tull, The Move , Ian Gillan , Electric Light Orchestra, Uriah Heep
- Style + Membre : Ozzy Osbourne , Msg, Kiss, Tony Iommi , Dio
 

 Le Fan-site Le Plus Complet Du Monde (1046)
 Site Officiel (562)
 Heaven & Hell (black Sabbath Feat. Dio) (573)

BLACK SABBATH - Black Sabbath (1970)
Par RED ONE le 4 Septembre 2011          Consultée 933 fois

C'est durant l'année 1969 qu’EARTH, formation blues rock au son déjà plus qu'avant-gardiste, issue des bas-fonds de Birmingham, change de nom pour devenir BLACK SABBATH. Le nom est lourd de sens. Black Sabbath, le Sabbat Noir, la messe noire des païens, tout cela ramène certes à un univers très britannique, issu des fantasmes gothiques d'une Grande-Bretagne pénétrée d'un paganisme inconscient. Au sein de cette formation, quatre anciens hooligans du "Black Country", William Ward, Terrence Butler, John Michael Osbourne et Anthony Frank Iommi (plus connus de nos jours sous les noms de Bill, Geezer, Ozzy et Tony ...).

Le groupe a acquis déjà pas mal d'expérience durant ses deux ou trois ans sous le nom EARTH (quelques démos inédites de cette période circulent sur le net) et s'est taillé une belle réputation sur la scène blues anglaise, à tel point que Tony Iommi sera vite repéré et recruté durant quelques semaines par JETHRO TULL, faisant ainsi un passage éclair le temps du "Rolling Stones Rock'n'roll Circus" avant de revenir au sein de son groupe. Le temps de coucher sur vinyle le premier effort du Sabbat Noir approche et le groupe ne chômera pas en studio : l'album est enregistré et mixé en quelques jours, laissant malheureusement apparaître les défauts de jeunesse du groupe, qui improvise sur certains passages. Ce disque est également original dans la discographie du groupe puisqu'à l'instar des premiers DEEP PURPLE et des premiers LED ZEPPELIN, BLACK SABBATH y joue deux reprises ("Warning" et "Evil Woman"), chose qu'il ne refera pas par la suite, ce choix ayant ici été imposé par la maison de disques.

BLACK SABBATH démarre très fort avec ce premier disque. Si les influences blues et folk sont encore très très (voir trop) présentes, le son de cet album n'a absolument plus rien à voir avec celui des groupes des années 1960. Iommi et Butler n'ont certes pas encore sous-accordé leurs instruments (ils le feront un an plus tard sur Master Of Reality) mais le son est déjà lourd, gras, pâteux. Par ailleurs, point de vitesse ici : tout est lent, pesant, mammouthesque. Iommi propose déjà sur ce premier opus sa vision du blues, lourde et agressive, directement inspirée de Jimi HENDRIX. Geezer Butler monte le son de sa basse plus que de raison et impose des nappes rythmiques légèrement saturées, pendant que Bill Ward initie déjà son jeu martial et qu'Ozzy laisse le monde entier découvrir avec stupeur sa voix gémissante et implorante. Du jamais entendu, réellement. Le metal est né.

De nombreux titres de cet album sont encore de nos jours des classiques du groupe tels que la groovy "N.I.B." qui met en valeur la basse de Geezer, la terrifiante "Black Sabbath" et son intro légendaire, ou bien encore la mystérieuse "The Wizard" et son harmonica. Personnellement je retiens également la géniale "Behind the Wall of the Sleep" aux paroles inspirées de Lovecraft et son riff de blues très bien trouvé.

BLACK SABBATH, en 1970, bien avant les punks quelques années plus tard, adressait déjà un violent doigt d'honneur musical aux hippies décadents et au flower power. Fini de rigoler. L'avenir du rock sera violent ou ne sera pas.

A lire aussi en HARD ROCK par RED ONE :


DANZIG
Danzig (1988)
Fesses, strings et satanisme : le cocktail parfait




BLACK SABBATH
Dehumanizer (1992)
Le grand retour de Dio (mais pas pour longtemps)

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   PINHEAD

 
   ERWIN
   GEGERS
   MARCO STIVELL
   RED ONE

 
   (5 chroniques)



- Ozzy Osbourne (chant, harmonica)
- Tony Iommi (guitare)
- Geezer Butler (basse)
- Bill Ward (batterie)


1. Black Sabbath
2. The Wizard
3. Behind The Wall Of Sleep
4. N.i.b
5. Evil Woman
6. Sleeping Village
7. The Warning
8. Wicked World



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod